Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Veille

Articles de cette rubrique

  • Le MOOC, un projet d’apprentissage ?

    Je fais régulièrement le lien entre le suivi d’un MOOC et ce que l’on nomme les projets d’apprentissage, un vieux concept, puisqu’il est proposé dès 1971 par Allen Tough. Néanmoins, il me faut souligner que les éventuels projets d’apprentissage correspondant aux MOOC se distinguent à bien des égards de ceux que décrit Tough dans ses travaux séminaux. Quelques mots sur la question …
    Pour l’auteur, un projet d’apprentissage dure en moyenne une centaine d’heures et mobilise en moyenne une dizaine de personnes-ressources. Or les MOOC de FUN ne nécessitent qu’une vingtaine d’heures en moyenne si l’on se base les estimations fournies par les équipes (...)

    27 mai 2018 par Matthieu Cisel Veille 11 visites 0 commentaire
  • À l’école, le portable, c’est le couteau suisse du XXIᵉ siècle

    Développer un usage critique du numérique. Ecole polytechnique/Flickr, CC BY-SA
    Cet article est publié en partenariat avec la revue « Le magazine de l’Éducation » du laboratoire EMA-TechEduLab de l’Université de Cergy-Pontoise.
    Le potentiel des nouvelles technologies pour l’apprentissage et l’éducation est en grande partie non évalué. Il manque de recherche précise sur le sujet et notamment de recherches sur ce qui se passe dans le terrain et pour chacun des apprenants, et ce à tous les âges de la vie. Il y a peu d’évaluations en dehors de sentiments personnels.
    L’une des questions centrales est : a-t-on appris à apprendre ? Et a-t-on appris à apprendre (...)

  • Le tissage est-il l’avenir de la recherche ?

    Métier à tisser. Frédéric Bisson/Flickr, CC BY
    Des chercheur·e·s ont récemment interrogé la réalité de la vie doctorale au sein de la recherche en sciences de gestion. Certain·e·s collègues seniors soulignent la morosité et l’apeurement des doctorant·e·s d’aujourd’hui, tandis que les intéressé·e·s revendiquent au contraire curiosité et esprit de collectif.
    Cet article n’a nullement la prétention de trancher entre ces deux visions. Il a simplement l’ambition d’étendre la réflexion au-delà du cas doctoral, et de poser une question plus large : comment penser l’avenir de la recherche dans un contexte de domination croissante du système d’évaluation par étoile ? (...)

  • Usage, sens et signification

    L’étoile du berger. L’inflation du vocabulaire du « sens »
    C’est devenu un lieu commun du vocabulaire des acteurs qui ambitionnent de réformer sans transformer les rapports sociaux : il conviendrait de « (re)donner du sens » à l’activité, singulièrement dans les domaines qui « font société ». Et l’on voit se multiplier les dispositifs d’accompagnement d’une telle donation de sens : référence à l’éthique, au bien commun, à la durabilité ; célébration des vertus de la pédagogie en politique, de la communication et du soft management dans les organisations ; cellules d’appui psychologique, etc.
    Or, comme le pouvoir, le sens ne se donne pas, il se prend. Et il est pris (...)

  • La coopération ouverte, un concept en émergence (1)

    La coopération ouverte sera le thème du 8 ème Forum des usages coopératifs du 3 au 6 juillet 2018 à Brest. Cette expression met l’accent sur une coopération faite de partage sincère [1] à la différence de coopérations qui ne permettent pas la réutilisation ou qui ne donnent pas à voir publiquement. En amont de la rencontre et des lectures qu’en donneront les intervenant.e.s et participant.e.s il nous a paru intéressant de regarder l’histoire récente de cette expression et d’en situer quelques définitions.
    Coopération ouverte, d’où vient “le concept” ?
    Il n’est pas étonnant de voir l’origine anglophone de nombreux termes qui désignent des pratiques liées (...)

    15 mai 2018 par Elzbieta Sanojca, Michel Briand Veille 867 visites 1 commentaire
  • Intelligence artificielle et pensée humaine

    Ecole à Tallin, Estonie. Arno Mikkor (EU2017EE)/Wikimedia, CC BY
    Cet article est co-publié avec le Blog Binaire
    Parler encore d’intelligence artificielle ? Au milieu de tout le bruit médiatique sur ce sujet une chercheuse en sciences de l’éducation, Margarida Romero, va répondre à une question rarement posée et jamais analysée de façon aussi profonde à notre connaissance : comment éduquer nos concitoyen.ne.s dans un monde où l"intelligence artificielle" devient omniprésente ? Binaire.
    Comme toute nouvelle technologie, l’intelligence artificielle fait l’objet à la fois d’espoirs et de peurs et ce qu’elle recouvre aujourd’hui présente de grands enjeux (...)

  • Pour une politique transversale vers une société de la longévité : faire réussir la société du soin

    Une société du care.
    Réflexion en trois parties autour des mutations nécessaires pour inventer une société équitable et efficiente de la longévité. Partie III : Démocratie en santé et implication des aidants et des patients comme condition de la réussite de la société du soin.
    Il n’apparaît plus possible aujourd’hui, en termes humains, économiques et d’efficacité des soins, de continuer de faire l’impasse sur l’apport des malades et de leurs proches. D’une certaine façon, le nouveau modèle de soin n’a pas fait sa révolution culturelle de prise en compte de la chronicisation des maladies qui implique que les personnes touchées soient des acteurs au long cours de (...)

  • Face aux bouleversements numériques, à quand une évaluation systématisée de l’intelligence émotionnelle ?

    Intelligence émotionnelle.
    Pour beaucoup aujourd’hui, la transformation numérique et notamment l’intelligence artificielle représente une menace potentielle de colonisation des tâches voire des emplois au travail, même pour des postes hautement spécialisés.
    Dans le futur, en matière de compétences et d’employabilité, quelles capacités humaines permettront de faire la différence face aux agents et autres robots dopés à l’IA ? La réponse pourrait se trouver dans un concept longtemps mis de côté : l’intelligence émotionnelle.
    En effet, en matière de compréhension des mécanismes de la pensée humaine, l’expérience des derniers siècles a souvent été caractérisée (...)

  • Après le « slow food », voici le « slow thoughts »

    Michelle YorkeTout change. Et très rapidement. Comment réagir ?
    Après le mouvement « slow food » initié par Carlo Petrini pour sensibiliser les citoyens à la l’écogastronomie et à l’alter consommation, voici le mouvement « slow thoughts » initié par le professeur en psychiatrie Vincenzo Di Nicola qui rappelle que la réponse à un environnement qui change constamment n’est pas nécessairement la vitesse. Peut-être, en effet, serait-il contre-productif de vouloir s’adapter à un rythme de plus en plus rapide en travaillant de plus en plus vite.
    Di Nicola a rédigé un petit manifeste de la pensée lente. Il s’articule autour de sept préceptes :
    Marcher et parler (...)

  • Comment suivre l'activité du groupe

    On sâ€â„¢implique plus facilement dans un groupe si on voit quâ€â„¢il est actif. Mais une grande part de la production concrète est réalisée par des petites équipes de projets. Dans un â€Å“vieux†truc dâ€â„¢animation, nous avons vu quâ€â„¢un rôle particulier, le facilitateur, pouvait faire en sorte que le groupe se développe naturellement en y passant seulement une heure par semaine. Pour suivre en si peu de temps et ainsi faciliter le développement du groupe, il suffit dâ€â„¢un simple tableau et dâ€â„¢un peu de (...)

    7 mai 2018 Veille 1 visite 0 commentaire

0 | ... | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | ... | 700