Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Outils d’analyse

Articles de cette rubrique

  • La pensée comme action ?

    Tout nous y pousse dans les catégories du langage quotidien : la pensée aurait les caractéristiques inverses de celles de l’action. Et, la pensée serait relativement transparente au langage.
    Ces attributions ne sont que des déclinaisons d’une opposition/complémentarité présente aussi bien dans la langue académique que dans la langue ordinaire : le clivage théorie/pratique, si puissant dans les cultures occidentales. La pensée organiserait l’action ; l’action réaliserait la pensée. Ce clivage serait au fondement du rapport conception/application.
    Si l’on appelle activité un processus de transformation du monde caractérisé par la spécificité de son produit, et action l’organisation d’activités ordonnée autour la survenance de ce produit spécifique, alors la pensée est un espace spécifique de survenance d’activités, les activités de pensée, et un espace spécifique d’organisation d’actions, les actions de pensée.
    Les pensées sont des activités adressées à soi.
    Penser, c’est transformer ses représentations.

    1er septembre 2021 par jean-marie.barbier Outils d’analyse 799 visites 0 commentaire
  • Maitrise d’ouvrage, maitrise d’oeuvre et performation des actions

    Est-il possible de construire un outil d’analyse susceptible de proposer autour d’actions singulières une intelligibilité des fonctions jouées, des sens construits, des significations données. C’est l’objectif que se donne ce texte, qui cherche à être transversal à des champs de pratiques, et non à des logiques disciplinaires. Il s’efforce d’utiliser un langage d’emblée accessible à des professionnels. De façon peut-être inattendue, cette formalisation peut être facilitée par le recours à une terminologie en usage dans un domaine organisateur de singularités durables : le domaine du bâtiment, des travaux public, de l’aménagement du territoire, et par extension de la formation des adultes…

    1er juillet 2021 par jean-marie.barbier Outils d’analyse 596 visites 0 commentaire
  • C’est quoi l’ingénierie ?

    Quatre caractères semblent caractériser l’usage social du terme ingénierie . a) L’ingénierie est relative à une intervention sur le monde, survenant en contexte et sur un processus de transformation déjà en cours. b) L’ingénierie est distincte de l’intervention à laquelle elle est relative c) L’ingénierie est ordonnée autour de la construction de représentations et d’énoncés relatifs à la conduite de cette intervention : L’ingénierie est une fonction intellectuelle, une ‘œuvre de l’esprit’ donnant lieu à communication.
    d) Enfin la notion d’ingénierie est utilisée à la fois pour désigner à la fois le processus qu’elle désigne (les activités d’ingénierie) et son résultat ( les documents communiqués, éventuellement vendus).

    18 juin 2021 par jean-marie.barbier Outils d’analyse 1186 visites 0 commentaire
  • UN LANGAGE POUR COMPRENDRE, UN LANGAGE POUR AGIR ?

    Le langage ‘naturel’ de l’action est fait d’incessantes transitions entre langage pour comprendre et langage pour agir. Ces transitions ne sont pas toujours perçues, que ce soit dans le langage de la recherche ou dans le langage de l’action.

    La pierre de Rosette - libre de droit
  • Activité, interactivité, action, interaction

    Dans ses usages académiques, le concept d’action reste souvent lié à son usage social. Il qualifie un acte : on ‘entre’ dans l’action. Est célébré le ‘pouvoir d’agir’. Les référentiels de compétence apparaissent comme un désir de maitrise de l’agir, alors même que celui-ci reste largement une énigme. Dans les travaux de recherche contemporains sur les champs de pratiques professionnelles activité et action sont largement pris l’un pour l’autre.
    Pour chercher à clarifier les échanges sur les champs de pratiques, ce texte a pour objectif de proposer quelques définitions de concepts relatifs au domaine de l’agir, propositions entrant plus généralement dans le cadre d’une entrée ‘activité’, entrée à la fois épistémologique et théorique.

    14 avril 2021 par jean-marie.barbier Outils d’analyse 836 visites 2 commentaires
  • RATIONNEL / SCIENTIFIQUE ?

    Loin d’être des outils d’analyse des activités de pensée, rationalité et scientificité sont des outils de finalisation et d’évaluation de ces activités intellectuelles.
    C’est l’usage croisé de ces références, les ambiguïtés dont elles s’accompagnent, leur fonction sociale en contexte, leur place dans les stratégies d’acteurs qui sont significatives. Comme la référence récurrente au cerveau , ce sont des analyseurs des enjeux de l’analyse de l’action humaine.
    Cette voie d’analyse est la voie déjà ouverte par ceux qui attribuent à la mythologie et la science une fonction sociale comparable : « Je crois, écrit François Jacob, que le cerveau humain a une exigence fondamentale : celle d’avoir une représentation unifiée et cohérente du monde qui l’entoure, ainsi que des forces qui animent ce monde. Les mythes, comme les théories scientifiques, répondent à cette exigence humaine » .

  • Le POUVOIR : « AVOIR LA MAIN » SUR L’ACTIVITE D’AUTRUI

    Les cultures du sujet (empowerment, autonomie) n’offrent que peu d’outils d’analyse des rapports effectifs qu’entretiennent entre eux les acteurs impliqués dans une action. Elles comportent surtout des concepts mobilisateurs, illustrant le plaisir de nos contemporains occidentaux à se représenter cause de leurs propres actes. C’est précisément à l’analyse des rapports de pouvoir dans et par l’activité qu’est consacré ce texte.

  • Apprendre : être plus grand dans sa tête

    Tant dans le langage savant que dans le langage quotidien, apprendre est habituellement considéré sur le mode de l’appropriation.
    Il est probablement plus fécond, tant sur le plan académique que sur le plan professionnel de voir l’apprentissage comme une transformation, et plus précisément comme une transformation valorisée d’activités et de sujets-en-activité. Cette transformation est souvent aussi une transformation conjointe de plusieurs sujets engagés dans une même situation d’action.
    Cette problématique met en perspective également la construction de possibles d’action et de possibles de soi en action.

  • Le retour des ’valeurs’ : un empêchement de penser ?

    Qu’elles soient en-acte, éprouvées ou déclarées, les valeurs sont relatives à des engagements d’activité de sujets en situation. C’est dans l’activité que les objets du monde, physiques, sociaux, symboliques, sont appréciés, et deviennent chargés de sens/significations. Sans l’exercice d’une activité, il n’y a pas de substrat possible pour les valeurs. Il n’y a donc ni objectivité, ni universalité des valeurs, sinon en discours. Elles sont obligatoirement rapportées à des sujets et à des situations. La valeur n’est ni un objet, ni un concept, elle n’est connue que si elle est vécue.

    19 novembre 2020 par jean-marie.barbier Outils d’analyse 1340 visites 0 commentaire
  • La création comme expérience de transformation conjointe de l’activité, du produit de l’activité, et du sujet-en-activité.

    Le pas a été franchi au détour du siècle/millénaire (21ème siècle) : la créativité, censée fondée sur l’autodétermination du sujet dans l’engagement de son action, est devenue une nouvelle prescription, orchestrée par de multiples relais sociaux, aussi bien dans le domaine des ressources humaines, du management, de la gestion, de l’organisation, que de l’ergonomie ou de l’éducation/formation.

    Présentée à la fois comme une responsabilité du sujet dans l’engagement de l’action, et comme invention de soi dans l’action, elle est promue aujourd’hui dans les discours managériaux comme la qualité cardinale des sujets au travail. Le modèle de l’artiste devient figure de référence du discours managérial.

    6 novembre 2020 par jean-marie.barbier Outils d’analyse 908 visites 1 commentaire

0 | 10 | 20 | 30