Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Didier Paquelin

Articles de cet auteur (2)

  • La flexibilisation comme reconnaissance de l’altérité

    Reconnaître l’Altérité invite les acteurs de l’enseignement supérieur à accepter d’une part que d’autres voies de cheminement sont possibles au-delà de ce qui les a eux-mêmes construit, et d’autre part de faire confiance en l’Autre dans sa capacité à cheminer nous faisant à son tour découvrir d’autres possibles organisations pédagogiques. Si Ricoeur nous invite à se mettre à la place d’autrui, comprenons qu’il ne s’agit pas de faire à la place de cet Autre qu’est l’étudiant, mais d’avoir une attitude compréhensive de qui il est, de son projet, de ses capacités, de son contexte pour agir là où nous le pouvons en qualité de concepteur de dispositif de formation, de pédagogue, pour définir un environnement capacitant lui offrant des degrés de liberté de choix. Dès lors l’enjeu premier ne serait plus de savoir ce que les étudiants apprennent mais bien d’identifier ce qui est mis en place pour leur permettre de s’engager et de persévérer dans leur dynamique formative.

    Didier PAQUELIN

    Professeur titulaire, Chaire de Leadership en Pédagogie de l’Enseignement Supérieur, Université Laval (Québec), 2320 Avenue des Bibliothèques, Québec G1V0A6
    didier.paquelin@fse.ulaval.ca

    22 mai 2019 par Didier Paquelin Veille 1057 visites 0 commentaire
  • D’une université campus à une université multi-modale

    Si la formation à distance a été proposée initialement par des institutions dédiées telles que l’Université d’Athabasca, la TELUQ, l’Open University, nous observons depuis une trentaine d’années un développement d’une offre à distance par des universités dites « campus » conduisant au constat que 83 % de l’offre canadienne de cours à distance est proposée par des universités dites bimodales, c’est-à-dire qui offre à la fois des cours sur campus et à distance (1 350 cours proposés par des universités qui sont uniquement à distance et 6 450 cours proposés par des universités bimodales).
    (...)
    Nous proposons dans cette contribution d’analyser la dynamique par laquelle une université « campus » est passée d’aucun cours proposé à distance depuis sa création en 1852 dans la lignée du premier établissement d’enseignement de la Nouvelle-France, jusqu’en 1983, à plus de 800 cours proposés en 2016, représentant 18 % des crédits délivrés au cours de l’année 2015-2016.

    Didier Paquelin

    Professeur titulaire,
    Chaire de Leadership en Pédagogie de l’Enseignement Supérieur,
    Université Laval (Québec)