Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Animer un projet coopératif : deuxiéme étape : le noyau de départ

3 avril 2016 par Michel Briand Veille 417 visites 0 commentaire
Une série d’articles "L’animation nouvelles approches, du community management à l’intelligence collective" publiées par Jean MIchel Cornu et regroupées dans son blog

Apprendre à coopérer étant un élément important de la transformation de l’enseignement supérieur nous publions ici quelques articles, outils vers la diffusion des pratiques collaboratives.

Vous avez choisi un thème ou un territoire de prédilection :

- soit la communauté existe déjà, vous en faites partie et vous souhaitez la réorganiser (si le thème ou le territoire de la communautés sont peu ou mal définis, vous pourrez les préciser ensemble au cours de l’étape qui vient) ;

- soit vous avez déjà un projet et vous savez maintenant avec quels autres types de projet vous souhaiteriez coopérer (même thème sur d’autres territoires ou même territoire sur d’autres thèmes sur le même territoire) ;

- soit encore parce que vous l’avez défini à l’aide du chapitre précédent ;

Si ce n’est pas encore le cas, revenez en arrière, il est difficile de faire le deuxième pas lorsque l’on n’a pas encore fait le premier…

A retenir : équipe projet, communauté ou groupe... De quoi parle t-on ?

Petite précision pour la suite : lorsque ce qui est présenté concerne indifféremment l’équipe projet (petit groupe en général de moins de douze) ou la communauté prééxistante (qui a vocation à devenir bien plus grande avec peut être plusieurs projets), nous parlerons de façon générale de groupe.

Identification du noyau

Pour mettre en place ou réorganiser votre communauté, il faut avant tout… ne pas être seul ! Cela est important pour que tout ne tourne pas autour de vous. Il est plus efficace que les échanges entre ce petit noyau s’étende progressivement à toute la communauté en facilitant pour le plus de monde possible, le passage d’inactif à actif. Vous allez chercher à rassembler entre deux et une demi-douzaine de personnes (vous compris). La mise en place ou la réorganisation de la communauté va constituer un projet en lui même, il vaut donc mieux à ce stade éviter d’être plus d’une douzaine, sauf si votre communauté existe déjà, est très active et peut s’investir tout entière sur cet objectif. Posez-vous tout d’abord deux questions : allez vous chercher à l’intérieur du groupe ou à l’extérieur ? Et quel est le profil idéal pour les membres de ce noyau ?

Première question : les participants de ce noyau doivent ils venir de l’intérieur du groupe ou de l’extérieur ?

Vous les chercherez dans votre entourage si vous partez de zéro, plutôt à l’intérieur de la communauté si elle existe déjà ou bien à la fois à l’intérieur de l’équipe et à l’extérieur si vous partez d’un projet :

  • Pour celles qui viennent de l’intérieur proposez collectivement au groupe afin que personnes, même ceux qui sont peu actifs, ne se sentent exclu. Rien ne vous empêche de contacter en plus individuellement certaines personnes du groupe que vous souhaiteriez particulièrement avoir dans le noyau pour maximiser les chances qu’elles acceptent ;
  • Pour celles qui viennent de l’extérieur, contactez les plutôt individuellement à ce stade en allant chercher celles qui vous semblent avoir le bon profil. Attention, si un groupe existe déjà, parlez-lui en avant, afin que les membres ne se sentent pas dessaisis. Il vaut mieux se couper de profils intéressants extérieurs au groupe pour ce premier noyau (ils pourront rejoindre la communauté facilement lorsqu’elle sera en place) plutôt que de perdre des membres du groupe existant ;

Deuxième question : quels profils dans le noyau de départ ?

Tout d’abord, pas de stress ! Si certains souhaitent absolument en faire partie mais qu’ils ne vous semblent pas avoir le profil idéal, cela ne pose pas de problème. Vous pouvez vous permettre d’avoir des membres inactifs ou peu efficace. Après tout, même si vous êtes absolument sûr de votre jugement, vous n’êtes pas à l’abri de bonnes surprises ! Le principal c’est qu’il y ait à l’arrivée au moins deux ou trois personnes suffisamment proactives ou au moins réactives pour lancer la dynamique. le reste viendra ensuite avec l’ensemble de la communauté. Il peut être bien cependant que votre noyau inclue -aussi- des personnes avec chacun de ces trois profils :

  • une ou quelques personnes qui connaissent bien le sujet et apportent une légitimité à la communauté. Ils seront les leaders. Ils n’auront pas besoin de disposer de beaucoup de temps et il est même mieux qu’ils soient impliqués de façon assez relative pour ne pas freiner la participation d’autres personnes moins légitimes ni devenir des “créateurs-fossoyeurs”. Il leur suffira d’être un peu réactifs pour intervenir de temps en temps à la demande du facilitateur (pour apporter des idées sur un sujet particulier, pour lancer les invitations ou pour arbitrer un conflit) ;
  • une ou quelques personnes qui développent ou souhaitent développer un projet. Ils seront les porteurs de projets. Ils consacreront très probablement plus de temps à leur projet qu’à la communauté, mais cela ne pose pas de problème car le simple fait d’avoir leur projet dans la communauté leur apportera beaucoup. Ils auront simplement besoin d’être réactifs pour informer de temps en temps, à la demande du facilitateur, le reste de la communauté de ce qu’ils font ;
  • une ou quelques personnes qui sont assez rigoureuses et capables d’avoir une action proactive une fois par semaine pendant une heure. Ils seront les facilitateurs. Bien sûr cela est mieux si le sujet les intéressent, mais il n’est pas nécessaire qu’ils soient des experts reconnus dans le domaine, ni même qu’ils soient totalement à l’aise avec les échanges collectifs (ils auront principalement des échanges interpersonnels avec les leaders, les porteurs de projets et les éventuels autres rôles d’animation). Ils auront surtout à s’engager à assurer le suivi une heure chaque semaine (et aussi prévenir s’ils ne peuvent ou ne souhaitent plus s’engager afin de leur trouver un remplaçant). Vous n’aurez donc pas forcément quelqu’un qui sera prêt à cet engagement avant que le noyau ne soit opérationnel, mais c’est sans doute mieux comme cela, car il est difficile de s’engager avec des personnes sans les connaître et les avoir en face de soi. C’est pour cela qu’il est aussi utile d’avoir dans ce premier noyau des personnes qui ne sont pas forcément légitimes ni actives dans des projets mais qui ont une attitude plutôt active par rapport à ce projet de communauté ;

Une même personne peut assumer plusieurs de ces rôles si elle en a le temps et l’envie, mais il est surtout utile, dès que possible, d’avoir plusieurs personnes qui assument un ou plusieurs de ces rôles afin que la communauté ne soit pas trop centrée sur un seul animateur. Si vous devez n’avoir qu’une seule personne avec vous, choisissez en priorité une personne disponible et ayant le goût du contact pour devenir le facilitateur (surtout si vous même avez déjà l’esprit bien occupé par de mulitples activités). Vous trouverez ensuite des leaders et des porteurs de projets parmi les membres de la communauté.

A faire : quels arguments pour inviter à rejoindre le noyau de départ

L’argument majeur est souvent le temps. Ceux à qui vous vous adressez manquent très probablement de temps pour s’investir dans cette communauté... et toutes celles auxquelles ils participent (y compris la famille, les amis.. ). Ils perçoivent probablement l’intérêt d’avoir une communauté pour échanger, mutualiser, voir même gagner du temps, mais comment participer ou pire contribuer à l’animation d’une communauté sans y passer de temps et même en en gagnant par rapport à ce que l’on fait déjà ?

Vous pouvez développer un argumentaire en 4 points :

- 1 Vous êtes débordé, sans pouvoir faire tout ce que vous souhaitez (activités, travail, famille…). Pourtant vous souhaiteriez développer plus d’échanges, mutualiser certaines tâches pour gagner du temps, obtenir plus de résultats concrets et de visibilité dans vos projets…

- 2 Depuis une quinzaine d’années se sont développées de nouvelles méthodes simples à mettre en oeuvre, qui s’appuient sur des trouvailles des certains (des logiciels libres sont développés par des milliers de personnes), mais aussi les progrès récents dans la compréhension du cerveau, la psychologie ou encore l‘anthropologie. “L’animation nouvelles approches” (animapproches en raccourci) permet aujourd’hui d’organiser et de faire vivre de grandes communautés de plusieurs centaines de personnes avec seulement une heure par semaine de suivi (et même moins pour la plupart des animateurs). Elle s’appuie sur la synergie entre des petits groupes projets et une communauté nombreuse, ainsi que sur 4 activités pour faire vivre naturellement la communauté avec peu de temps d’animation . De plus en plus de groupes l’utilisent un peu partout dans le monde (communauté Cyou sur les sciences, Leman Innovation Numérique, IP Sénégal, Interlangues pour les échanges de jeunes entre Europe de l’Est et de l’Ouest…) ;

- 3 La mise en place d’une nouvelle communauté ou la réorganisation d’une communauté existante se fait en trois étapes qui sont décrites pas à pas dans “le kit de survie de l’animateur de groupe” http://tinyurl.com/animapproches :

  • une rencontre avec un petit groupe de départ et le choix d’un facilitateur qui assurera le suivi une heure par semaine ;
  • la mise en place de 4 activités qui favorisent ensemble naturellement l’implication des membres et les échanges ENTRE eux (flux d’information, rencontres régulières, échanges entre les rencontre et espace de partage) ;
  • l’invitation de nouveaux membres pour être suffisamment nombreux afin qu’il y ait toujours assez de personnes qui contribuent ;

- 4 Demandez leur ensuite s’ils sont d’accord pour participer à une première rencontre (en présentiel ou en ligne suivant l’éloignement des membres du réseau). S’ils choisissent ensuite de participer à l’organisation de la communauté, cela se fera pendant une durée limitée, libre à eux ensuite de continuer à s’investir ou non dans la communauté. Ils pourront ainsi gagner du temps, des échanges et de la visibilité dans cette communauté et comprendre comment faire pour d’autre communautés...

Comment proposer aux membres du groupe existant de participer au noyau

S’il existe déjà une communauté ou au moins un projet collectif, vous devez proposer en priorité à l’ensemble des membres de participer à la réorganisation. Si le groupe est actuellement très hiérarchisé, vous pouvez dans un premier temps n’impliquer que le groupe de coordination actuel pour respecter son fonctionnement. Proposez leur cependant, sans l’imposer, d’inclure dans le noyau au moins une ou quelques personnes du groupe pour faciliter l’ouverture.

Vous pouvez faire la proposition collectivement lors d’une rencontre du groupe ou bien sur l’outil de discussion en ligne s’il existe (ou à défaut en envoyant un mail à l’ensemble des membres actuels). Il peut être utile d’en parler avant à quelques personnes qui pourront ainsi soutenir votre proposition lorsque vous la ferez à l’ensemble du groupe. Vous pouvez également après la proposition collective, contacter individuellement quelques personnes que vous souhaiteriez tout particulièrement avoir dans votre noyau. Elle se sentiront plus concernées grâce à cet échange individuel et vous aurez ainsi plus de chance qu’elles vous donnent leur accord.

Comment proposer à de nouvelles personnes de rejoindre le groupe

Pour les nouvelles personnes qui ne sont pas déjà membres du projet collectif ou de la communauté, le mieux est de les contacter directement. Il est plus facile de convaincre dans un échange interpersonnel. Si vous le pouvez, essayez de les rencontrer. Sinon, privilégiez le téléphone et en dernier ressort seulement le mail ou la messagerie d’un réseau social.

Licence : CC by-sa

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom