Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Arpentage du rapport du Shift Project « Déployer la sobriété numérique »

Le 5 novembre dernier, FAImaison a organisé un arpentage du rapport du Shift Project «  Déployer la sobriété numérique  ». Ce texte se veut un compte-rendu de cet arpentage et des échanges auxquels il a donné lieu.

un article repris du magazine Faimaison, un publication sous licence par défaut CC by sa

Pour rappel, l’arpentage est une méthode d’éducation populaire permettant de lire collectivement un ouvrage  : les participants et participantes se
répartissent la lecture de l’ouvrage et résument ensuite au groupe ce qu’elles
ont lu. Ici nous avions décidé que chacun et chacune, à l’issue de sa lecture,
rapporterait au groupe une chose qu’elle a apprise et une chose qui l’a
surprise.

Dans la continuité des deux précédents rapports de The Shift Project, parus en 2018 et 2019, Déployer la sobriété numérique se veut un guide de mise en oeuvre de la sobriété numérique, c’est-à-dire « une prise de conscience de l’impact environnemental du numérique » selon leurs mots.

Dans l’ensemble nous avons tous et toutes été surprises par le ton du rapport  :
technique, voire technocratique, il nous a rebutées et nous a donné le
sentiment d’être destiné aux «  décideurs  » alors que nous aurions souhaité, sur
un sujet aussi important, un document utilisable par les citoyens et citoyennes.

Bien que ce texte pose des questions intéressantes, telles celles de
l’extraction des matières première ou de l’économie de l’attention, il laisse
un goût d’inabouti en bouche, ces sujets étant survolés au profit d’une analyse
majoritairement quantifiée de la consommation électrique d’éventuels systèmes
dits «  intelligents  ».

L’autre grand absent du rapport est le politique  : rédigé à destination des
chefs d’entreprises ou d’institutions, il ne traite que des sujets sur lesquels
ceux-ci s’autorisent à agir et constitue par conséquent plus un outil de
lobbying ou de marketing que de transformation de la société. Il ne conçoit la mise en oeuvre de la sobriété numérique que d’un point de vue vertical et descendant, sans se poser la question de l’appréhension citoyenne de ces enjeux.

Le premier rapport semblait plus prometteur quant à l’état des lieux réalisés

En conséquence, si l’on peut partager les constats desquels part le Shift
Project, dont le rapport fournit d’intéressantes illustrations, il ne nous
semble pas possible de pouvoir utiliser ce dernier afin de construire une
alternative politique au développement actuel de l’informatique.

Références  :

Nous avons échangé quelques références au cours de nos discussions.

Licence : CC by-sa

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom