Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Éducation et la diversité de l’informatique à l’école

31 juillet 2020 par binaire Coopérer 224 visites 0 commentaire

Un article repris de https://www.lemonde.fr/blog/binaire...

 Télétravail, visioconférence, école à la maison, et classes virtuelles pendant le confinement. Nous avons tous eu besoin de faire appel aux outils numériques, avons-nous eu la culture nécessaire pour affronter la situation ? Quelle est la mission de l’école par rapport à l’informatique dans le monde d’aujourd’hui ?

Jean-Pierre Archambault, président de l’association Enseignement Public et Informatique (EPI), nous parle -dans un texte extrait de la revue Terminal– de l’informatique à l’école, son importance, les différents approches pédagogiques et son histoire en France. Tamara Rezk

Le paysage de l’informatique et des TIC éducatives s’est transformé d’une manière notable à la rentrée scolaire 2012 avec la création en Terminale S d’un enseignement de spécialité « Informatique et Sciences du numérique » . L’informatique est ainsi (re)devenue une discipline scolaire d’enseignement général au lycée, un statut qu’elle avait perdu. C’est important car l’expérience des années 1980 et 1990 avait montré que l’informatique « objet d’enseignement » et l’informatique « outil pédagogique » étaient complémentaires et se renforçaient mutuellement. L’informatique est à la fois un élément de la culture générale scientifique scolaire au XXIème siècle et un instrument qui, bien utilisé, enrichit la panoplie pédagogique des enseignants.
En France, à l’instar de ce que l’on a pu constater notamment dans un certain nombre de pays européens, la discipline informatique a connu sur la durée une émergence chaotique, avec des avancées et des reculs, un mouvement de balancier. Dans les années 1980 et 1990, il y avait dans les lycées une option informatique d’enseignement général qui donnait satisfaction. Ce qui n’a pas empêché qu’on la supprime, pour de mauvaises raisons, une première fois en 1992 (alors qu’elle était en voie de généralisation) et une seconde fois en 1998 après qu’elle eut été rétablie en 1995.
Crédits : Compassionate Eye Foundation/Chris Ryan – Getty
Selon une première approche pédagogique, les apprentissages doivent se faire exclusivement à travers les usages de l’outil informatique dans les différentes matières scolaires existantes : pas de discipline informatique. Une autre approche pédagogique existe pour laquelle, l’informatique étant partout, elle doit être quelque part en particulier, à un moment donné, sous la forme d’une discipline scolaire en tant que telle. Pour les uns, l’utilisation des TIC suffit. Pour les autres, l’utilisation d’un outil, matériel, logiciel, conceptuel, ne suffit pas pour le maîtriser.
Correspondant à l’approche par les seules utilisations, le « B2i » a vu le jour en 2001. Il s’est révélé être un échec. Cet échec était prévisible : imaginons que l’on supprime le cours de mathématiques et qu’on décide de traiter les entiers relatifs en histoire, à l’occasion de l’étude de la période avant-après J.-C., ou encore les coordonnées en géographie quand on parle de longitude et de latitude. Cela ne fonctionnerait évidemment pas. Pourtant, c’est ce que l’on a fait avec l’informatique.

Depuis longtemps, d’une manière générale, nous savons qu’il est indispensable que tous les jeunes soient initiés aux notions fondamentales de nombre et d’opération, de vitesse et de force, d’atome et de molécule, de microbe et de virus, de genre et de nombre, d’événement et de chronologie etc., sous la forme de disciplines scolaires. Pour différentes raisons.

La thermodynamique, la mécanique, l’électricité, la chimie sous-tendent les réalisations de la société industrielle. Cela concerne effectivement les futurs spécialistes. Mais tout le monde ne sera pas technicien ou ingénieur. En revanche, tout le monde a besoin d’une culture de base en la matière. Au travail mais aussi dans le quotidien car il faut connaître l’environnement moderne. Se connaître aussi, savoir de quoi est fait l’être humain et comment son corps fonctionne, même si tout le monde n’est pas médecin ou infirmier ou infirmière. Et il y a les débats de société, portant par exemple sur le nucléaire ou les OGM, auxquels le citoyen doit pouvoir participer et pour cela savoir ce dont il est question. Il peut alors s’appuyer sur les connaissances scientifiques qu’il a acquises grâce aux cours de sciences physiques et de SVT qui sont de fait des conditions d’un exercice plein de la citoyenneté. Il s’agit donc des trois missions traditionnelles et fondamentales de l’école, à savoir former l’homme, le travailleur et le citoyen.

Pourquoi et comment l’informatique à l’école ?

Pour les mêmes raisons que précédemment. En effet, on parle beaucoup de la place occupée par le numérique, de plus en plus d’activités et de réalisations reposant sur la numérisation de l’information. Or, au cœur du numérique, il y a la science informatique car elle est la science du traitement et de la représentation de l’information numérisée. Elle sous-tend le numérique comme la biologie sous-tend le vivant et les sciences physiques l’industrie de l’énergie.

L’informatique est la forme contemporaine de l’industrialisation. Elle intervient dans l’économie de trois façons essentielles :

  • Au niveau de la production de biens manufacturés ou agricoles par l’automatisation de plus en plus poussée des processus de production, automatisation partielle ou de plus en plus souvent totale (robotisation) et contrôle permanent du bon déroulement des processus.

  • Au niveau de la création de nouveaux produits ou de l’amélioration de produits anciens par l’introduction, dans la plupart des objets ou machines vendus, de puces qui assurent des fonctions de plus en plus nombreuses avec plus de précision et de fiabilité que ne pouvaient le faire l’utilisateur humain ou des mécanismes anciens. Les exemples paradigmatiques en sont la carburation et le freinage des voitures automobiles ; le vaste chantier des économies d’énergie dans la construction et l’habitat repose aussi sur leur informatisation.

  • Au niveau de la gestion des entreprises comme des administrations, les programmes informatiques, qui ont dès le début de celle-ci remplacé les méthodes traditionnelles de comptabilité et de gestion des stocks ou des commandes, font place désormais à des « systèmes d’information » qui gèrent tous les flux de données nécessaires à chaque acteur, du directeur au plus modeste employé, aussi bien ceux dont il doit disposer venus d’ailleurs que ceux qu’engendre son activité quotidienne. En ce sens le système d’information devient le cœur même de l’entreprise, qui en irrigue toutes les parties et permet de savoir, donc de contrôler et rationaliser, tout ce qui s’y passe : il est l’outil stratégique par excellence sur lequel reposent toutes les décisions à prendre concernant les diverses composantes de l’entreprise.

Les débats de société suscités par l’informatique se multiplient. La neutralité du Net, le vote électronique, les libertés numériques font la Une de l’actualité. L’année 2009 a vu le vote de la loi Création et Internet dite loi Hadopi. En 2006, la transposition par le Parlement de la directive européenne sur les Droits d’auteur et les droits voisins dans la société de l’information (DADVSI) avait été l’occasion de débats complexes où exercice de la citoyenneté rimait avec technicité et culture scientifique.

En effet, s’il fut abondamment question de copie privée, de propriété intellectuelle, de modèles économiques… ce fut sur fond d’interopérabilité, de DRM, de code source, de logiciels en tant que tels. Dans un cas comme dans l’autre, on a constaté un sérieux déficit global de culture du numérique, largement partagé. La question se pose bien de savoir quelles sont les représentations mentales opérationnelles, les connaissances scientifiques et techniques qui permettent à tout un chacun d’exercer pleinement sa citoyenneté. « Cliquer sur une souris » et utiliser les fonctions simples d’un logiciel ne suffisent pas à les acquérir, loin de là.

Il y a d’autres débats sociétaux qui requièrent, eux aussi, une culture informatique. Dans les colonnes du Monde diplomatique, en décembre 2002, John Sulston, prix Nobel de médecine, évoquant les risques de privatisation du génome humain, indiquait que « les données de base doivent être accessibles à tous, pour que chacun puisse les interpréter, les modifier et les transmettre, à l’instar du modèle de l’open source pour les logiciels ». Open source, logiciels libres, code source… C’est quoi le code source pour quelqu’un qui n’a jamais écrit une ligne de programme ? Le libre est aussi un outil conceptuel qui aide à appréhender les problématiques de l’immatériel. Il suppose une culture générale informatique.

Et tout un chacun rencontre le numérique et l’informatique dans la vie de tous les jours. De l’utilisation de l’ordinateur à celui de son smartphone en passant par la feuille d’impôts remplie sur le Web et le contrat avec son fournisseur d’accès.

Or, concernant l’enseignement de l’informatique, le rapport Stratégie nationale de recherche et d’innovation, SNRI, faisait le constat en 2009 que, d’une façon générale, « le système éducatif ne lui avait pas donné une place suffisante en regard des enjeux futurs, industriels et d’innovation pour l’ensemble de l’économie nationale, et de participation à la vie sociale et politique de la part des citoyens. Absent aux niveaux primaire et secondaire, il est inexistant ou trop limité dans les classes préparatoires aux grandes écoles. La majorité des ingénieurs et chercheurs non informaticiens n’acquièrent pendant leur cursus qu’un bagage limité au regard de ce que l’on observe dans les autres disciplines. Pourtant, ils utiliseront ou pourront avoir à décider de l’utilisation d’outils informatiques sophistiqués. Il est à craindre qu’ils ne le fassent pas avec un rendement optimal ou que, en position de responsabilité, ils sous-estimeront l’importance du secteur ».

Comment l’école doit-elle faire pour donner à tous l’indispensable culture informatique ? C’est simple ! Il convient que l’école fasse ce qu’elle fait avec les autres domaines de la connaissance : offrir à tous les élèves un cadre disciplinaire. Tous les enseignements se font en français (même pour une petite part l’apprentissage des langues étrangères). Pour autant, il y a un cours de français. Il est indispensable aujourd’hui d’initier les élèves aux notions centrales de l’informatique, devenues incontournables : celles d’algorithme, de langage et de programme, de machine et d’architecture, de réseau et de protocole, d’information et de communication, de données et de formats, etc. Cela ne peut se faire qu’au sein d’une vraie discipline informatique.

Jean-Pierre Archambault

Référence : voir article complet ici

Licence : CC by

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom