Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Le PédagoLab – un lieu de découvertes, d’échanges et d’expérimentation

3 décembre 2016 par Jerome TANGUY Veille 241 visites 0 commentaire

Un article repris de http://blogs.univ-nantes.fr/pratiqu...

un article de décembre 2015 du blog pratiques pédagogiques de l’université de Nantes

Le PédagoLab est la rencontre annuelle des ingénieurs pédagogiques de l’ANSTIA (Association Nationale des Services TIce et Audiovisuels) .

Saida Mraihi a participé à l’organisation de cet évènement à Lyon les 8 et 9 octobre 2015.

profil-2015-CLVous êtes chargée de pédagogie et numérique à Arts et Métiers ParisTech (ENSAM) et membre actif du groupe des ingénieurs pédagogiques de l’association. Pouvez-vous nous expliquer comment est né le Pédagolab ?

Le Pédagolab est né de la volonté du groupe « ingénierie pédagogique » de l’association ANSTIA qui réunit des ingénieurs pédagogiques. Ils voulaient se rencontrer entre pairs pour échanger autour de leurs métiers et partager leurs expériences. La première édition du Pédagolab a eu lieu en 2012 à l’AMUE. Depuis, un comité de pilotage, composé de plusieurs ingénieurs pédagogiques appartenant à des établissements différents, œuvre à ce que ces rencontres aient lieu tous les ans avec le soutien institutionnel et financier de l’ANSTIA.

Le thème retenu cette année est la « pédagogie active », qu’est-ce que c’est ?

On parle de pédagogie active mais c’est plutôt l’apprentissage qui est actif, l’activité est centrée sur l’apprenant, d’où la terminologie en anglais : « active learning ». La pédagogie active vise à mettre l’apprenant dans une situation de construction de ses connaissances en interaction avec l’enseignant et les autres apprenants. Cela se traduit par l’utilisation de méthodes pédagogiques qui favorisent l’implication et l’interaction comme l’apprentissage par projet, l’apprentissage par problème, les techniques de rétro-action en classe (fiche n°9), l’apprentissage par le jeu, …

de3479e077a4f90ce350838214738a76Pourquoi avoir choisi ce thème ?

Le thème de « pédagogie active » a été choisi après consultation de la communauté des ingénieurs pédagogiques de l’ANSTIA. En effet, nous assistons à de véritables transformations pédagogiques dans l’enseignement supérieur où les équipes pédagogiques se tournent davantage vers les méthodes et techniques qui les aideraient pour impliquer les étudiants dans leurs apprentissages. Les ingénieurs pédagogiques sont de plus en plus sollicités pour accompagner les enseignants dans l’expérimentation et la mise en place de méthodes dites « actives ».

Nous avons donc voulu, à travers ces deux journées, permettre aux ingénieurs pédagogiques de vivre des situations d’apprentissage actif à travers l’expérimentation de certaines méthodes comme le brise-glace, le buzz group, le vote et le jeu de l’enveloppe. En pratiquant le principe d’isomorphisme, les participants vivent des expériences et des situations de formation et en tirent leurs propres conclusions.

 

Une activité buzz groupe a été proposée pour définir les thèmes des travaux de groupe de l’après-midi. Qu’est-ce que cette activité et quels sont les sujets qui ont été sélectionnés ?

buzzgroupLe terme « buzz » renvoie au bourdonnement que cette activité crée dans la salle. C’est une méthode adaptée surtout aux cours avec de grands effectifs ou en amphi. Elle permet à l’enseignant de faire travailler ses étudiants en petits groupes de 6 pour déterminer, par exemple, les questions à poser à l’enseignant ou à un expert ou pour trouver une réponse à une question ou un problème posé par l’enseignant.

L’activité « buzz group » dure généralement 20 minutes. Sa limite dans le temps oblige les groupes à se centrer sur le sujet traité.

>>> Télécharger la fiche pratique de l’activité « BUZZ »

Dans le cadre du Pédagolab, nous avons demandé aux participants de travailler en groupe de 6 pour déterminer une problématique pour chacun des 3 thèmes suivants :

  • rendre les étudiants actifs en grands groupes,
  • pédagogie active avec des outils numériques,
  • techniques d’animation en pédagogie active.

Nous avons complété cette activité par un vote via télévoteurs pour reformuler les problématiques et n’en retenir qu’une seule pour chaque thème. Ainsi les 3 thèmes sont transformés en 3 problématiques :

  • comment intégrer, animer, réguler les interactions en amphi ?
  • dans quelles mesures les outils numériques apportent-ils une valeur ajoutée pour les étudiants et les enseignants en pédagogie active ?
  • comment évaluer, valoriser et diffuser les techniques d’animation expérimentées ?
Vous avez proposé cette année une nouveauté : les ”laboratoires de test”, pouvez-vous nous en parler ?7dec3b8e9a6f9529bcf94eb5e88ac7c3

Nous avons voulu proposer ces laboratoires pour permettre aux participants de tester, comme leur nom l’indique, des solutions qu’ils connaissent déjà mais sommairement ou bien qu’ils viennent de découvrir. Mais on est dans une démarche usage : il ne s’agit pas d’ateliers de prise en main d’outils. A travers ces « laboratoires de test », le participant découvre surtout les usages pédagogiques des solutions présentées.

Le métier d’ingénieur pédagogique évolue, c’était le sujet de discussion du dernier après-midi. Que faut-il en retenir ?

9af8cd2a6f36381999bc8d254a0b7fa6Je pense que le rôle et les missions de l’ingénieur pédagogique sont étroitement liés au contexte et à la structure dans laquelle nous exerçons. Nous gardons bien évidemment le même cœur de métier mais nos actions ne sont pas perçues de la même façon selon qu’on travaille dans un service commun ou qu’on est rattaché à une DSI ou une direction des études par exemple.

Revenons maintenant à notre cœur de métier. Ayant bientôt 15 ans d’expérience en ingénierie pédagogique, j’ai vécu les transformations que notre métier a connues. Au début des années 2000, avec les campus numériques et ensuite les universités numériques thématiques, nous avons été beaucoup sollicités pour la conduite de projet ainsi que la scénarisation et la médiatisation des contenus. Avec les transformations pédagogiques que l’enseignement supérieur connait ces dernières années, nous sommes de plus en plus sollicités pour l’accompagnement et la formation des enseignants en matière de pratiques pédagogiques. Le numérique est souvent un levier et une entrée pour nous permettre, en tant qu’ingénieur pédagogique, d’intervenir dans le domaine de la pédagogie.

Merci beaucoup, Saïda, pour ce retour sur le Pédagolab 2015.
Voici quelques liens pour compléter cet article :

Le site de l’ANSTIA : http://www.anstia.fr/ LOGO-NEW-ANSTIA_0

Focus sur le Pédagolab 2015 à Lyon

Apprentissage par projet : http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA-Veille/82-fevrier-2013.pdf

Apprentissage par problème : http://www.cefes.umontreal.ca/pafeu/parcours_formation/enseigner/apprentissages_problemes.html

Technique de retro-action en classe : https://www.uclouvain.be/97784.html

Apprentissage par le jeu : http://www.affairesuniversitaires.ca/articles-de-fond/article/le-jeu-lecole/

Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom