Innovation Pédagogique et transition
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Design Fiction : se préparer à l’entreprenariat grâce à une méthode créative innovante

25 avril 2024 par Michel Briand Transition 164 visites 0 commentaire

Face au manque de créativité, la méthode du Design Fiction permet de se préparer aux défis de demain

Un projet candidat au prix "Engagement, Pédagogie et Enseignement" 2023 et publié sur la pédagothèque numérique de l’Institut Mines Télécom

« Nous avons fait le constat que la créativité est une compétence qui reste peu développée. Pourtant, c’est une compétence-clé du 21e siècle, d’autant plus pour les futurs ingénieurs ou managers que nous formons à l’IMT », décrit Flavien Bazenet, maître de conférence en stratégie et entrepreneuriat à Institut Mines-Télécom Business School. Alors, en collaboration avec Alexandre Goeury et Laura Plisson, deux membres du Cube Garges, pôle d’innovation culturel, ils ont mis au point un dispositif basé sur la méthode du Design Fiction pour développer la créativité des élèves.

Cette méthode du Design Fiction est relativement nouvelle, il s’agit de se projeter dans le monde de demain, réfléchir aux usages et prototyper une solution innovante. « Elle utilise la science-fiction, la narration et le prototypage, pour nous pousser à réfléchir sur des technologies qui pourraient sortir dans 10 ou 20 ans », décrit Flavien Bazenet. Avec ses collègues, ils ont construit une méthode pédagogique qui, lors d’un workshop de 1 à 5 jours, utilise les étapes du Design Fiction.

« Il faut donner sa place à l’imaginaire, puissant levier d’innovation » (Flavien Bazenet)

Avant cela, plusieurs projets ont été conduits pour booster la créativité des élèves : exposition d’art numérique, de confrontation à des problématiques spécifiques d’entreprises, de jeux d’évasion... Mais ce n’était pas suffisant. D’où la construction de ce dispositif.

Concrètement, leur méthode, basée sur le Design Fiction, est divisée en plusieurs parties. « La première est la prospective , identifier les signaux faibles et tendances fortes qui auront un impact demain (par exemple le changement climatique, l’ordinateur quantique…). On part de faits scientifiques », dévoile Flavien Bazenet. Cette étape permet aux élèves d’apprendre à faire de la veille, ce qui est particulièrement important car elle montre à ces futurs ingénieurs et managers l’importance de se tenir informés des innovations et du monde dans lequel ils évoluent.

Sur cette base, et en utilisant les imaginaires de science-fiction, ils doivent réfléchir aux conséquences d’un tel événement, comme la disparition de terre liée à la montée des eaux et la migration des populations. Puis vient l’étape d’idéation , les élèves doivent imaginer une solution ou un service lié à cette problématique. « Enfin il s’agit de matérialiser ce projet avec une étape de prototypage, puis de mettre en récit son innovation (storytelling) », ajoute-t-il.

Mais le cheminement complet de la méthode n’est pas dévoilé aux étudiantes et étudiants. Ceux-ci découvrent les étapes au fur et à mesure, ce qui les incite à bien se documenter.

« Cette méthode est un aller-retour constant entre l’idéation et la science-fiction » (Flavien Bazenet)

Résultat, 77 % des élèves qui ont suivi l’atelier l’ont jugé bénéfique et utile pour développer leur créativité. « Par exemple, on l’a déployé pour le bachelor à Dakar et on a eu des résultats assez intéressants. On a vu les étudiantes et étudiants se challenger et ils ont abouti sur des idées qui pourraient réellement être déployées », se souvient le professeur.

Si bien que l’équipe réfléchit à le rendre plus automatique afin que davantage d’étudiantes et d’étudiants en profitent. « Comme il est assez bien structuré, on songe à le proposer en ligne », annonce Flavien Bazenet.

Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom