Innovation Pédagogique et transition
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

NTIC : Etat des lieux en France et conséquences sur la santé physique. Partie 1

8 octobre 2023 par binaire Coopérer 276 visites 0 commentaire

Un article repris de https://www.lemonde.fr/blog/binaire...

Petit mot sur l’autrice : Servane Mouton est docteure en médecine, neurologue et neurophysiologiste, spécialisée en psychopathologie des apprentissages et titulaire d’un master 2 en neurosciences. Elle s’intéresse particulièrement au neuro-développement normal et à ses troubles ainsi qu’aux liens entre santé et environnement. Elle nous partage dans ce billet une analyse sur l’impact des NTIC sur la santé physique des enfants au travers de trois aspects des enjeux de santé individuelle et publique à court, moyen et long terme : la sédentarité, le sommeil, et la vision. Ikram Chraibi Kaadoud, Thierry Viéville.

Le déploiement d’internet dans les années 1990, l’arrivée des smartphones en 2007 et plus récemment, les confinements successifs liés à la pandémie COVID 19 en 2020, se sont accompagnés d’une véritable explosion des temps d’écran et ce dès le plus jeune âge. Car à côté de la numérisation croissante de tous les secteurs d’activité – à savoir en santé, éducation, mais aussi agriculture, transports, journalisme, etc – les populations des pays connectés font surtout massivement usage des écrans pour leur divertissement.

NTIC :

Sigle désignant « Nouvelles technologies de l’information et de la communication » qui regroupe l’« ensemble des techniques et des équipements informatiques permettant de communiquer à distance par voie électronique » (Dictionnaire Larousse). Les NTIC permettent à leurs utilisateurs d’accéder aux sources d’information, de les stocker, voire de les transmettre à d’autres utilisateurs dans un délai très court.

Definition extraite deGrevisse, Y. R. DE LA FALSIFICATION ELECTRONIQUE DES DOCUMENTS DANS LE SECTEUR EDUCATIF EN RDC : les enjeux des NTIC. Technological Forecasting & Social Change, 77, 265-278.

Le tableau 1 ci dessous présente les recommandations actuelles de temps d’écran, qui sont discutables et les usages tels qu’ils sont observés aujourd’hui. Force est de constater que l’écart est considérable. Ces recommandations devraient être remises en question, car elles ne tiennent à notre sens pas compte de tous les enjeux en présence. Ceux-ci sont d’ordre sanitaire pour l’espèce humaine, mais aussi environnemental, et, finalement, sociétal.

Il n’est pas possible de détailler ici chaque question de chacun de ces trois volets (nous en avons proposé un tour d’horizon non exhaustif dans un ouvrage collaboratif récemment publié Humanité et Numérique : les liaisons dangereuses, Editions Apogée) 1.

Nous vous proposons de nous attarder sur trois aspects des enjeux de santé individuelle et publique à court, moyen et long terme : la sédentarité, le sommeil, et la vision. Les conséquences neuro-développementales et socio-relationnelles de l’usage des écrans par les parents en présence de l’enfant, ou par l’enfant et l’adolescent lui-même, nécessiteraient un billet dédié.

TABLEAU 1 – Temps d’écran par appareil et global en fonction de l’âge en France, Recommandations.

Etude IPSOS pour l’Observatoire de la Parentalité et de l’Education au Numérique et l’Union Nationale des Familles 2022. * Anses. 2017. Etude individuelle nationale des consommations alimentaires 3 (INCA 3).** Reid Chassiakos YL, Radesky J, Christakis D, Moreno MA, Cross C ; COUNCIL ON COMMUNICATIONS AND MEDIA. Children and Adolescents and Digital Media. Pediatrics. 2016 Nov ;138(5).*** L’OMS publie les premières lignes directrices sur les interventions de santé numérique. Communiqué de presse. Avril 2019. https://www.who.int/fr/news/item/17-04-2019-who-releases-first-guideline-on-digital-health-interventions.

Sédentarité, troubles métaboliques et santé cardiovasculaire (Figure 1)

Figure 1 – Liens entre usage des écrans, maladies métaboliques et cardiovasculaires

Le temps passé assis devant un écran pour les loisirs est depuis une quarantaine d’années l’indicateur le plus utilisé dans les études pour évaluer la sédentarité chez les personnes mineures. Pour les adultes, on utilise souvent des questionnaires tels le Recent Physical Activity Questionaire, explorant toutes les activités sédentaires (temps passé devant les écrans, mais aussi dans les transports, au travail etc.)

Or la sédentarité est un facteur de risque cardio-vasculaire indépendant, qui elle-même favorise le développement des autres facteurs de risque que sont le surpoids voire l’obésité et le diabète de type2. Notons que la sédentarité augmente la mortalité toutes causes confondues, ceci n’étant pas entièrement compensé par la pratique d’une activité physique modérée à intense.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande aujourd’hui de ne pas exposer les enfants aux écrans avant deux ans2, puis une heure quotidienne maximum jusqu’à 5 ans (mais moins, c’est mieux « less is better » !). Au-delà et jusqu’à jusqu’ à 17 ans, les activités sédentaires ne devraient pas excéder 2 heures chaque jour. Pour cette tranche d’âge, l’Académie de Pédiatrie Américaine (AAP) fixe à 1h30 le seuil de sécurité, des effets délétères étant déjà significatifs dès 2h/j3.

Les Français de plus de 11 ans passent 60% de leur temps libre devant un écran. L’âge moyen d’obtention du premier téléphone est 9 ans.

Alors qu’en France l’exposition aux écrans est déconseillée pour les moins de 3 ans, une étude IPSOS-UNAF publiée en 20224 estimait le temps moyen passé devant la télévision à 1h22 et celui devant un smartphone à 45 minutes chaque jour dans cette tranche d’âge. Cette enquête ne fournissant pas les temps d’écrans globaux quotidiens, voici des chiffres publiés dans un rapport de l’ANSES (Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du travail) en 20175, qui sous-évaluent très certainement les pratiques actuelles « post-COVID 19 » : le temps d’écran moyen était d’environ 2 heures chez les 3-6 ans, 2h30 chez les 7-11 ans, 3h30 chez les 11-15 ans, quasiment 5 heures chez les 15-17 ans, idem chez les adultes. Les deux tiers des 7-10 ans et la moitié des 11-14 ans y consacraient plus de 3 heures par jour, un quart des 15-17 ans plus de 7 heures et seulement un tiers moins de 3 heures. Plus le niveau socio-éducatif des parents est élevé, moins l’enfant est exposé aux écrans.

Les adultes passent eux environ 5 heures devant un écran chaque jour en dehors du travail, 84% d’entre eux sont considérés comme sédentaires.

Ceci a conduit les auteurs des rapports publiés en 20166 et 20207 par l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) à conclure, parlant de la sédentarité et de l’activité physique chez les moins de 18 ans : « il n’est pas fréquent, dans les résultats des expertises en évaluation de risques de l’agence, que près de la moitié de la population est considérée comme présentant un risque sanitaire élevé ».

Mais les outils numériques sont aussi le support de choix pour la publicité, notamment pour les aliments à haute teneur en graisse, sucre et sel, dont la consommation favorise hypertension artérielle, diabète, surpoids et obésité, hypercholestérolémie, tous étant des facteurs de risque cardio-vasculaires8. On y rencontre aussi la promotion de boissons alcoolisées9, du tabac et des e-cigarettes10, que les publicités soient officielles ou que ces produits soient valorisés dans les films, les séries, ou par les influenceurs. L’analyse des données de navigation permet de présenter des publicités d’autant plus efficaces qu’elles sont ciblées. La puissance de tels algorithmes est bien reconnue11.

L’usage des écrans tel qu’il est observé aujourd’hui favorise donc la survenue de maladies cardio-vasculaires. Rappelons que les maladies cardiovasculaires sont actuellement la première cause de mortalité dans le monde selon l’OMS et que leur prévalence ne cesse d’augmenter12. En France, elles sont responsables de 140.000 décès par an, et 15 millions de personnes sont soignées pour un problème de santé cardio-vasculaire (c’est-à-dire un facteur de risque ou une maladie vasculaire). Les Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) et les maladies coronariennes, dont l’infarctus du myocarde sont les plus fréquentes. En France, toujours, une personne est victime d’un AVC toutes les 4 minutes, soit près de 120.000 hospitalisations par an, auxquelles s’ajoutent plus de 30.000 hospitalisations pour accident ischémique transitoire (AIT). Les AVC sont la deuxième cause de mortalité après les cancers, ils sont ainsi responsables de près de 40.000 décès par an en France. Ils sont aussi la première cause de handicap acquis chez l’adulte, et la deuxième cause de démence (après la maladie d’Alzheimer). Concernant les maladies coronariennes, environ 80 000 personnes présentent un infarctus du myocarde en France chaque année, 8.000 en décèdent dans l’heure, 4. 000 dans l’année qui suit13.

Outre les troubles métaboliques précédemment décrits (comportements sédentaires augmentant ainsi le risque d’obésité et des désordres métaboliques liés, et par conséquent le risque de maladies cardio-vasculaires à moyen et long terme), l’exposition prolongée aux écrans est depuis peu suspecte de modifier le tempo pubertaire (favorisant les avances pubertaires) 14.

Sommeil

Le sommeil n’est pas seulement un temps de repos mais un temps où les hormones et le métabolisme se régénèrent. Or l’usage excessif des écrans peut contribuer à la réduction du temps de sommeil ou à une altération de sa qualité, à tout âge d’autant plus que cet usage est prolongé, a lieu à un horaire tardif et/ou dans l’heure précédent l’endormissement théorique (soirée, nuit), que l’écran est placé à proximité immédiate des yeux et que les contenus sont stimulants. La présence d’un écran dans la chambre est associée à une altération quantitative et qualitative du sommeil. Ceci est particulièrement préoccupant chez les moins de 18 ans car les habitudes de sommeil s’installent dans l’enfance et une mauvaise hygiène sur ce plan est particulièrement susceptible de s’inscrire dans la durée.

Les problèmes de santé favorisés par la dette chronique de sommeil sont multiples15 : troubles métaboliques tels que le surpoids ou l’obésité, le diabète, les maladies cardiovasculaires16 ; troubles de l’humeur et certaines maladies psychiatriques comme la dépression17 ; troubles cognitifs avec diminution des performances en termes de mémorisation, d’apprentissage et de vitesse d’exécution notamment ; développement de maladies neuro-dégénératives telles que la maladie d’Alzheimer, possiblement via des mécanismes inflammatoires neuro-toxiques18 ; augmentation du risque accidentogène (accident de la vie courante, accident du travail), en particulier accidents de la circulation19 ; infections 20 ; certains cancers, tel le cancer du sein21. De façon générale, la privation de sommeil chronique augmente le risque de mortalité22.

Selon une enquête de l’Institut National de la Vigilance et du Sommeil (INVS) en 202223, 40% des enfants de moins de onze ans (60% des 6-11 ans) regardent un écran dans l’heure précédant l’endormissement. Pour 7% d’entre eux, il s’agit même du rituel accompagnant le coucher. Un enfant de moins de onze ans sur dix s’endort dans une pièce où un écran est allumé.

Le même INVS établissait en 202024 que les adolescents français dorment en moyenne 7 h 45, dont moins de 7 h par nuit en semaine, au lieu des 8,5 à 9h de sommeil recommandées par la National Sleep Fondation. Seize pour cent des enfants de onze ans et 40 % de ceux de quinze ans ont un déficit de plus de 2h de sommeil par jour en semaine. Dès 11 ans, ils sont 25% à être équipés d’un téléviseur et 40% d’un ordinateur dans leur chambre, cette proportion passant à 1/2 et 2/3 respectivement pour les 15-18 ans.

Une autre étude française réalisée chez 776 collégiens25 révèle que la plupart des adolescents utilisent leurs écrans pendant la nuit ce qui impacte la durée et la qualité de sommeil. Ces activités peuvent être initiées lorsqu’ils se réveillent spontanément pendant la nuit (73,9%) ; mais 26% de ces adolescents, programment un réveil en cours de nuit.

La durée moyenne du sommeil chez les adultes de 18 à 65 ans est passée de 7h05 en semaine et 8h11 le week-end en 2016, à 6h41 en semaine et 7h51 le week-end en 2020. Le temps recommandé par la NSF est compris entre 7 à 9h. En 2022, 60% des adultes regardent un écran dans l’heure précédant l’endormissement (versus 38% en 2016 et 45% en 2020) et pour 23% d’entre eux, le temps d’exposition moyen est de plus d’une heure et demie.

En 2016, selon l’enquête de l’INVS26, 20% des personnes interrogées gardent leur téléphone en fonctionnement pendant la nuit. Cinquante pour cent d’entre elles, soit 10% des personnes interrogées sont réveillées par des messages ou notifications. Parmi elles, 92 % les consultent, 79 % y répondent immédiatement. En 2020, ce sont près du double de personnes (16 %) interrogées qui sont réveillées la nuit par des alertes.

Selon le rapport de l’INVS de 2020 : « Pierre angulaire des difficultés de sommeil des enfants et des adolescents, les écrans sont aujourd’hui au premier plan des préoccupations des spécialistes ».

Vision

L’ANSES s’est penché sur la question des impacts de l’éclairage LED sur la santé et l’environnement, publiant un rapport édifiant en 201927. Parmi les impacts négatifs, l’usage des écrans peut ainsi compromettre le système visuel en favorisant l’apparition d’une myopie. Ceci est lié à la surutilisation de la vision de près au détriment de la vision de loin, mais surtout à l’exposition à un éclairage artificiel au détriment de celui à un éclairage naturel. Les écrans sont en effet utilisés à l’intérieur, éventuellement sous un éclairage artificiel, et sont eux-mêmes une source supplémentaire d’exposition à un tel éclairage (le caractère riche en bleu de la lumière artificielle serait un élément clé dans cet effet néfaste). Le temps passé par les enfants devant les écrans pour leurs loisirs est donc hautement préoccupant, car il se fait au détriment d’activités en plein air, auxquelles ils devraient s’adonner au minimum 2 heures chaque jour du point de vue ophtalmologique (selon le Baromètre de la myopie en France, 2022, seulement 36% des parents déclarent que leur enfant remplit cette exigence13). Aujourd’hui, une personne sur trois présente une myopie dans le monde, cela pourrait être une sur deux en 2050.

De plus, cette lumière riche en bleu et pauvre en rouge a un effet phototoxique sur la rétine28. L’exposition aux sources lumineuses riches en lumière bleue telles les éclairages artificiels et les écrans a lieu le jour, mais surtout la nuit, moment où la rétine est plus sensible à cette phototoxicité.

Aucune donnée n’est disponible quant aux effets à long terme d’une exposition répétée/chronique à ce type d’éclairage.

L’utilisation intensive des écrans par la population jeune est préoccupante, car leur système visuel est moins protégé (transparence plus grande de leur cristallin laissant passer plus la lumière bleue que celui des adultes) et en développement, ce qui accroit largement ces risques.

L’usage croissant des écrans dans le cadre scolaire participe à cette majoration du niveau d’exposition.

Autres problématiques

Citons en vrac, et sans prétendre à l’exhaustivité : la perturbation du développement cognitif, émotionnel et socio-relationnel induit par l’usage des écrans par les parents en présence de l’enfant29, les mêmes troubles favorisés par l’exposition des enfants et adolescents aux écrans (rappelons que le cerveau mature jusqu’à 25 ans) 30, l’exposition aux contenus inappropriés (violence31, pornographie32), le cyber-harcèlement33, les défis sordides, l’hypersexualisation, la dysmorphie induite par les réseaux sociaux, la facilitation de la prostitution infantile (qui va croissante depuis plusieurs années) 34.

Mais aussi l’enrichissement du « cocktail » de perturbateurs endocriniens auxquels les usagers sont exposés, certains composants des outils informatiques et numériques appartenant à cette catégorie (notamment les retardateurs de flamme bromés, très volatiles et les PFAS), ceci étant particulièrement problématique chez les jeunes enfants, les adolescents et les femmes enceintes ; et l’exposition aux rayonnements radiofréquences au sujet de laquelle des scientifiques du monde entier ont appelé en 2017 à appliquer le principe de précaution, arguant de l’absence d’étude d’impact préalable au déploiement de cette technologie (en vain) 35.

En résumé …

… les impacts des NTIC sur la sédentarité, le sommeil, et la vision et plus globalement sur le développement cognitif, psychologique et socio-relationnel, ne sont pas encore précisément estimés. Cependant, ils apparaissent déjà hautement préoccupants. Face a ce constat, une question se pose : Quelles sont les actions possibles à mettre en place pour y pallier ?

Servane nous en parle dans la suite de ce billet à venir !

Références bibliographiques

Humanité et numérique : les liaisons dangereuses. Livre collaboratif coordonné par le Dr Servane Mouton, Editions Apogée, Avril 2023.

L’OMS publie les premières lignes directrices sur les interventions de santé numérique. Communiqué de presse. Avril 2019. https://www.who.int/fr/news/item/17-04-2019-who-releases-first-guideline-on-digital-health-interventions

Reid Chassiakos YL, Radesky J, Christakis D, Moreno MA, Cross C ; COUNCIL ON COMMUNICATIONS AND MEDIA. Children and Adolescents and Digital Media. Pediatrics. 2016 Nov ;138(5)

Etude IPSOS pour l’Observatoire de la Parentalité et de l’Education au Numérique et l’Union Nationale des Familles 2022. Etude OPEN IPSOS UNAF GOOGLE | OPEN | Observatoire de la Parentalité et de l’Éducation Numérique (open-asso.org)

ANSES. Etude individuelle nationale des consommations alimentaires 3 (INCA 3). Avis de l’Anses (Saisine n° 2014-SA-0234). 2017. Etude individuelle nationale des consommations alimentaires 3 (INCA 3) | vie-publique.fr

ANSES. Actualisation des repères du PNNS – Révisions des repères relatifs à l’activité physique et à la sédentarité. 2016. NUT2012SA0155Ra.pdf (anses.fr)

ANSES. Avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail relatif à l’évaluation des risques liés aux niveaux d’activité physique et de sédentarité des enfants et des adolescents. 2020. « AVIS de l’Anses relatif à l’évaluation des risques liés aux niveaux d’activité physique et de sédentarité des enfants et des adolescents

Catherine M. Mc Carthy, Ralph de Vries, Joreintje D. Mackenbach. The influence of unhealthy food and beverage marketing through social media and advergaming on diet-related outcomes in children—A systematic review. Obesity Reviews. 2022 Jun ; 23(6) : e13441 ; https://www.who.int/fr/news-room/factsheets/detail/children-new-threats-to-health ; Alruwaily A, Mangold C, Greene T, Arshonsky J, Cassidy O, Pomeranz JL, Bragg M. Child Social Media Influencers and Unhealthy Food Product Placement. Pediatrics. 2020 Nov ;146(5):e20194057.

Barker AB, Smith J, Hunter A, Britton J, Murray RL. Quantifying tobacco and alcohol imagery in Neƞlix and Amazon Prime instant video original programming accessed from the UK : a content analysis. British Medical Journal Open. 2019 Feb 13 ;9(2):e025807 ; Jackson KM, Janssen T, Barnett NP, Rogers ML, Hayes KL, Sargent J. Exposure to Alcohol Content in Movies and Initiation of Early Drinking Milestones. Alcohol : Clinical and Experimental Research. 2018 Jan ;42(1):184-194. doi : 10.1111/acer.13536 ; Chapoton B, Werlen AL, Regnier Denois V. Alcohol in TV series popular with teens : a content analysis of TV series in France 22 years after a restrictive law. European Journal of Public Health. 2020 Apr 1 ;30(2):363-368 ; Room R, O’Brien P. Alcohol marketing and social media : A challenge for public health control. Drug and Alcohol Review. 2021 Mar ;40(3):420-422.

WHO. 2015. Smoke-free movies : from evidence to action. Third edition ; Dal Cin S, Stoolmiller M, Sargent JD. When movies matter : exposure to smoking in movies and changes in smoking behavior. Journal of Health 8 Communication 2012 ;17:76–89 ; Lochbuehler K, Engels RC, Scholte RH. Influence of smoking cues in movies on craving among smokers. Addiction 2009 ;104:2102–9 ; Lochbuehler K, Kleinjan M, Engels RC. Does the exposure to smoking cues in movies affect adolescents’ immediate smoking behavior ? Addictive Behaviours 2013 ;38:2203–6. 97 ; https://truthinitiative.org/research-resources/smoking-pop-culture/renormalization-tobacco-use-streaming-content-services

Lapierre MA, Fleming-Milici F, Rozendaal E, McAlister AR, Castonguay J. The Effect of Advertising on Children and Adolescents. Pediatrics. 2017 Nov ;140(Suppl 2):S152-S156. doi : 10.1542/peds.2016-1758V ; Vanwesenbeeck I, Hudders L, Ponnet K. Understanding the YouTube Generation : How Preschoolers Process Television and YouTube Advertising. Cyberpsychology, Behavior, and Social Networking. 2020 Jun ;23(6):426-432.
https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/cardiovascular-diseases-(cvds)

Gabet A, Grimaud O, de Pereƫ C, Béjot Y, Olié V. Determinants of Case Fatality After Hospitalization for Stroke in France 2010 to 2015. Stroke. 2019 ;50:305-312 ; hƩps ://www.inserm.fr/dossier/accident-vasculaire-cerebral-avc/ ; https://www.inserm.fr/dossier/infarctus-myocarde/.

Crowley SJ, Acebo C, Carskadon MA. Human puberty : salivary melatonin profiles in constant conditions. Developmental Psychobiology 54(4) (2012) 468–73)

Morselli LL, Guyon A, Spiegel K. Sleep and metabolic function. Pflugers Archiv. 2012 Jan ;463(1):139–60. 15. Roberts RE, Duong HT. The prospective association between sleep deprivation and depression among adolescents. Sleep. 2014 Feb 1 ;37(2):239–44.

Wang C, Holtzman DM. Bidirectional relationship between sleep and Alzheimer’s disease : role of amyloid, tau, and other factors. Neuropsychopharmacology. 2020 ;45(1):104–20 ; Liew SC, Aung T. Sleep deprivation and its association with diseases- a review. Sleep Med. 2021 ;77:192–204.

Teŏ BC. Acute sleep deprivation and culpable motor vehicle crash involvement. Sleep. 2018 ;41(10).
Bryant PA, Curtis N. Sleep and infection : no snooze, you lose ? The Pediatric Infectious Disease Journal. 2013 Oct ;32(10):1135–7 ; Spiegel K, Sheridan JF, van Cauter E. Effect of sleep deprivation on response to immunization. JAMA. 2002 Sep 25 ;288(12):1471–2.

Lu C, Sun H, Huang J, Yin S, Hou W, Zhang J, et al. Long-Term Sleep Duration as a Risk Factor for Breast Cancer : Evidence from a Systematic Review and Dose-Response Meta-Analysis. BioMed Research International. 2017 ;2017:4845059.

Hanson JA, Huecker MR. Sleep Deprivation. 2022.

Liew SC, Aung T. Sleep deprivation and its association with diseases- a review. Sleep Med. 2021 ;77:192–204.

Institut national du sommeil et de la vigilance. 2022. 22Ème journée du Sommeil. Le sommeil des enfants et de leurs parents. BJ23423 – OpinionWay pour INSV – Février 2022 – 070322 – post réunion.pptx (institut-sommeil-vigilance.org)

Institut national du sommeil et de la vigilance. 2020. 20Ème journée du Sommeil. Le sommeil d’hier et de demain. Conférence de presse (institut-sommeil-vigilance.org)

Institut national du sommeil et de la vigilance. 2016. 16Ème journée du Sommeil. Sommeil et nouvelles technologies. institut-sommeil-vigilance.org/wp-content/uploads/2019/02/RESULTATS_ENQUETE_INSV_MEGN2016.pdf

Royant-Parola S, Londe V, Tréhout S, Hartley S. The use of social media modifies teenagers’ sleep-related behavior. Encephale. 2018 Sep 1 ;44(4):321–8.

AVIS et RAPPORT de l’Anses relatif aux effets sur la santé humaine et sur l’environnement (faune et flore) des systèmes utilisant des diodes électroluminescentes (LED). 2019.

Baromètre Les Français et la myopie. IPSOS. 2022. Microsoft PowerPoint – Ipsos_Myopie – Baromètre Les Français et la myopie_(RAPPORT GLOBAL MEDIATISE) (ensemblecontrelamyopie.fr)

Gawne TJ, Ward AH, Norton TT. Long-wavelength (red) light produces hyperopia in juvenile and adolescent tree shrews. Vision Research. 2017 ;140:55-65.

K. Braune-Krickau , L. Schneebeli, J. Pehlke-Milde, M. Gemperle , R. Koch , A. von Wyl. (2021). Smartphones in the nursery : Parental smartphone use and parental sensitivity and responsiveness within parent-child interaction in early childhood (0-5 years) : A scoping review. Infant Mental Health Journal. Mar ;42(2):161-175 ; L.Jerusha Mackay, J. Komanchuk, K. Alix Hayden, N. Letourneau. (2022). Impacts of parental technoference on parent-child relationships and child health and developmental outcomes : a scoping review protocol. Systematic Reviews.Mar 17 ;11(1):45.

Masur EF, Flynn V, Olson J. Infants’ background television exposure during play : Negative relations to the quantity and quality of mothers’ speech and infants’ vocabulary acquisition. First Language 2016, Vol. 36(2) 109–123 ; Zimmerman FJ, Christakis DA. Children’s television viewing and cognitive outcomes : a longitudinal analysis of national data. Arch Pediatr Adolesc Med. 2005 ;159(7):619–625 ; Madigan S, McArthur BA, Anhorn C et al. Associations Between Screen Use and Child Language Skills : A Systematic Review and Meta-analysis. JAMA Pediatr. 2020 Jul 1 ;174(7):665-675 ; Schwarzer C, Grafe N, Hiemisch A et al. Associations of media use and early childhood development : cross-sectional findings from the LIFE Child study. Pediatr Res. 2021 Mar 3 ; Madigan S, Browne D, Racine N et al. Association Between Screen Time and Children’s Performance on a Developmental Screening Test. JAMA Pediatr 2019 Mar 1 ;173(3):244-250 ; Lillard AS, et al. The immediate impact of different types of television on young children’s executive function. Pediatrics. 2011. 11. Swing EL, et al. Television and video game exposure and the development of attention problems. Pediatrics. 2010 ; Wilmer HH, Sherman LE, Chein MJ. Smartphones and Cognition : A Review of Research Exploring the Links between Mobile Technology Habits and Cognitive Functioning. Front Psychol 2017 Apr 25 ;8:605. Tornton, B., Faires, A., Robbins et al. The mere presence of a cell phone may be distracting : Implications for attention and task performance. Soc. Psychol. 45, 479–488 (2014) ; Hadar A, HadasI, Lazarovits A et al. Answering the missed call : Initial exploration of cognitive and electrophysiological changes associated with smartphone use and abuse. PLoS One. 2017 Jul 5 ;12(7). Beyens I, Valkenburg PM, Piotrowski JT. Screen media use and ADHD-related behaviors : Four decades of research. Proc Natl Acad Sci U S A. 2018 Oct 2 ;115(40):9875-9881 ; Nikkelen SW, Valkenburg PM, Huizinga M et al. Media use and ADHD-related behaviors in children and adolescents : A metaanalysis. Dev Psychol. 2014 Sep ;50(9):2228-41 ; Christakis DA, Ramirez JSB, Ferguson SM et al. How early media exposure may affect cognitive function : A review of results from observations in humans and experiments in mice. Proc Natl Acad Sci U S A. 2018 Oct 2 ;115(40):9851-9858. 7 .

Anderson CA, Shibuya A, Ihori N, Swing EL, Bushman BJ, Sakamoto A, Rothstein HR, Saleem M. Violent video game effects on aggression, empathy, and prosocial behavior in eastern and western countries : a meta-analytic reviewPsychol Bull. 2010 Mar ;136(2):151-73. doi : 10.1037/a0018251. Anderson CA, Bushman BJ, Bartholow BD, Cantor J, Christakis D, Coyne SM. Screen Violence and Youth Behavior. Pediatrics. 2017 Nov ;140(Suppl 2):S142-S147. doi : 10.1542/peds.2016-1758T.

Porno : l’enfer du décor – Rapport – Sénat (senat.fr)

Ferrara P, Ianniello F, Villani A, Corsello G. Cyberbullying a modern form of bullying : let’s talk about this health and social problem. Ital J Pediatr. 2018 Jan 17 ;44(1):14.

Rapport sur la prostitution des mineurs. 2021. sante.gouv.fr/IMG/pdf/synthese_rapport_sur_la_prostitution_des_mineurs_12072021.pdf

EMF Scientist Appeal Advisors Call for Moratorium on 5G – Environmental Health Trust (ehtrust.org)

Licence : CC by

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom