Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

« L’expérience écologique et sociale au Campus » : le récit de vie du projet, commenté par un habitant de l’éco-lieu

Un article repris de https://campus-transition.org/2021/...

Dans un ouvrage récemment paru aux éditions Fidélité, L’expérience écologique et sociale du Campus de la Transition, Xavier de Bénazé et Cécile Renouard, après deux ans d’installation à Forges, décident de revenir ensemble sur les débuts de ce projet aconfessionnel qui questionne la place de la dimension spirituelle dans nos vies.

Cette dimension spirituelle, qui peut être envisagée de manière très large sans référence à une tradition religieuse spécifique, gagne à s’abreuver à des sources diverses. Celles-ci peuvent être honorées de différentes manières à titre privé par celles et ceux qui contribuent au projet. La source chrétienne est une source essentielle, en lien avec l’histoire du Campus. Le livre de Xavier et Cécile montre comment cette source chrétienne contribue à nourrir des projets réunissant des hommes et des femmes de bonne volonté, de tous horizons, au service de la justice écologique et sociale, dans le prolongement modeste de ce que sont Emmaüs ou ATD, fondés par l’abbé Pierre et le père Wrezinski.

Xavier est diacre jésuite titulaire d’un master en écothéologie, délégué sur les questions écologiques pour sa province, secrétaire général du Campus de la Transition et ingénieur agronome.
Cécile est religieuse de l’Assomption, cofondatrice et présidente du Campus de la Transition, enseignante en philosophie et économie et a notamment travaillé sur la responsabilité éthique des entreprises.

Leur témoignage s’ouvre sur le récit de cette folle aventure qu’ils nous proposent de retracer pas à pas, de l’intuition initiale en 2016 à la sortie du Manuel de la Grande Transition à l’automne 2020. Ce manuel offre un socle commun à destination d’étudiants, d’enseignants-chercheurs et de professionnels qui peuvent alors suivre un parcours à travers six portes : un outil pédagogique qui permet à chacun de choisir différentes approches pour tenter d’appréhender la réalité du monde.

Ils poursuivent en se demandant en quoi ce lieu permet spécifiquement de vivre ce que les catholiques appellent désormais -en écho à la formule du pape François dans son encyclique Laudato si’ publiée au printemps 2015- une conversion écologique pour la sauvegarde de la maison commune. Ils interrogent notamment le rôle et la place des chrétiens dans la réponse à cet appel et les invitent à accueillir et agir avec les hommes et femmes de bonne volonté dans une attitude de dégagement joyeux.
Plus généralement, ils explorent ce qu’on pourrait définir comme étant la dimension spirituelle, dans une acceptation large, de ce projet et de ceux qui y participent.

Pour le non-chrétien que je suis, la quête de sens ; le besoin de cohérence ; le désir de développer une éthique individuelle ; une responsabilité commune ; d’autres manières de vivre ; d’apprendre à valoriser des choses simples ; à engager ce qu’on a dans ce qu’on est ; à faire croître notre qualité relationnelle avec nous-mêmes, les autres et le vivant ; sont autant de questionnements avec lesquels je suis arrivé pour interroger ma place en ce monde et les actions justes, cohérentes, raisonnables, joyeuses qui y seraient associées.

«  L’expérience que nous faisons au Campus dit quelque chose de cette quête : en cherchant à offrir des espaces de questionnement bienveillant, de retour sur soi lucide et tourné vers l’avenir, l’enjeu est bien de créer ou de soigner des conditions pour restaurer des relations de confiance dans la vie communautaire et sociale. Cela passe par la capacité à donner une place à chacun, à favoriser l’expérience de se sentir vivant, ancré et relié ; cela passe par le fait de reconnaître que chacun est appelé à prendre une place unique dans la société […] À notre toute petite mesure, nous cherchons nous aussi à ce que les personnes qui viennent au Campus deviennent davantage elles-mêmes. Venir à Forges, c’est faire l’expérience d’un pas de côté pour s’extraire du quotidien et des habitudes prises, et cela permet d’ouvrir des espaces intérieurs, de se laisser questionner et rejoindre.  »

Je terminerai en citant Amma, figure spirituelle contemporaine indienne, qui évoque l’équilibre instable nécessaire à trouver entre deux types d’éducation afin d’espérer tendre vers une paix intérieure et sociale : « education for living and education for life », l’éducation pour gagner sa vie, qui enseigne le langage de la technique, et celle pour apprendre à vivre, qui enseigne le langage du cœur.
Finalement, c’est peut-être là que se situe l’essence de la mission du Campus, intimement partagée par Cécile et Xavier.

Article rédigé par Rémi Vincent.

Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom