Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

La lecture du mois : « L’illusion de la finance verte »

Un article repris de https://campus-transition.org/2021/...

Ce mois-ci, on vous partage l’essai d’Alain Grandjean et de Julien Lefournier, préfacé par Gaël Giraud sur un sujet où de l’oxymore à la contradiction, l’illusion pointe son nez. C’est d’ailleurs le titre de cet ouvrage d’économie « L’illusion de la finance verte » (éditions de l’Atelier, mai 2021), à lire pour bien comprendre ce thème clé et décrypter les dessous du greenwashing du secteur de la finance.

Avec ce livre, Alain Grandjean qui est membre du Conseil académique du Campus et intervenant lors de nos formations, démontre que la « finance verte » n’aura pas d’impact, en tant que telle, si elle n’est pas encadrée solidement et si, au-delà du seul secteur financier, l’ensemble de l’économie ne s’y met pas.

« Une partie de la finance devient « verte », censée favoriser la transition écologique et énergétique, voire sauver le monde pour les plus audacieux de ses défenseurs. Impressionnante transformation quand la raison d’être de la finance reste… de faire de l’argent avec de l’argent !

Comment les mêmes acteurs financiers pourraient d’une part, faire ce qu’ils font normalement, c’est-à-dire maximiser le rendement de leurs investissements et, d’autre part, accepter de le réduire pour limiter la dérive climatique, dépolluer ou rendre l’air respirable ? « Obligations vertes », « green bonds », titres mirifiques, slogans prometteurs… Certes tout le monde ne prend pas pour argent comptant ce storytelling généralisé. Mais le fonctionnement des marchés financiers est opaque et mal connu (y compris de nombre de banquiers « responsables » !). Une grande variété d’acteurs et d’observateurs ont l’intuition que le récit proposé par la finance verte ne colle pas à la réalité mais n’arrivent pas à voir exactement où le bât blesse.

Les auteurs le montrent : ce récit ne résiste pas à l’analyse. Ces produits ne constituent pas une nouvelle classe d’actifs qui favoriseraient la transition. La finance ne fait ni mieux ni pire que ces entreprises qui se sont mises au « vert », au « durable » ou à « l’éco-responsable » de manière superficielle, exploitant une nouvelle forme de suggestion commerciale, un nouveau business. Malgré les belles promesses, la solution au financement de la transition ne viendra pas du marché lui-même car la transition implique un changement de modèle économique. »

Co-fondateur et associé de Carbone 4, cabinet de conseil en stratégie climat, Alain Grandjean est président de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme, et membre du Haut conseil pour le climat créé en novembre 2018. Co-auteur de plusieurs livres portant sur la transition écologique il a créé et anime les « Chroniques de l’anthropocène » : http://alaingrandjean.fr/

Retrouvez son analyse ici.

Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom