Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Un plan pour co-construire une société apprenante : présentation du rapport remis par F. Taddei et son résumé exécutif

8 avril 2018 Coopérer 921 visites 0 commentaire

A l’intelligence collective, la société reconnaissante

François Taddei a remis le rapport « Un plan pour co-construire une société apprenante », aux ministres du Travail, de l’Éducation nationale et de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, lors de la Journée de l’innovation de l’Éducation nationale, aujourd’hui le 4 avril.

Un article qui reprend la présentation en ligne sur le site du CRI et les deux pages du résumé éxécutif du rapport

5 axes pour co-construire une société apprenante

Le rapport prône la création progressive d’un “service public de la société apprenante” pour permettre à tous d’intensifier la recherche, de faciliter l’accès de tous à la formation, aux expériences et aux résultats, et impliquer le plus grand nombre dans la conduite de projets innovants.

Il est construit autour de 5 axes et propose 30 mesures opérationnelles, notamment :

  • ouvrir des tiers-lieux physiques et numériques pour faciliter les échanges de connaissances
  • organiser une « fête de l’apprendre » pour célébrer tous les apprentissages
  • créer un numéro et un carnet d’apprenant tout au long de la vie pour faciliter la formation, l’orientation et l’insertion
    -* développer une recherche interdisciplinaire, internationale et participative sur les nouvelles manières d’apprendre
  • créer des “labs des métiers de demain” ouverts à tous et de former les formateurs
  • bâtir un “campus numérique” pouvant fédérer les apports de chaque université et de créer une Alliance internationale pour des sociétés apprenantes et durables, en synergie avec les futures universités européennes
  • créer un “GIEC pour les intelligences, les apprentissages et les compétences”

Pallier aux inégalités et anticiper les mutations de notre société

Alors que les inégalités d’accès à la connaissance et à la formation se poursuivent, alors que l’écart se creuse entre ceux qui bénéficient et ceux qui souffrent de la globalisation et des transformations numériques, nos systèmes éducatifs et de formation ont besoin d’évoluer en profondeur pour faire face aux nouveaux défis comme le développement durable et aux mutations rapides de la société, induites notamment par les développements de l’intelligence artificielle.

L’éducation, la formation tout au long de la vie, le développement professionnel et la construction des nouvelles compétences nécessaires aux métiers de demain sont indispensables au progrès démocratique, économique et social. La prise en compte de ces enjeux est primordiale pour assurer l’inclusion sociale, l’insertion professionnelle, la mise à jour des connaissances, le développement des intelligences individuelles et collectives et, de fait, l’amélioration de la qualité de vie de tous les citoyens.

Au CRI, nous sommes fiers d’avoir adopté ces principes et de continuer à apporter notre pierre à la construction collaborative d’une société apprenante.

- voir le rapport
- voir les diapos de préentation
- on en parle


Le Résumé Exécutif

(pages 6 et 7 du rapport)

Une société apprenante facilite les apprentissages individuels et collectifs, pour que les savoirs et les expériences des uns permettent à d’autres d’apprendre et d’innover plus facilement. Elle apprend à apprendre en organisant au mieux les apprentissages de chacun et de chaque structure, des êtres humains comme des machines. Elle s’appuie sur la recherche, sur les possibilités du numérique et s’ouvre aux
innovations issues de tous les pays pour les adapter à son écosystème quand elles sont pertinentes. Une société apprenante développe ainsi ses capacités d’adaptation dans un monde où les changements sont toujours plus rapides, volatiles, complexes et incertains et peuvent susciter peurs et tentations de repli. Elle peut donc mieux
relever ses défis et permettre à chaque citoyen et à chaque jeune de contribuer à relever les siens. Grâce à une gouvernance publique souple, elle fédère les efforts de chacun et gagne à collaborer avec d’autres sociétés apprenantes pour bâtir ensemble une entité plus vaste, une planète apprenante, capable de relever les défis dont ceux énoncés dans les objectifs du développement durable (ODD) des Nations unies. Il s’agit donc de créer de nouveaux modes d’organisation, de mobiliser l’intelligence collective et d’affirmer des valeurs pour être capables de construire collectivement le monde de demain.

La première partie de ce rapport résume l’état d’esprit et les principes qui peuvent faciliter la mise en place d’une société apprenante. L’inclusivité, la confiance, le partage et la coopération en sont des valeurs essentielles ; elles favorisent la mise en commun des expériences de chacun, pour permettre le progrès de tous et de toutes. À tous égards, pour favoriser ces changements, le développement personnel et professionnel de l’ensemble des acteurs doit s’affirmer comme une priorité. L’enjeu est de passer d’une logique de contrôle à une logique de confiance, d’une logique hiérarchique à une logique de mentorat bienveillant qui aide chacun à progresser en s’adossant à la recherche et en contribuant à l’élaboration des connaissances.

Les recommandations qui suivent ne doivent donc pas être imposées mais gagnent à être construites collectivement, prototypées et testées avec des acteurs volontaires et pionniers disposant de moyens pour expérimenter, documenter et partager leurs explorations.

Dans la deuxième partie du rapport, nous avons recensé de nombreuses innovations déjà existantes dans les établissements, les organismes et sur divers territoires apprenants. Nous avons accordé une attention particulière aux nouvelles technologies qui rendent possible la création d’un « campus numérique »,
véritable écosystème de connaissance augmentée, rapide, décentralisé, coopératif, inclusif et ouvert. Tous nos interlocuteurs souhaitent prendre part à un mouvement de plus grande envergure afin de dépasser certains freins culturels ou institutionnels et optimiser l’impact des actions déjà engagées à leur niveau.

Ainsi ce rapport plaide-t-il pour intensifier la recherche, faciliter l’accès de tous à la formation, aux expériences et aux résultats, et impliquer le plus grand nombre dans la conduite de projets innovants.

La troisième partie du rapport formule des recommandations, sous la forme de cinq actions globales et trente propositions opérationnelles, et insiste sur leur complémentarité. Pour augmenter les synergies et
l’impact systémique, il faut simultanément :
- Favoriser les expérimentations de démarche apprenante dans les territoires pour prototyper, documenter, partager et évaluer des projets prometteurs aux bénéfices de tous.
- Créer des écosystèmes numériques d’apprentissage, dont un carnet de l’apprenant, qui permettent à chacun de documenter ses apprentissages, s’orienter, rencontrer pairs et mentors et penser son avenir.
- Stimuler la recherche pour l’éducation, en mobilisant toutes les disciplines et en créant des sciences participatives de l’apprendre pour que tous soient invités à être des co-chercheurs capables d’innover.
- Réinventer et enrichir la formation adossée à la recherche des acteurs de la société apprenante, en particulier les formateurs, les formateurs de formateurs et les décideurs, en créant un campus numérique, lieu de ressources pour le vivier d’acteurs de la société apprenante.
- Inviter nos partenaires à co-construire une Europe et une planète apprenantes, en créant ensemble une alliance internationale, agile et dotée de plateformes numériques pour mutualiser les recherches et les innovations, former tous les acteurs désirant contribuer et mobiliser l’intelligence collective en s’ouvrant aux initiatives et aux questionnements de la société, à l’heure de la coévolution des intelligences humaines et artificielles.

Un calendrier de mise en oeuvre, ainsi que les moyens financiers nécessaires à ces propositions ont été autant que possible précisés. On pourra en particulier s’appuyer sur divers financements propres des différentes institutions de la société apprenante ou des collectivités, des appels d’offres nationaux (ANR, PIA, PIC en
particulier) ou européens dans le cadre des programmes cadres (FP 9 en cours de négociation) de la DG Recherche ou des évolutions des programmes Erasmus et la création d’universités européennes.

Les différentes propositions de ce rapport gagneront à être menées dans le cadre d’une gouvernance agile et unifiée pour limiter les effets de silos institutionnels et maximiser les synergies entre les actions proposées. Le rapport propose que ces actions et propositions soient intégrées dans un plan interministériel sur cinq ans,
dont la conduite peut passer par la constitution d’une personne morale ad hoc visant un objectif de transversalité, dotée d’une grande agilité et capacité de dialogue, de communication et d’initiative, et promouvant une expertise et un sens pratique important au service d’une mission claire et ambitieuse.

Un service public de la société apprenante doit émerger progressivement, pour faciliter les évolutions et les adaptations nécessaires tout en évitant de laisser aux multinationales du numérique le pouvoir de s’accaparer les apprentissages de tous. Il s’agit aussi de fédérer les forces existantes en France et chez nos partenaires internationaux, en particulier européens, pour permettre à chacun de développer son potentiel et de contribuer à co-construire demain, parce que c’est un enjeu démocratique essentiel. En effet, alors que se creuse l’écart entre ceux qui bénéficient et ceux qui souffrent de la globalisation et des transformations numériques en cours, alors que les inégalités en matière de savoirs et de connaissances nourrissent la peur et le rejet de l’Autre et donnent lieu à des récupérations politiques dans tous les pays occidentaux, il s’avère urgent et nécessaire de créer les conditions pour permettre à tous d’apprendre à
saisir les nouvelles opportunités qui s’ouvrent.

Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom