Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

« L’Emploi : moteur de la transformation bas carbone » : le Shift publie son rapport final

Un article repris de https://theshiftproject.org/article...

Nous avons le plaisir de vous présenter le rapport « L’Emploi : moteur de la transformation bas carbone », sixième rapport final et véritable clé de voûte du vaste Plan de transformation de l’économie française (PTEF). 

Ce rapport s’appuie sur l’ensemble des travaux sectoriels du PTEF, l’expérience des auteurs, des recherches bibliographiques poussées, et surtout des échanges avec des dizaines de professionnels pour présenter les évolutions quantitatives et qualitatives de l’emploi cohérentes avec la décarbonation de la France à horizon 2050. Il propose également une série de mesures concrètes à mettre en œuvre par secteur, mais aussi plus globalement : une véritable politique industrielle pour la mise en action du PTEF dans l’économie française.

Un webinaire de présentation est organisé le 9 décembre à 18h : retrouvez le programme détaillé sur cette page.

 

L’Emploi : moteur de la transformation bas carbone

Ces travaux analysent l’évolution nécessaire de l’emploi, en volume et en compétences, pour que la France puisse basculer dans une société décarbonée. L’ampleur inédite de cette transformation et son caractère systémique supposent qu’elle soit anticipée, discutée et planifiée à toutes les échelles.

Contexte

La question de l’emploi est centrale dans l’ensemble des travaux du PTEF : l’objectif est d’en faire le facteur de succès de la décarbonation du pays, plutôt qu’une variable d’ajustement soumise aux aléas des choix faits dans l’urgence, en particulier face aux crises énergétiques et climatiques annoncées.
Les secteurs étudiés dans le cadre du PTEF couvrent 11,9 millions d’emplois actuels, soit 45 % de la population active. Certains secteurs, considérés comme les plus concernés par la décarbonation (transports, logement, agriculture, certaines industries, etc.) ont fait l’objet d’une analyse quantitative.

Une création nette d’emplois à horizon 2050 (sur le périmètre quantifié)

Sur les 4 millions d’emplois quantifiés dans le PTEF, l’équipe du Shift Project montre que la décarbonation de l’économie entraînerait une croissance nette de la demande de main-d’œuvre de l’ordre de 300 000 emplois à horizon 2050. Cette croissance cache de fortes créations (1,1 million) et destructions d’emplois (800 000).
C’est l’agriculture qui verrait la plus forte hausse nette avec près de 500 000 emplois supplémentaires sur les trente prochaines années. La rénovation des logements, l’essor des mobilités actives, en particulier du vélo, et la relocalisation de certaines industries permettrait également de créer de nombreux emplois. À l’inverse, d’autres activités verraient leurs effectifs se réduire, comme l’industrie automobile (telle qu’elle existe aujourd’hui), le transport routier et la construction de logements neufs.
Les secteurs qui resteraient stables d’un point de vue quantitatif connaîtraient également des évolutions profondes. Dans l’enseignement par exemple, les disciplines essentielles à la décarbonation prendraient de l’ampleur. Les professionnels de santé feraient quant à eux évoluer leurs pratiques vers la prévention. Dans le spectacle vivant, la limitation des jauges au profit d’événements plus petits et plus nombreux permettrait de réallouer l’emploi sur les territoires.

Le prochain quinquennat sera décisif

Le rapport publié aujourd’hui met l’accent sur la nécessité d’anticiper, de planifier et d’accompagner ces mutations dès le prochain quinquennat. Concrètement, il s’agit d’activer différents leviers complémentaires :

  • repenser les formations initiales et continues en formant l’ensemble des métiers aux enjeux énergie-climat, en faisant évoluer les pratiques et en développant de nouvelles compétences sectorielles nécessaires à la décarbonation ;
  • lever les freins à la demande de formation en facilitant les démarches, en mutualisant les moyens et en aidant activement les TPE-PME ;
  • appuyer les reconversions inter- et intra-sectorielles en améliorant l’attractivité de certains métiers (conditions salariales, pénibilité, reconnaissance sociale) ;
  • mettre en place un pilotage fort au niveau de l’État et des territoires pour orienter, coordonner et appuyer l’ensemble des acteurs.

Pour mettre en œuvre ces mesures de façon efficace, la France doit se doter d’une politique industrielle renforcée et d’une stratégie de compétitivité économique pérenne au niveau national et territorial. Celle-ci doit s’appuyer selon nos analyses sur trois piliers : compétence des individus et des organisations, résilience locale des chaînes de valeur, et réglementation forte et pensée sur le long terme pour l’investissement et l’innovation dans la transition. Le rapport propose des instruments cohérents avec cette stratégie, et un mode de pilotage collectif, résolu et soutenu pour maintenir le cap vers les objectifs : la décarbonation, la résilience et l’emploi.


À propos du PTEF

Né dans le sillage de la crise sanitaire, le PTEF vise à proposer des voies pragmatiques pour transformer l’économie en la rendant moins carbonée et plus résiliente.

Initié au début du 1er confinement, ce plan s’inscrit dans la perspective du fameux « monde d’après », et a vocation à alimenter le débat public qui va précéder l’élection présidentielle de 2022. Il s’agit d’une tentative de conception « à grande échelle » d’un programme systémique de mesures opérationnelles (réglementaires, économiques, fiscales, sociales) destinées à rendre notre économie effectivement compatible avec la limite des 2°C désormais communément prise pour objectif, dans de nombreux secteurs.

En 2021, les travaux de recherche continuent, cette fois secteur par secteur, en consultant et en mobilisant le plus grand nombre d’acteurs possible.

Pour découvrir ce qui a déjà été publié au titre du PTEF, rendez-vous sur cette page.


L’équipe du projet

Ce travail a été conduit dès le printemps 2020 par Yannick Saleman, Chef de projet « Emploi et Finance », avec la coordination de Zeynep Kahraman-Clause, Directrice des projets, et l’appui de Vinciane Martin, Chargée de projet « Emploi et Finance ».

Ce projet a également reçu le soutien et les conseils de nombreux professionnels que l’équipe tient à remercier chaleureusement.

Contacts : 

L’article « L’Emploi : moteur de la transformation bas carbone » : le Shift publie son rapport final est apparu en premier sur The Shift Project.

Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom