Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Chronique d’une continuité pédagogique : du présentiel au distanciel

28 avril 2020 par Living Lab Sofa Veille 545 visites 0 commentaire

Un article repris de https://living-lab.cnam.fr/index.ph...

Episode 2 : Chantal Baudin Ouvrard, rythmer la journée et varier les modalités pédagogiques

La période de confinement liée aux risques du Covid 19 a amené plusieurs formateurs à modifier leur manière d’enseigner. Pour assurer la continuité pédagogique auprès des élèves, ils ont adapté leurs cours, initialement prévus en présentiel, en cours à distance. Et pour les premiers dans des délais très courts ! Alors comment ont-ils fait face à ces nouvelles contraintes ? Quelles stratégies ont-ils mis en place ? Comment ont-ils développé de nouvelles compétences à cette occasion ? Quelle a été le rôle de la formation pendant cette période ?

Et si cette situation de crise était l’occasion de réinterroger ses pratiques pédagogiques, de se remettre en question et d’adapter ses cours aux apprenants…

Le Living Lab Sofa a interviewé 3 enseignants, au tout début de la crise, sur la façon dont ils ont réalisé leurs cours à distance. Ils ont été formés à la plateforme Moodle, ont découvert des outils de communication tel que le logiciel de visioconférence BigBlueButton ou de production de ressources pédagogiques tels que Screencast-O-matic pour la capture vidéo ou le mur collaboratif Padlet. Et puis, ils ont expérimenté en direct.

Après le récit de Jacques Guilpart enseignant dans la filière ingénieur du Cnam, c’est au tour de Chantal Baudin-Ouvrard, enseignante en communication professionnelle orale et écrite, de partager son expérience.

  • Un cours de communication à distance

Pour Chantal Baudin-Ouvrard, la mission était une véritable gageure : enseigner la communication écrite et surtout la communication orale… à distance, pendant une journée ! « Passer d’un cours en présentiel à un cours à distance en une semaine, c’était le grand écart ! », raconte-t-elle. Continuité pédagogique oblige, elle s’y est engagée et en tire un certain nombre d’enseignements sur les conditions pour favoriser l’enseignement à distance.

Un petit groupe

Première condition favorable, la taille du groupe : il a été divisé en deux pour cet enseignement en début d’année, « ils étaient 12 élèves au lieu de 24, ce qui favorisait les interactions », explique l’intervenante.

  • Une plateforme collaborative adaptée

Ensuite, le bon média. C. Baudin-Ouvrard a d’abord cherché par elle-même, dès l’annonce faite par le Cnam : « le week-end j’ai regardé ce qui existait sur internet, c’était compliqué. Et le lundi, le Cnam nous a invités à trois webinaires pour nous former à la plateforme Moodle et ses outils. Et j’ai trouvé la plateforme assez intuitive, alors je me suis lancée !  ».

  • Un accompagnement personnalisé

Une connaissance préalable : « Ce qui a aidé aussi, explique C. Baudin-Ouvrard, c’est que je connaissais un peu l’ingénieure pédagogique qui m’a accompagnée. Nous nous étions déjà rencontrées lors d’une réunion pédagogique peu de temps avant ; cela a facilité la collaboration, je crois ».

  • Du temps pour la préparation

Attention, on ne passe pas du présentiel au distanciel sans préparation. Et cela prend du temps : « il m’a bien fallu deux jours pour préparer cette journée, mais c’était l’occasion de concevoir différemment les contenus ». On peut faire l’hypothèse que la reproduction de ce cours nécessiterait moins de temps de préparation pour ce mode à distance.

  • Modifier ses supports de formation

Une évolution de sa manière d’enseigner : « Je devais enseigner sur cette séance, la conduite de réunion, ce qui est difficile à réaliser en visio sans préparation au préalable des étudiants. Même si on utilise de plus en plus la visio dans le travail (le confinement renforce d’ailleurs cette pratique), j’ai donc –dans l’urgence- changé de prisme pour l’aborder. Avec l’intervenante avec qui je travaille en duo, nous sommes parties de vidéos existantes de Youtube que nous avons analysées avec les élèves ». Elle a dû aussi modifier certains exercices pour les mettre à disposition des apprenants sur la plateforme Moodle afin qu’ils soient plus autonomes.

  • Rythmer la journée et varier les modalités pédagogiques

Ce que retient surtout C. Baudin-Ouvrard, c’est l’importance du rythme pour maintenir l’attention et la motivation des apprenants tout au long de la journée. Le séquençage a donc été pensé pour alterner phase de travail individuel et temps de remédiation. « Je les ai accueillis en classe virtuelle sur BigBlueButton, ce qui est plutôt sympa. Je leur ai donné un exercice qu’il pouvait trouver sur la plate-forme, il devait le faire en autonomie et me le renvoyer par e-mail, et je les reprenais en visio pendant 30 à 45 minutes pour commenter l’exercice. Et ainsi de suite pendant toute la journée.. Bref, c’était très rythmé  ! ».

  • Alterner présentiel et distanciel

Néanmoins la communication (en particulier l’oral) peut-elle s’apprendre intégralement à distance ? Ce n’est pas le point de vue de C. Baudin-Ouvrard. « On ne peut pas tout faire à distance car on a besoin de se voir ! La communication para verbale que nous enseignons est très importante et là, cela est très difficile de le faire à distance ; nous devons aussi être attentifs à tous les apprenants et vérifier qu’ils suivent ; seuls les contacts directs nous le permettent ».

L’intervenante pointe toutefois un intérêt nouveau à ce dispositif à distance : « Quand je suis en classe, j’interroge un ou deux élèves, et certains peuvent passer entre les mailles du filet. Là, ils ne pouvaient pas puisqu’ils devaient tous produire et m’envoyer leur exercice par mails ».

Au final, les apprenants interrogés par la responsable de formation de Cholet ont déclaré qu’ils avaient travaillé autant en ligne que lorsqu’ils sont en salle. Ils n’étaient pas forcément familiarisés à Moolle mais se sont rapidement appropriés la plateforme.

Et puis, cerise sur le gâteau, en distanciel, « il n’y a plus de papier, c’est éco-responsable ! », conclut C. Baudin-Ouvrard.

Et vous, comment avez-vous vécu la continuité pédagogique ? N’hésitez pas à réagir et à partager votre expérience en commentaire !

Sofa vous propose trois scénarios pédagogiques pour assurer la continuité pédagogique en formation.

Licence : CC by-nc-sa

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom