Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Dossier MOOC # 1 : Sur quelle plateforme mettre en place son MOOC ?

22 janvier 2018 par Miss MOOC Veille 396 visites 0 commentaire

Un article repris de https://missmoocparis.wordpress.com...

Plateforme de formation & LMS (Learning Management System) … comment s’y repérer ?

En matière de transformation digitale Learning, une des questions qui taraude rapidement tout entrepreneur, tout RH, tout Directeur de formation etc, qui souhaite lancer son offre de digital learning, lancer son MOOC, c’est :

Sur quelle plateforme vais-je mettre en place ce MOOC ou ce digital learning ?

Et en la matière il y a pléthore de choix puisque plus de six cents plateformes sont recensées…
Alors comment s’y repérer ?
Comment aller au-delà des offres commerciales et mettre en adéquation son besoin, ses ressources (technique, RH, financière…) et les fonctionnalités d’une plateforme ?

Infos globales sur les plateformes

Tout d’abord de quoi parlons nous lorsque nous parlons de plateforme ou de LMS (pour Learning Management System) :

Un LMS (ou learning management system) est un logiciel permettant la gestion de l’activité des personnes concernées (apprenants, formateurs, administrateurs) et la diffusion des contenus pédagogiques (e-learning). Il s’agit donc d’une plateforme d’enseignement à distance qui accompagne toute personne impliquée dans un processus d’apprentissage en ligne (lexique du guide LMS 2017).

Alors que sort demain le guide 2018, chaque nouvelle réédition du guide LMS & MOOC par la FFFOD (Le forum des acteurs de la formation digitale) est l’occasion de le partager, de le diffuser (promis amis du @fffod, en dirigeant préalablement vers votre page d’inscription) car la demande pour s’y repérer dans la jungle des plateformes est forte… régulièrement au cours des projets que j’accompagne, on me demande de l’information, pour laquelle ce guide est une petite bible… et comme pour la énième fois je viens de le conseiller, je me suis dis qu’il est grand temps de se coller à la rédaction d’un article pour éclairer le sujet…et de vivement remercier ces auteurs 😉

Pour commencer donc, rendons à la FFFOD et à ses auteurs, ce qui est à la FFFOD, et à ses auteurs 😉
Vous concocter cet article est tout d’abord l’occasion de re-écouter la web-conférence de Noria Larose, Jean-Luc Peuvrier et Loïc Tournedouet pour m’en inspirer largement.

Première information clé pour introduire le propos :

  • Plus de 600 plateformes existent = c’est donc un marché des plateformes florissant, innovant et prometteur

Côté positif, l’innovation digitale learning a de beaux jours devant elle…
Et comme l’indiquerait mon ami @JeanVDS la loi elle-même (décret FOAD du 20 août 2015) vient conforter là cette tendance
ben oui, pas drôle quand on parle de décret, mais important quand vous voulez faire prendre en charge vos dispositifs 😉

Côté moins positif, l’accroissement de l’offre de ces plateformes engendre un accroissement fort du marketing (et certains sont notoirement punchy sur le sujet) qui complexifie le repérage et la prise de décision éclairée…

Alors comment s’y repérer ?

Tout d’abord sachez qu’il existe deux grandes catégories de plateformes (ou LMS) :

  • l’une est un logiciel conçu par un éditeur propriétaire (chaque ajustement passera donc par lui)
  • l’autre est un logiciel en accès libre, en Open source, avec un code accessible à tous…

Avant de comparer les fonctionnalités ou les coûts des LMS, vous pouvez faire un premier choix entre LMS propriétaire ou LMS open source. Pour faire simple, dans un cas, vous vous adosserez à une société, dans le second, vous compterez sur une communauté de développeurs et d’utilisateurs, bien que, dans certains cas, des entreprises soient à l’origine de ces LMS. Dans les deux cas, vous trouverez des solutions qui vous permettront de mettre en œuvre les stratégies pédagogiques et le dispositif de formation que vous souhaitez (extrait du guide LMS 2017). 

Ensuite, concernant les MOOC et sans entrer dans le détail, il est important que vous ayez l’indication des 2 technologies (open source) qui ont été créées POUR les MOOC… edX et canvas (moodle, beaucoup utilisé dans l’universitaire n’a pas été pensé pour. Il est adaptable pour les aficionados … (moi perso je ne m’y fais pas).
Pour vous rendre la chose plus concrète, edX est la technologie utilisée par FUN (France Université Numérique)

Commencer par cerner ce dont vous avez besoin…

Le radar du guide vous indique les critères : pédagogie, design, Technique, reporting, déploiement, services …

easel.ly

Ce 1er état de vos besoins réalisé, voyons un peu ce dont les participants des MOOC (du digital learning) et l’organisateur ont particulièrement besoin.
Ceci afin que l’environnement soit d’une part facilitant pour le participant et d’autre part facilitant également dans sa gestion, son suivi, pour l’organisateur.

Paramètres importants pour les participants et pour l’organisateur

L’inscription :

Dans une démarche centrée utilisateur, la seule qui vaille en matière de digital learning, la première des nécessités est : une inscription simple pour le participant.
En effet, alors que nous sommes encore dans un temps d’acculturation digitale, si vous imaginez promener votre futur inscrit via un parcours « balle de ping-pong » (passer de site en site)… la désillusion vous guette 😉 . Vous allez perdre ses potentiels inscrits en route. Donc, il ne suffit pas que le parcours d’inscription fonctionne ou soit bien balisé, le faut qu’il soit simple pour la personne qui désire s’inscrire. Faites faire le test à votre grand-mère, à votre voisin un peu loin du digital… ce sont d’excellents bêta-testeurs et vous verrez, le test est redoutable !

Le social learning :

Voilà où très souvent ça pêche… dans les fonctionnalités de social learning.
Une plateforme qui ne permet pas de travail entre pairs, qui ne permet pas aux participants d’un dispositif de digital leanring, de MOOC, de COLLABORER vous fait tout simplement perdre de l’argent ! C’est contre nature en matière de culture digitale…
Et comme c’est cette culture-là qui transforme nos usages en matière d’interrelations humaines, cette culture-là qui est en train de faire muter notre société… une plateforme sans fonctionnalités de social learning est has been !

Le travail collaboratif doit donc être possible sur votre plateforme. Que vous choisissiez ou non de mettre en oeuvre des dispositifs collaboratifs dans un 1er temps, demain, parce que les usages de vos usagers du LMS sont en train de fortement évoluer, vous serez probablement amené à le faire..
Investissez donc d’emblée dans une plateforme où c’est possible

Autre paramètre incontournable, la possibilité de connexion avec des réseaux sociaux internes et externes. Ils deviennent les canaux de communication usuels de vos collaborateurs, de vos participants… Les dispositifs de digital learning ont donc besoin de cette connexion avec ces canaux de communication.

Dernier point (pour ce paragraphe mais la liste n’est pas exhaustive), le social learning induit une gestion de communautés…
Celle-ci est-elle facilitante pour les organisateurs ?
Par exemple est-ce que l’animateur peut retrouver facilement, dans un fil d’échange de quelques centaines de participants, un thème particulier, un participant particulier, un post particulier ?
Sans ses fonctionnalités avancées de social learning sur vos LMS, cela risque d’être compliqué…

Gestion de la data

L’un des points forts du digital learning, par raport à la classique formation présentielle est le recueil possible de data par une plateforme…
Quelles possibilités avez-vous sur votre plateforme pour générer du reporting, tant au niveau global, qu’au niveau des animateurs. Ce sont ces informations qui mises au service de l’utilisateur vont vous permettre d’ajuster, d’améliorer la qualité de vos dipositifs…
Est-ce que votre LMS vous permet la création de rapport de façon facile ?
Ces rapports sont-ils simples à lire et à être exploités ou bien vous faut-il un « Data décodeur » pour en tirer parti ?
N’hésitez pas à demander des exemples de rapport aux fournisseurs de LMS…cela vous donnera vite une idée de son exploitation possible ou non par vos formateurs…

Responsive

Cela va tellement de soit 😉 que j’allais l’oublier !
Evidemment que votre choix de LMS prend en compte ce besoin de diffuser vos dispositifs de digital learning, de diffuser vos MOOC, sur tous supports.
Même si, aujourd’hui, l’ordinateur reste le support de prédilection des personnes qui se forment, vous n’êtes pas sans ignorer que le mobile learning est indispensable à prendre en compte dans votre stratégie ! Et si vous l’ignorez, creusez donc par ici 😉 vous n’aurez plus de doute (merci @ILDIconseil ).

Les besoins de chacun d’entre vous, de chacune de vos organisations étant singuliers… évidemment un article ne suffit pas, mais tout de même, il devrait vous éclairer au delà des paillettes marketing des vendeurs 😉

Une plateforme avec laquelle j’aime travailler dans des projets de MOOC : MOOCit

Probablement parce que cette équipe n’en fait pas des tonnes au niveau marketing,
Probablement parce que ce qui leur importe c’est de bien faire le job (qu’ils connaissent parfaitement)…une des plateformes avec laquelle j’ai travaillé avec plusieurs clients, c’est MOOCit.
Et je suis là en retour d’expérience et non en marketing 😉
MOOCit utilise la technologie edX (celle de FUN et donc qui commence à être connue) depuis longtemps (à la pendule des MOOC).
C’est une ergonomie dans laquelle le participant se repère bien (même lorsqu’il est loin du digital au départ). On peut y interfacer pas mal de logiciels. Le social learning est possible. Il existe plusieurs niveaux de reporting possible suivant les options, du basique au plus élaboré.
Et puis, ça fait partie des critères importants, côté service et suivi… ils sont là !
On peut tout simplement compter sur eux !

Lorsque le MOOC est en période d’animation, qu’il y a un p’tit bug parce qu’un membre de l’équipe projet fait une mauvaise manip par exemple, l’équipe est là et décoince le problème.
L’équipe de MOOCit c’est quatre personnes passionnés du développement.
Celui que vous verrez c’est probablement Yvain Demollière le visage de la team.
C’est une équipe qui intervient dans des projets tant auprès de PME, que d’associations, que de grands groupes.
Leur secteur d’activité historique étant la banque… cela vous donne également un gage quant à la sécurité mise en place dans leurs installations techniques. Ils maîtrisent également parfaitement la connexion de leur plateforme à des LMS existants mais ne présentant pas les fonctionnalités social learning nécessaires…
Et puis MOOCit se réinvente sans cesse. N’oubliez pas se sont des passionnés. Alors, au-delà de la technologie robuste edX, pour mieux répondre aux demandes, ils développent en continu d’autres ingrédients. Via des widgets, via des badges, via aussi leur application, ils s’appliquent à être toujours au top des besoins qui émergent en matière de digital learning. Bref j’aime bien ce que propose cette équipe et l’état d’esprit dans lequel ils avancent…

Bon aller, suffit pour le sujet aujourd’hui, vous avez certainement fait quelques pas supplémentaires quant aux LMS et aux plateformes pour abriter vos projets de digital learning. Merci à toutes les personnes citées dans cet article pour leurs apports à la communauté des acteurs MOOC & digital learning.
Un merci tout particulier à Yvain pour sa gentillesse et sa discrétion, pour son professionnalisme et son apport dans les projets de MOOC de mes clients. Et merci à MOOCit pour ce qu’il apporte dans la MOOCosphère depuis la genèse des MOOC francophones 😉

Allez, on boucle là cette introduction au #DossierMOOC.
A nouveau je salue la parution du nouveau guide LMS 2018.

A très vite pour la suite du dossier 😉 !

Miss Mooc 

Miss Mooc

 

 

Licence : CC by-nc-nd

Portfolio

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom