Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Vers une académie apprenante dans l’académie de Djion via Jacques Dubois et le blog prodageo

3 décembre 2017 par jackdub Veille 131 visites 0 commentaire

Un article repris de https://prodageo.wordpress.com/2017...

Le rapport Vers une société apprenante a été publié cette année et présente un ensemble de pistes très riches pour faire évoluer le système éducatif. Il embrasse une vision globale de l’éducation intégrant les acteurs de l’éducation nationale à différents niveaux (personnel, établissement, institution) mais aussi le monde de la recherche et l’ensemble des acteurs de la communauté éducative (élèves, parents et collectivités territoriales …)

Madame Alexandre-Bailly, rectrice de l’académie de Dijon, souhaite faire de notre académie une académie apprenante. La question se pose alors de savoir comment s’approprier, diffuser et soutenir ces idées et pratiques au quotidien.

La suite sur le site de la DANE de Dijon

Ci-dessous, une synthèse du rapport Vers une société apprenante.


1 – Une lecture du rapport

Très personnelle (et donc critiquable), ma lecture du rapport s’est arrêtée sur plusieurs idées proposées que j’ai présentées graphiquement ci-dessous. J’ai choisi de ne pas être exhaustif pour mettre en avant les propositions qui m’interpellent particulièrement.

Les différentes couleurs correspondent à l’acteur principalement impacté par chaque idée/proposition et permettent de souligner l’approche holistique mêlant les différents niveaux d’analyse. Un accent particulier est mis sur la communauté éducative en insistant sur l’importance du rôle des parents et leur place dans le processus éducatif ainsi que l’interaction nécessaire entre l’éducation nationale et le territoire.

2 – Un enseignant qui apprend, ce sont des élèves qui réussissent

Ce titre n’est pas de moi mais de Régine B-Berthois et il résume bien plusieurs aspects présentés dans ce rapport. En effet, de nombreux éléments sont abordés pour encourager et faciliter le développement de la réflexivité des enseignants. Si l’on ne veut pas réinventer la roue, pourquoi ne pas s’inspirer de la démarche SoTL qui propose d’adopter une approche de chercheur pour analyser sa pratique pédagogique ? Cela nécessite de documenter son travail pour le partager et le mutualiser dans des contextes valorisant. Le rôle et la formation des managers doivent évoluer pour accompagner ce travail en passant d’un rôle d’arbitre qui émet un jugement et sanctionne (la sanction peut être positive) à un rôle de coach qui accompagne et aide à progresser. Comme le dit un rapport de l’inspection générale cité :

“Une approche bienveillante des cadres est essentielle pour permettre le passage de l’initiative personnelle à une forme plus professionnelle de l’expérimentation : prise de recul et analyse des réussites, définition des conditions de généralisation, etc. Elle ne doit pas être conçue comme une contrainte supplémentaire, mais comme un facilitateur, un accélérateur de changement (…) Il s’agit donc de créer les conditions favorables à la germination et à la fertilisation des expériences.”

Ce que François Taddei a résumé en une phrase mardi dernier, lors de la journée de l’innovation à Dijon :

"Comment passer d’une pyramide de contrôle à une pyramide de mentorat et de confiance ?" @FrancoisTaddei #innovation systémique & autonomie

— jacques dubois (@jackdub) November 22, 2017

De même des lieux de rencontre et d’échange doivent être inventés, en ligne (plateforme) ou hors ligne (tiers-lieux). Enfin, ce travail doit être reconnu par l’institution.

Les 12 habitudes du leader pédagogique par Maryus Bourgeois et Marie-Andrée Ouimet

Dans cette logique, un rapprochement entre les enseignants, praticiens de terrain, et la recherche en adossant les expérimentations à la recherche ne peut être que bénéfique. Les chercheurs apportent aux enseignants non seulement les connaissances actuelles mais aussi une méthodologie et une rigueur de travail et d’analyse. En retour, ils peuvent récupérer les données qui vont leur permettre de nourrir leurs travaux. Cette interaction vertueuse est sûrement à développer.

Cette volonté de soutenir la démarche de développement professionnel des enseignants est à rapprocher de l’analyse de Maryus Bourgeois, qui liste les habitudes du leader pédagogique, résumées dans le schéma ci-contre. On y retrouve la documentation, le partage des pratiques et la valorisation d’autrui …

Si cette démarche nécessite des outils, elle repose d’abord sur un changement de mentalité : nous devons apprendre en continu, tout au long de notre vie et le ‘système’ doit nous soutenir par un management bienveillant et des outils adaptés.

3 – Quelle est la place de la DANE dans une telle démarche ?

La question de l’écosystème numérique pour apprendre, progresser et partager dans sa globalité, rentre complètement dans notre champs d’activité avec un focus particulier pour toutes les questions liées à la culture numérique : nous accompagnons déjà les personnels à tous les niveaux en proximité, dans le cadre du grand plan numérique, mais aussi à travers ce blog qui cherche à informer et éveiller nos lecteurs (par exemple avec la série d’articles sur les jeux numériques et ‘serious games’).

Nous sommes aussi naturellement en contact avec de très nombreux acteurs de la communauté éducative : enseignants, personnels de direction (par les formations que nous organisons mais aussi les rencontres en établissement), corps d’inspection, collectivités et partenaires institutionnels. Cette position d’intermédiaire nous place de fait dans la coopération à toutes les échelles pour mieux apprendre. La proposition de projetspermet de tisser des liens et de créer des réseaux d’enseignants sur tout le territoire qui se rencontrent lors des événements que nous organisons, à commencer par l’UNAque nous co-organisons avec CANOPE. Enfin, la réflexion sur les lieux d’apprentissages (qu’ils soient en ligne ou hors ligne) ne nous est pas étrangère …

De nombreux éléments existent donc déjà, encore faut-il les assembler, les développer pour dynamiser l’académie et atteindre l’objectif visé. Cela pourrait s’orienter dans trois directions :

- Intensifier les relations avec tous les partenaires : ce rapport propose des pistes vraiment innovantes qui ne peuvent s’envisager qu’en partenariat. C’est explicitement le cas quand le rapport propose d’ associer toute la communauté éducative ou de promouvoir la démarche des villes apprenantes. Ces relations concernent et impactent les collectivités, les citoyens et le système éducatif à tous les niveaux, de l’accueil pré-scolaire à la formation continue.
- Valoriser les apprentissages tout au long de la vie : Cela concerne l’évaluation portée par les enseignants sur les progrès de leurs élèves (ou des stagiaires de la formation continue) mais aussi le développement des compétences des personnels en général. Cette valorisation peut prendre la forme d’animation d’ateliers à l’UNA, l’accompagnement de projets initiés par les enseignants ou le développement de badges de compétences.
- Multiplier les espaces d’apprentissage en jouant sur les temps et les lieux. C’est dans cette logique que nous avons initié #AutourDuMOOC et que nous projetons d’organiser des barcamps ou des journées ‘établissement ouvert’.

Au côté des autres partie prenantes, nous ferons notre possible pour rentrer dans cette logique d’innovation continue et comme le dit Claire Pedini pour conclure son article ‘L’innovation est un état d’esprit que chacun doit porter au quotidien’ :

“Innover concerne chacun de nous et est à la portée de chacun de nous. S’intéresser, proposer, participer, c’est déjà faire sienne une démarche d’innovation”.

Licence : CC by-sa

Portfolio

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom