Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

L’Afpa, le FLE et les migrants

13 avril 2017 par Miss School Paris Veille 174 visites 0 commentaire

Un article repris de https://missmoocparis.wordpress.com...

L’Afpa et les Mooc, c’est décidément une belle histoire d’amour.

Mooc FLE 4Après le succès des « 101 techniques de base de la cuisine », l’Agence pour la formation professionnelle des adultes revient sur le devant de la scène avec un Mooc FLE (français langue étrangère) réalisé en moins de 4 mois. Retour sur ce pari difficile.

 

Mardi 14 mars. L’Afpa présente officiellement son tout nouveau showroom. Au rez-de-chaussée de son centre parisien de la rue Politzer, on peut désormais admirer les fleurons de l’innovation présents à l’Agence pour la Formation Professionnelle des Adultes, principale structure de formation des chômeurs en France. Une machine reproduit les sensations et le résultat de la découpe du bois, sans bois et sans découpe, une autre permet de manier une pelleteuse sur un siège équipé de joysticks face à un écran. Et puis à côté, il y a quelques-unes des réalisations de Loïc Tournedouet, le directeur du Mooc Lab de l’Afpa, et de son équipe. Quelques postes informatiques le long d’un mur pour tester les ressources pédagogiques mises à disposition des formateurs de l’Afpa mais aussi jeter un œil à la perle de la collection : le Mooc « 101 techniques de base de la cuisine ». Ouvert au grand public, ses deux éditions ont rassemblé 100 000 personnes et, cerise sur le gâteau, il a obtenu le prix du Mooc de l’année, lors de la toute première édition des Mooc of the year en janvier.

Mooc FLE 2Pas de trace, pour l’instant, du deuxième Mooc désormais au catalogue, le Mooc FLE qui a ouvert ses portes le 30 janvier pour une première session et le 20 mars pour la seconde session. A nouveau, le projet montre l’originalité de la démarche digitale de l’Afpa. Pour le Mooc sur la cuisine, l’organisme de formation professionnelle a su connecter sa mission de formation avec une autre mission, sociale celle-là. Les métiers de la cuisine, particulièrement en tension ont besoin de main d’œuvre, l’Afpa forme déjà près de 600 personnes chaque année, nombre de Français sont à la recherche d’un emploi. Le Mooc ne devait pas tant servir à les séduire qu’à leur montrer la réalité de ces métiers, ce qui a au passage permis à quelques milliers de simples amateurs de bénéficier des leçons de professionnels.

Un Mooc pour les migrants de Calais et Stalingrad

Avec son Mooc FLE, l’Afpa crée à nouveau un pont entre son cœur de métier et un rôle social. En effet les quelques 30 heures de français langue étrangère ont été réalisées avec un objectif bien particulier : aider les migrants à apprendre le français. Pourquoi précisément cette population ?

D’abord il faut savoir que l’agence est l’un des premiers hôteliers de France avec quelque 15 000 lits proches de ses centres de formation partout en France. Fin 2015, un contact se noue avec les services de l’Etat qui cherchent à désengorger la « jungle » de Calais. Il faut loger des migrants venus de Syrie, d’Erythrée ou d’Irak, en attendant qu’ils obtiennent leur statut de réfugiés.

Entre octobre 2015 et octobre 2016, 500 personnes sont réparties sur 15 centres de l’Afpa. Fin 2016, une convention-cadre est cette fois établie avec le ministère de l’Intérieur qui court jusqu’au mois d’avril 2017. La directrice des partenariats et de la diversité au sein de la direction de la stratégie, Pascale Gérard, soutient alors un projet audacieux : réaliser un Mooc pour les aider à apprendre le français.

Nous avons une mission de service public et ce type d’action est aussi l’une des vocations de l’Afpa, explique-t-elle.

Mooc FLE 1

Confirmation de Christophe Sadok, directeur de l’ingénierie, des formations et de la qualité qui a défini et porté le projet dès l’origine,

« Notre idée était que, quelle que soit l’issue du parcours de ces migrants, nous les aurions aidés à acquérir les rudiments de la langue française et des valeurs de la République et de la laïcité, ce qui facilite d’ailleurs l’accueil et la vie dans nos centres. »

Car en dehors des sujets habituels en FLE : se présenter, présenter sa famille, remplir un formulaire administratif ou faire un achat, le programme des 6 semaines de cours prévoit également deux sessions sur les thématiques « Les femmes et les hommes en France » et « Connaître les valeurs de la République ».

Une course contre la montre

Il faut faire vite : le projet est lancé en octobre et doit être prêt en janvier car il n’est pas question de déployer le Mooc alors que les quelque 900 migrants actuellement accueillis quittent les centres d’hébergement.

Ramoff

C’est Philippe Ramoff qui prend la tête du projet.

« Je viens de la direction des ressources humaines, j’avais pour envie de me rapprocher de la direction de l’ingénierie, de la formation et de la qualité et c’était donc une bonne occasion. » 

Premier projet de Mooc et premier gros challenge donc qui n’a pas fait reculer ce géant de deux mètres !

« Je n’étais pas tout seul, précise Philippe Ramoff. J’ai pu compter sur deux ingénieures pédagogiques spécialisées dans le français langue étrangère et j’étais accompagné par l’agence Unow, spécialiste des Moocs. »

Pour autant, la mission n’a pas été facile.

« Impossible pour nous de produire toutes les ressources dans un temps si court, nous avons pu réaliser 15 vidéos mais il a fallu chercher à s’appuyer sur de l’existant. Il existe énormément de contenus pour le FLE, il y avait donc un large travail exploratoire à réaliser, mais rapidement limité par le niveau : notre objectif était de proposer un Mooc pour de complets débutants, or une bonne partie de ce qui est disponible actuellement s’adresse plutôt à un niveau intermédiaire. Sur la Toile, nous pouvions compter sur ce que proposait Le point du FLE et nous avons aussi noué des partenariats. D’abord, pour ses contenus en flash, avec l’association normande Education et Formation (ndlr : association qui travaille sur l’intégration des primo-arrivants et sur la réintégration professionnelle) ; et ensuite avec TV5 Monde qui nous a fourni des vidéos, qui propose également des pages internet d’apprentissage et qui nous a mis en contact avec une société de traduction efficace. »

Arabe, pachtoune, dari, anglais et responsive

Un niveau débutant, pour des apprenants qui parlent arabe, pachtoune, dari ou anglais, cela signifie dans l’idéal une plateforme dans leur langue d’origine, pas en français.

« C’est ce que nous souhaitions mais c’était impossible dans le temps imparti », regrette Philippe Ramoff. « Sur ces quatre langues, deux sont des langues rares, mais nous avons tout de même réussi à sous-titrer toutes les vidéos pédagogiques de l’Afpa, soit près de deux heures et demie. »

L’équipe a également pu proposer la procédure d’inscription dans les quatre langues, de même que l’animation des forums et les e-mails envoyés aux quelques 6 000 inscrits enregistrés à la fin de la première session.

Mooc FLE 3

Autre contrainte dans le cahier des charges du chef de projet : une plateforme responsive.

« Ces migrants ont quitté leur pays mais restent en contact avec leur famille avec leur téléphone portable », explique Loïc Tournedouet, à la tête du Mooc Lab de l’Afpa. « Pour ceux que nous avons accueillis nous avons essayé de mettre à leur disposition des postes informatiques dans des salles dédiées ou réaménagées, mais le public du Mooc est bien plus large et il était donc important que les contenus soient accessibles avec un simple téléphone. C’est pourquoi nous avons choisi de passer par Windie, start up lyonnaise qui vient d’être rachetée par Unow et qui a été conçue dès l’origine pour le mobile, avec un fonctionnement assez simple et dans la logique des réseaux sociaux : on peut aimer, ne pas aimer ou poster un commentaire. »

Un bilan positif, l’espoir d’une saison 2

« Je suis plutôt content », commentaire modeste de Philippe Ramoff au terme de la première session du Mooc. « Nous avons encore peu de réponses au questionnaire de satisfaction, ce qui n’est pas très étonnant puisque nos apprenants ont du mal avec le français. Mais les retours des formateurs de l’Afpa qui ont utilisé les ressources sont positifs. » S’il avait le temps, le patron du Mooc FLE aurait essayé de proposer une interface dans les principales langues d’origine des apprenants et des contenus encore plus simples et accessibles pour de complets débutants. Peut-être bientôt pour la saison 2 du Mooc FLE ?

sac-miss-school

 Miss School


Licence : CC by-nc-nd

Portfolio

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom