Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Comment accompagner les enseignants afin de leur permettre d’opérer les changements didactiques nécessaires à l’éducation au développement durable ?

Une présentationd’un mémoire professionnel de Yannick RAFAITI reprise du site iddlab, site publié sous licence CC by nc nd

Mon expérience de formateur académique en EDD, mes interventions en Master de formation de formateur en EDD et en DU ainsi que mes travaux de recherche en territoire francophone m’ont conduit à me demander « comment accompagner les enseignants afin de leur permettre d’opérer les changements didactiques nécessaires à l’éducation au développement durable ? ».

Depuis 6 ans, la prise de distance permanente par rapport à ma pratique et mon expérience m’ont conduit à envisager la formation comme la mise en place d’interactions entre trois sphères : le formateur de formateur, l’enseignant et les apprenants.

En effet, l’interactivité nait du fait que chacune de ces sphères est en réalité apprenante pour l’autre. Le formateur de formateur apprenant sur lui-même, les enseignants apprenants de leurs formateurs et de leurs collègues, les apprenants de leurs enseignants et réciproquement.

Dans le cadre de ce mémoire professionnel en vue de l’obtention du CAFFA, je me suis posé la question de savoir comment l’association des contraintes et des libertés que l’on se donne sont à rapprocher des représentations individuels et collectives qui sont les déclencheurs sur lesquels le formateur doit s’appuyer. Après une introspection sur mes propres représentations, afin de comprendre le cheminement suivi, je me suis confronté aux représentations des autres pour construire une cartographie des représentations collectives.

Ainsi se construit une dynamique d’appartenance à un habitus temporaire. Cela peut déstabiliser enseignants et apprenants, car des incertitudes apparaissent au fur et à mesure. N’est-il donc pas nécessaire de faire le deuil de la connaissance totale, et de rechercher un appui sur les compétences que l’on a déjà, pour trouver les leviers qui permettront d’évoluer et de passer du désir de simplicité à une réalité plus complexe en vue du développement durable ?

Ouvert récemment à la prise en compte de la réalité complexe, en tant que formateur participant à la conception du parcours Magistère « introduction à la pensée complexe », j’ai trouvé l’origine de la motivation qui pousse à identifier les possibles (par une posture bienveillante), à éliminer les inhibitions qui mettent les individus en posture de s’engager.

Lorsque que l’on a le sentiment d’appartenance à un collectif, cela permet de comprendre les phénomènes émergents et l’identification des incertitudes et des contradictions ne nous poussent plus à la simplification. C’est pourquoi, il me semble nécessaire de former à l’identification des leviers, à l’autoévaluation des compétences et l’utilisation d’outils de pédagogie active. Ceux-ci doivent être proposés en formation initiale et continue pour permettre aux enseignants de cheminer vers un changement de paradigme pour conduire les apprenants vers une acquisition de savoirs, à une éducation au choix et à l’engagement nécessaire au développement durable.

- Lire le mémoire sur idd lab

le mémoire :

Licence : CC by-nc-nd

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom