Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Un Fab Labs dans votre cégep !

Un article repris de https://www.vteducation.org/fr/arti...

Un articlerepris du magazine québecois Vitrine Technologies Education un site sous licence CC by sa nc

“You are on the front wave of a new, international movement in personal fabrication—and therefore you would be considered an “early adopter”.

fabfoundation.org, « setting up a fab-lab »

conception graphique : Jean-Pierre Dufresne, VTÉ

Être un « adopteur précoce » peut sembler préoccupant pour certaines personnes. Effectivement, mettre en place un atelier de fabrication numérique apporte son lot de questions et d’incertitudes. Toutefois, bien qu’il s’agîsse d’un projet d’une ampleur significative, il est tout à fait possible pour toute organisation de relever ce défi grâce aux ressources d’accompagnement fournies par des organismes phares tel que laFab Foundation ou Fab Labs Québec.

Dans ce texte, je présenterai différents éléments dont il faut tenir compte au moment de la mise sur pied de son atelier. Les deux organismes mentionnés ci-dessus m’ont grandement guidé dans la rédaction de cet article. Ils offrent sur leur site web de nombreuses informations qui vous permettront d’élaborer un dossier de travail efficace. De plus, des visites d’ateliers de fabrication du réseau collégial m’ont également permis de recueillir différents points de vue et de découvrir les façons de faire utilisées pour créer ces laboratoires.

Mettre en place un atelier de fabrication numérique

source : https://www.openfactory42.org/

Avant d’aller plus loin dans les étapes de création, il est utile de s’interroger sur les pratiques créatrices déjà existantes dans votre milieu. Peu importe le modèle d’atelier que vous souhaitez mettre en place, qu’il s’agit d’un makerspace, d’un fablab ou d’un médialab, ces espaces ont un point en commun : il s’agit d’espaces dédiés à la création. Très peu d’établissements scolaires possèdent un local ouvert et accessible aux étudiants pour leur permettre de réaliser des projets personnels. Même s’il existe dans les écoles des ateliers d’arts ou des ateliers multi techniques, ceux-ci sont généralement peu accessibles en dehors des heures de cours.

Source : https://commons.wikimedia.org/wiki/ File:Cloyne_Court_Coop-Hackerspace,_Aug-2014 _(14881620987).jpg

L’existence de tels espaces est un facteur favorable à la formation d’une communauté de personnes qui auront en commun le désir de partager leur plaisir de créer et de profiter de la collaboration des autres membres. Il suffit de regarder ce qui se passe dans les ateliers d’arts, les ateliers de mécanique ou les clubs de robotiques pour constater la passion et l’engagement qui émanent de ces espaces. La pérennité des ateliers les plus fréquentés repose davantage sur l’existence d’une communauté d’utilisateurs que sur les outils qu’ils proposent..

Une vision commune

Mes discussions avec les responsables d’atelier que j’ai visités l’automne dernier ont révélé l’importance d’avoir le support d’une Direction Générale qui possède une bonne compréhension du mouvement Maker en vue de faire des choix éclairés. Si la Direction de votre établissement ne connait pas le contexte dans lequel le mouvement Maker s’inscrit, un dossier de communication efficace devra être élaboré afin de bien faire comprendre aux gestionnaires qu’un atelier de fabrication numérique est plus que de posséder une imprimante 3D.

Pour Monique Chartrand de Communautique, « l’implication des parties prenantes au codesign du Fab Lab est essentielle pour partager et faire évoluer le rêve. Elle favorisera la mise en place des bases de compréhension commune du projet, alimentera les choix stratégiques pour la localisation et la conception de l’espace, et l’acquisition des équipements et soutiendra le développement des pistes de solution face aux défis que peut poser le projet ».

La création de votre atelier de fabrication numérique sera son premier projet créatif, celui de lui donner une existence et d’assurer son évolution. Bien que dans les faits, il s’agit de concentrer des ressources matérielles, humaines et financières dans un espace, , il est suggéré de mettre à profit la collaboration d’intervenants de différents horizons au sein de votre organisation. Cette approche favorisera l’engagement des différents partenaires dans la mise sur pied de l’atelier en raison d’une compréhension commune des objectifs. À long terme, elle permettra une appropriation des lieux et développera une culture collaborative. La richesse de votre atelier reposera davantage sur la communauté qui lui donne vie que sur les appareils de fabrication numérique qu’on y retrouve.

If you build it, they’ll come !

Développer un atelier de fabrication numérique de manière isolé où la gestion demeure entre les mains d’un comité restreint rendra la tâche plus ardue à son futur gestionnaire en vue d’y attirer des utilisateurs. Contrairement à la fameuse citation du film Field of dreams : « If you build it, they’ll come ! », ce n’est pas parce que vous construisez un atelier qu’il sera visité et utilisé… Voilà pourquoi il faut dès le départ mettre en pratique les valeurs fablabs.

Déterminer l’emplacement d’un atelier de fabrication numérique

photos : Jean-Pierre Dufresne, VTÉ

Les ateliers techniques et laboratoires ont longtemps été associés aux disciplines scientifiques, artistiques ou informatiques dans lesquelles il était naturel de réaliser des activités concrètes. En conséquence, il n’est pas rare que ce soit ces domaines disciplinaires qui ont intégré les outils de fabrication numérique à leur arsenal pédagogique et qui les ont rapatriés à proximité de leurs espaces de cours. Il est à noter que d’autres disciplines tel que les arts et les sciences humaines ont également intégré progressivement les outils de fabrication numérique à leurs compétences disciplinaires, nécessitant à leur tour le besoin d’espace de création. Le choix de l’emplacement de l’atelier de fabrication numérique devra être décidé en fonction d’un contexte actuel mais également en anticipant les transformations liées à l’évolution des ressources, des activités et du nombre d’utilisateurs.

Mes visites m’ont permis de constater que les ateliers de fabrication numérique se sont développés dans différents espaces en fonction du contexte dans lequel il a été fondé. Pour se donner une idée des dimensions, le guide du « parfait Fab Labs » de la Fab Foundation, suggère une surface d’environ 140m2 (1500p2) pour un atelier de taille moyenne. Le choix de l’emplacement de votre atelier sera influencé par votre décision de l’ouvrir ou non à la communauté. En décidant de l’ouvrir à la communauté, il sera important de prévoir des accès directs à l’atelier sans avoir à passer par l’entrée principale de l’établissement. Cette possibilité est encore plus importante si votre atelier est situé dans un établissement d’enseignement primaire ou secondaire.

Parmi les ateliers visités, plusieurs ont trouvé leur niche à la bibliothèque, espace neutre qui n’est associé à aucune discipline ou département en particulier, s’insérant dans une démarche de redéfinition des services offert par une bibliothèque et répondant à la nécessité de donner accès à la communauté. Il est intéressant d’observer l’affirmation des bibliothèques, tant municipales que scolaires, dans leur rôle de démocratisation de l’accès aux ressources numériques pour leur communauté et cela, de génération en génération.

Les autres ateliers ont dû négocier leur emplacement en raison des contraintes de leur milieu. L’histoire du Fabbulle du Cégep de Rivière du Loup est d’ailleurs ponctuée de plusieurs déménagements au sein du même établissement au gré de l’évolution de sa popularité, de ses équipements et de la disponibilité des locaux.

D’autres ateliers tels que le Fablab AST et le Lab321 se sont vu attribuer un local précis dans lequel l’atelier a été aménagé à partir d’un plan d’architecture clair, déterminé à l’avance. Ces plans intégraient des solutions aux différents besoins tel qu’un aménagement ergonomique des lieux, des prises électriques, un éclairage judicieusement positionné et une ventilation adéquate.

Les outils

Il arrive parfois que, malgré une planification méticuleuse, il soit nécessaire de transformer l’espace en raison de l’évolution de votre atelier. Selon Marc-Olivier Ducharme du Musée Bombardier, le design d’un atelier doit prévoir des possibilités de reconfiguration en vue de lui permettre de s’adapter à sa propre évolution. Bien que certains équipements ne puissent plus être déplacés après leur installation, c’est à l’utilisation que les utilisateurs en définiront la forme la plus organique et efficace. De son côté, Daniel Spooner, du Polyfab Normand-Brais, me faisait remarquer lors de ma visite que tous le mobilier étaient montés sur des roues afin de leur permettre de reconfigurer l’espace plus facilement selon les besoins ponctuels. Dans le même esprit, M. Ducharme favorise un développement par petits pas avec le minimum d’aménagement et de croître avec les besoins. De plus, il conseille aux personnes impliquées dans le processus de mise en forme d’un atelier de visiter quelques laboratoires matures et d’engager des spécialistes du milieu pour prévoir l’aménagement de concert avec les architectes et les ingénieurs. Le magazine École branchée a mis en ligne le dossier « La mise en place d’un atelier de fabrication numérique (makerspace) » dans lequel Marc-André Girard, directeur pédagogique du Collège Beaubois, et ses collaborateurs ont documenté leur processus de mise en place de l’atelier de fabrication numérique « La Fabrique Beaubois ».

Pour faire partie du réseau des Fablabs, un atelier de fabrication numérique doit posséder un certain nombre d’appareils prédéterminés. Selon le site de la Fab Foundation, on y retrouve : une découpe laser, une fraiseuse à haute résolution, des composantes électroniques standards, des outils de programmation associés à des microcontrôleurs ouverts, des logiciels communs de conception et fabrication assistés par ordinateur (CAO) et une imprimante 3D. Afin de guider le choix des outils, le site offre une liste exhaustive des outils et des logiciels incluant toutes les informations liées aux prix dans un fichier téléchargeable. Cette présentation de la BAnQ vous offre également une liste bien étoffée qui saura vous guider dans le choix des ressources que vous aimerez offrir à votre communauté. Il est à relever qu’un atelier ne peut pas compter uniquement sur la présence d’outils numériques pour répondre à l’ensemble des besoins de la communauté. Rapidement, les usages nécessiteront les outils traditionnels du bon vieux coffre à outils. Marteau, tournevis, ruban à mesurer, couteaux utilitaires, crayons et papier devront être facilement accessibles.

Les ateliers que j’ai visités possédaient une gamme d’outils distincts incluant : une découpeuse vinyle, une brodeuse, des ensembles de soudure et des outils stationnaires et manuels. Dans un Fab Labs, l’accès à ces outils est libre et le coût de leur utilisation est déterminé selon le modèle de fonctionnement de l’atelier. Cependant, les mesures de sécurité liées à leur utilisation doivent être implémentées de manière rigoureuse. Le Polyfab met à la disposition de tout un ensemble de capsules vidéo de formation en lien avec les appareils de son atelier. Ces capsules sont actuellement consultées de partout dans le monde.

Selon les priorités et orientations de l’atelier, l’achat des appareils pourra se réaliser à des rythmes différents. L’analyse des coûts des machines numériques en surprendront plusieurs. En effet, le coût de ces machines varie de quelques milliers à plusieurs dizaines de milliers de dollars et cela sans compter les frais d’aménagement. Il serait sans doute intéressant de réfléchir à la mutualisation des ressources entre les ateliers de fabrication numérique. Il y aurait certainement un avantage pour certains ateliers d’établir des partenariats auprès d’ateliers-associés afin de pouvoir profiter mutuellement des ressources du partenaire. Bien que cela allonge le temps entre le début de la fabrication et celui de tenir l’objet entre nos mains, cette approche serait peut-être plus avantageuse que de faire affaire avec une entreprise commerciale et renforcerait les liens entre les communautés.

L’accès aux ateliers existants dans les établissements scolaires et à leurs outils devrait également faire partie d’une entente entre les divers départements des collèges. Il suffit de regarder les différents projets élaborer par les clubs de robotique, de génie ou de design pour se rendre compte qu’une scie à ruban ou une plieuse métallique peut avoir un certain attrait pour plusieurs.

Le personnel de soutien

Le mouvement maker continue son développement. Loin d’être une mode, il est le moteur du développement créatif. Le monde de l’éducation doit profiter de la convergence actuelle, entre l’intérêt des gouvernements à investir dans le développement de la technologie en éducation, l’accent mis sur le développement des compétences de collaboration et de créativité et la tenue prochaine de #Fab16, un événement d’envergure internationale, pour s’engager dans la mise en place d’atelier de fabrication numérique dans leur établissement.
Votre atelier gagnera en popularité en fonction de son accessibilité et de sa disponibilité. Il est vrai que plusieurs projets d’atelier de fabrication reposent sur la bonne volonté et le bénévolat des initiateurs du projet. Ces personnes n’hésitent pas à se consacrer au projet en raison de leur grande motivation et de leur désir de réussite et ce, en surplus de leurs tâches habituelles de travail. Il est essentiel, pour éviter de « brûler » son personnel, de créer des postes spécifiques ou d’attribuer les tâches liées à l’exploitation de l’atelier à des personnes qui ont le projet à cœur. À la manière d’une bibliothèque, votre atelier devra compter sur la présence d’une équipe dévouée et qualifiée pour opérer les activités quotidiennes. Selon la Fab Foundation, cette équipe sera composée d’un gestionnaire, d’un expert technique et d’un appariteur. En fonction de la vitalité de la communauté, il sera probablement possible de développer des solutions locales liées à la gestion du personnel.
Engagez-vous, encore, qu’ils disaient !

Comme nous en avons discuté précédemment, le mouvement des ateliers de fabrication numérique qui se développe au Québec a des effets positifs sur les communautés locales et à l’échelle internationales. Il permet d’établir des liens entre les individus afin de faire voyager des valeurs humaines fondées sur le respect et la collaboration. Au moment de l’élaboration du plan de développement d’un atelier de fabrication numérique, les décideuses et décideurs doivent tenir compte d’une variété de facteurs mais avant tout d’inclure les intervenants des différents domaines dans le processus et d’exploiter les ressources à leur disposition.

L’événement #Fab16 sera une vitrine pour le Québec et le Canada en vue de démontrer son savoir faire créatif. Lors de la rencontre annuelle de FabLabs Québec en octobre dernier, le groupe de discussion portant sur l’éducation-Fablab a soulevé la nécessité de tenir en 2019 une foire similaire à celle du Montreal Maker Faire en vue de stimuler la production de produits originaux qui pourraient être présentés à la réunion annuelle des Fablabs. Seriez-vous intéressé à collaborer à l’organisation de cet événement ? Si oui, nous vous invitons à faire connaître votre intérêt en communiquant avec Jean-Pierre Dufresne de la VTE.

plus de photos sur l’articlesur VTE

Licence : CC by-nc-sa

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom