Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

On joue ?

Un article repris de http://theconversation.com/on-joue-96972

Hannah Tasker/Unsplash

Cette chronique est dans la droite ligne et se nourrit des recherches et rencontres publiées sur mon site Les cahiers de l’imaginaire.


Les vacances d’été arrivent. Que diriez-vous de stimuler la créativité de vos enfants et celles de vos équipes pendant ce temps estival ?

Photo par Linus Sandvide/Unsplash.

Que font les parents pour stimuler la créativité de leurs enfants ?

Certains délèguent cette tâche à l’école ou inscrivent leurs enfants à des activités spécialisées.

Element Digital/Unsplash.

D’autres adoptent une approche passive, misant sur la curiosité et le mimétisme naturels de leurs enfants en les laissant prendre part aux activités créatives et aux loisirs qui les attirent.

Priscilla du Preez/Unsplash.

L’attitude, le comportement et les traits de personnalité des parents sont de solides indicateurs des aptitudes créatives que développeront plus tard leurs progénitures.

Pourtant, nous savons peu de choses sur l’impact des initiatives spécifiques prises par les parents pour encourager la créativité de leurs enfants.

Une récente étude polonaise relève quatre facteurs principaux susceptibles d’instaurer un climat familial favorable pour le développement de la créativité :

  • Encourager les enfants à entreprendre des expériences à la fois nouvelles et diversifiées.

  • Favoriser le non-conformisme.

  • Soutenir la persévérance dans les efforts de création.

  • Autoriser la rêverie.

En poussant un peu plus loin leur analyse, les chercheurs ont mis en évidence le fait que, chez la mère, l’un des cinq grands traits de la personnalité – l’ouverture – est un excellent indicateur d’un climat familial propice à l’éclosion de la créativité chez l’enfant.

Si on observe un peu plus en détail les attributs spécifiques de la cellule familiale susceptible de favoriser l’éclosion de la créativité chez les enfants, on découvre ce qui suit :

D’une part, l’ouverture et la tolérance sont les deux attributs qui viennent en tête de liste. Les parents acceptent que leurs enfants puissent avoir des points de vue différents des leurs. Ils encouragent la quête de ce qui est nouveau et innovant. Ils renforcent ainsi l’autonomie de pensée de leurs enfants et leur donnent la possibilité d’apprendre de leurs erreurs.

D’autre part, les enfants s’adonnent à des activités qui ne sont pas jugées comme étant utiles ou raisonnables : les questions-réponses futiles, les théâtres de marionnettes, les concerts en famille. Les parents savent improviser et raconter des histoires. Ils dessinent et écrivent avec leurs enfants. La plupart d’entre eux ont le sens de l’humour. Parmi leurs valeurs, ils placent l’imagination en haut de leur liste, et la considèrent même plus importante que la performance scolaire.

Il existe une corrélation entre les traits de personnalité des parents, en particulier ceux de la mère, et la créativité de leurs enfants.

Sai de Silva/Unsplash.

Voici quelques-uns de ces traits :

  • Être indépendant et sûr de soi.

  • Savoir réagir face à des situations difficiles.

  • Savoir faire fi des contraintes.

  • Ne pas vouloir faire bonne impression à tout prix.

  • Tenir à distance les pressions sociales.

  • Maintenir un sentiment de sécurité au sein de la famille.

En supposant qu’au sein de la cellule familiale, tout se déroule comme souhaité et que le climat est propice, le déploiement du potentiel créatif des petits s’exprime de multiples manières. Les enfants créatifs, par exemple, ont souvent un goût prononcé pour les collections de toutes sortes.

scott webb Unsplash.

Presque tous s’adonnent à la collection et, même si leurs ressources sont limitées, leurs champs d’acquisition sont vastes : roches, billes, poupées, gommes à effacer, figurines, fossiles, crayons, monnaie, autocollants, etc.

Notre propension à collectionner, difficilement explicable parfois, tient au fait que notre cerveau – le cerveau de l’enfant comme celui de l’adulte – utilise cette approche pour explorer, classifier et comprendre.

L’exploration créatrice joue un rôle cognitif important autant dans le domaine des arts que dans celui des sciences. Au cœur de ce processus résident les principes mêmes de la collection, c’est-à-dire la cueillette, l’analyse, la comparaison et la classification des données.

Des chercheurs ont tenté de modéliser le processus de l’exploration créatrice en développant un jeu.

Creative foraging.

Leur but est de développer des algorithmes afin d’automatiser le processus d’exploration créatrice. Leur démarche rappelle l’intérêt des techniques visuelles d’exploration créatrice pour tenter de trouver de nouvelles solutions à un problème donné.

L’exploration créatrice consiste à chercher une solution nouvelle dans un ensemble soumis à des contraintes.

Le jeu exploratoire développé par les chercheurs est un jeu à l’ordinateur dans lequel les joueurs combinent des formes carrées afin de former des combinaisons qu’ils jugent intéressantes (il existe plus de 30,000 combinaisons possibles).

Le temps requis, la genèse des combinaisons, ainsi que les formes sélectionnées sont enregistrés.

Le mode opératoire des joueurs

Les joueurs alternent entre des périodes de tâtonnement (la phase exploratoire) et de consolidation (durant laquelle ils réunissent les formes similaires pour former des ensembles).

Différents joueurs parviennent à des catégories ou à des classifications analogues partageant des propriétés visuelles communes : lettres de l’alphabet, nombres, avions, etc.

Les formes appartenant à une catégorie donnée s’apparentent à celles d’une catégorie voisine. Ainsi, il suffit d’orienter différemment son attention pour mettre en évidence l’existence d’une nouvelle catégorie.

La valeur attribuée à une solution varie dans le temps. Cette valeur est élevée lorsqu’il s’agit de la première forme d’une catégorie donnée. Elle diminue au fur et à mesure que d’autres formes viennent s’ajouter à la catégorie en question.

Il existe seulement deux types de joueurs : les « rapides » et les « systématiques ». Ceux qui tâtonnent et consolident rapidement leurs configurations ; et ceux qui tâtonnent et consolident systématiquement.

Le passage entre la phase de tâtonnement et la phase de consolidation est marqué par la découverte d’une forme à l’allure ambiguë, à première vue inclassable, et qui pourrait s’avérer la première d’une nouvelle catégorie.

Les jeux d’exploration créatrice sont intéressants, car ils sont bien adaptés à la manière dont notre cerveau fonctionne. Dans le domaine du design, ils présentent de nombreux avantages et peuvent être utilisés de multiples manières pour le développement de nouveaux produits ou de nouveaux procédés :

  • Le jeu d’exploration créatrice se pratique en équipe et permet ainsi la participation de nombreux intervenants provenant de compétences et d’horizons divers.

  • Les contraintes doivent être clairement établies. Un jeu sans contraintes donne de piètres résultats.

  • Le jeu peut se dérouler par étapes. En débutant, par exemple, par une phase exploratoire. Et en poursuivant ensuite avec une phase de défrichage d’une ou deux solutions jugées les plus prometteuses.

  • Le jeu gagne à être joué en présentiel, à l’aide de cartes, de photos que l’on regroupe, de dessins réalisés sur du papier ou sur un tableau.

  • Le jeu est visuel. Les concepts sont illustrés par des dessins, des graphiques, des photos.

  • Le caractère visuel du jeu permet de toujours avoir une vue de l’ensemble des résultats.

  • Le jeu donne lieu à des regroupements, à des collections qui mettent en évidence des propriétés, des thèmes, des fonctions inattendues et permettent d’identifier de nouvelles pistes.

  • Le jeu tire parti, au besoin, d’outils analogiques complémentaires comme des crayons, marqueurs et ciseaux. En ce moment, on note le retour de caméras (comme Instar SQ6 de Fuji) qui imprime sur-le-champ des photos, à l’instar des caméras Polaroïd de l’époque.

  • Finalement, le jeu, comme le terme l’indique, est ludique et par conséquent, suscite l’intérêt et favorise la participation des joueurs.

Une grande partie des activités de mes séminaires fait appel à ces approches et cela donne d’excellents résultats. Des doctorants, par exemple, doivent proposer une idée pour un projet d’innovation en relativement peu de temps. Ils sont souvent étonnés, eux-mêmes, de la rapidité à laquelle ils en viennent à une solution créative.

Haniyeh Hosseini.

À vous de jouer, chers lecteurs ! Que ce soit avec vos enfants, vos équipes ou vos étudiants, inspirez-vous de ces approches pour détendre l’atmosphère. Si vous avez des anecdotes à partager, n’oubliez pas de me laisser un commentaire. Et comme d’habitude, je vous propose un petit exercice pour vous entraîner dans mes jeux créatifs.

The Conversation

Licence : CC by-nd

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom