Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Proflab, un réseau de communautés locales de mise en partage des innovations

14 août 2017 par Michel Briand Fiches pédagogiques 405 visites 0 commentaire

Un texte repris du kit méthodologique issu du projet Domino et animé par l’association Collporterre, un texte sous licence CC by sa

ProfLab est une association nationale qui œuvre en faveur d’une innovation pédagogique coopérative faîte par l’école et pour l’école. Ce n’est pas un dispositif mais un réseau de communautés locales de mise en partage des innovations éducatives portées par ses membres. Son projet est né d’un constat : les acteurs du monde de l’éducation travaillent beaucoup les uns à côté des autres, mais assez peu les uns avec les autres.

ProfLab s’appuie sur une méthodologie d’animation entièrement documentée sur Internet et fortement empreinte des valeurs du Libre et des FabLabs (coopération, ouverture et circulation des idées). Concrètement, les communautés locales organisent des « visites » de classes de membres du ProfLab, des ateliers de travail thématiques, des grands chantiers coopératifs, etc.

Se voulant entièrement libre, le ProfLab ne fonctionne pas selon un système de cotisation ou d’adhésion. Tout collectif voulant monter un ProfLab peut donc utiliser librement la méthodologie disponible. Le projet s’appuie sur des ressources et du temps bénévole. Il ne dispose d’aucune ressource financière à l’heure actuelle.

Quelle est la plus-value de ce projet pour ses membres ?

Point de vu de Julien Gourriou, co-fondateur de la méthodologie ProfLab

Un des premiers impacts de la mise en place d’un ProfLab réside dans sa capacité de mise en réseau d’enseignants ne travaillant d’habitude pas ou peu
ensemble.

C’est ainsi le cas au sein de la Cité scolaire de Beaumont (Redon) :

“Aujourd’hui je travaille avec des collègues du lycée professionnel que je n’avais jamais rencontré avant la création du ProfLab. On a vraiment le sentiment que ça permet de croiser des personnes qui ont d’autres façons de faire.”

Le ProfLab de Beaumont entraîne une évolution des pratiques pédagogiques des enseignants qui y participent. Le rapport aux élèves évoluent également,
tout comme les relations entre les professeurs. Il s’agit en quelque sorte d’un apprentissage de la coopération au cours duquel des réflexes, des méthodes de travail ainsi que des postures s’installent progressivement.

“Petit à petit, on s’est rendu compte que certains professeurs revendiquaient leur appartenance au ProfLab, notamment à partir du moment où ils acceptaient d’« ouvrir » leur classe aux autres enseignants.”

— -

La charte des proflab

Un texte repris du site Proflab, un site sous licence CC by sa nc

Il s’agit mot pour mot de la première phrase de la Charte des Fablabs du MIT. Cette charte Proflab s’inspire effectivement très clairement et néanmoins très librement de cette Charte.

Afin de permettre le deploiement dans la simplicite des proflabs tout en permettant de garder l’esprit initial dans une latitude des choix propres a chaque proflab, une charte –simple et en seulement quelques points –doit etre respectee par tous les ateliers souhaitant fierementetre accredites et utiliser le « logo » proflab
.
Article 1 qu’est-ce qu’un proflab ?

Le Proflab estune méthodologie de travail visant très concrètement à favoriser le développement d’une nouvelle coopération spécifique à l’école et capable de partager, de discuter, de propager, de prototyper et de renforcer les différentes coopérations et innovations déjà existantes. Le Proflab défend la promotion de la liberté pédagogique, l’échange concret et bienveillant entre les différents acteurs de l’éducation.

Il a pour ambition de faire de cette coopération non pas le seul moyen de fonctionnement de l’école mais une composante même de son identité.

Article 2 que fournit le reseau des proflabs ?

Le Proflab c’est non seulement une implantation locale (un lieu, des moments de coopération, des membres qui travaillent physiquement ensemble) mais c’est également un réseau de Proflabs échangeant entre eux. Une vitrine Internet (un site webpour chaque Proflab local) est mise à disposition pour prolonger et nourrir la coopération in situ.

Le Proflab c’est également une association proposant une assistance opérationnelle, logistique, pédagogique, éthique, au-delà de ce qui est disponible dans un seul Proflab. L’association Proflab a par exemple pour missions la
défense des valeurs qui soutiennent l’ensemble du projet (indépendance, bienveillance, respect des missions de service public, etc.), la promotion et l’explication de l’esprit Proflab (auprès des instances, des collègues) via la
publication de documents, l’organisation de formations, ou l’aide concrète à la création de tout Proflab.

Article 3 que trouve-t-on dans un proflab ?

D es gens et un état d’esprit !Un ensemble d’individus bienveillants et curieux qui sont disposés à partager leur compétence et leur incompétence pour le plaisir d’essayer de nouvelles choses, de se laisser inspirer par les autres et d’espérer être une source d’inspiration pour les autres. Le Proflab se reconnaît clairement une connivence d’esprit avec les Tiers-Lieux, les Fablabs, les logiciels Open Source, les réflexions autour du design des politiques
publiques, et globalement les mouvements dits « collaboratifs », ou appelés parfois les « communs », etc. Pour autant, le Proflab ne revient pas à se contenter d’en « calquer » les méthodes ou les recettes. Le Proflab veut
s’adapter aux spécificités et aux responsabilités propres au monde de l’éducation.

Une méthode de travail ! et un ensemble de protocoles (Visites, Lab des profs, La Fabrique, etc.) très ouverts et néanmoins rassurants visant à organiser cette coopération sans jamais la contraindre au point d’en empêcher la liberté et les bonnes volontés. Via des chartes comme celle-ci, via des dispositifs techniques (comme l’ordre du jour des Labs des profs), des aides (comme la vitrine Internet), tout est fait pour qu’une coopération concrète et efficace soit dynamisée et encadrée.

Des ateliers, des chantiers, des prototypes ! Un proflab est un « in progress ». Le travail est toujours en train de se faire. Des outils sont toujours de sortie, prêts à être utilisés, détournés... Proflaborer, c’est d’abord concrètement « travailler » ensemble.

Il s’agit mot pour mot de la première phrase de la Charte des Fablabs du MIT. Cette charte Proflab s’inspire effectivement très clairement et néanmoins très librement de cette Charte.

La garantie d’une réelle indépendance Un Proflab ne peut être soumis à aucune autorité institutionnelle, politique, syndicale, corporatiste, etc. Un Proflab promeut les échanges horizontaux, la mise en capacité des acteurs de l’éducation et ne peut faire l’objet de luttede pouvoir ou de conflits hiérarchiques. La création d’un Proflab, de même que la participation à un Proflab, est toujours un acte gratuit, et entièrement volontaire. On peut entrer (ou sortir) d’un Proflab comme on veut, pour un projet particulier ou pour s’investir plus avant.

Article 4 qui peut participer au proflab ?

Les individus, les institutions ou autres associations sont tous les bienvenus tant que leur participation respecte cette charte. Le proflab veut travailler à la coopération entre tous les acteurs de l’éducation nationale : les enseignants, les agents, les assistants sociaux, les infirmiers, les inspecteurs, les chefs d’établissement, les parents, les élèves... Or le fait de permettre la coopération entre tous ces niveaux ne revient pas à nier les spécificités de chaque « partie ». Chacun entre dans un Proflab avec ce qu’il est, sa fonction, son expérience, son expertise mais aussi ses automatismes, bons ou mauvais, mais il doit le faire au service du Proflab. Le Proflab n’est pas un lieu de revendication, de contestation, c’est un lieu pragmatique où l’on travaille ensemble, dans la
meilleure intelligence possible, au service des élèves, des collègues, de l’éducation dans son ensemble.

Proflab est une marque sous Creative Common, toute personne ayant signé cette charte peut constituer ou agréger un ProfLab. A l’inverse, si la charte n’est pas respectée, le nom Proflab ne peut être utilisé, car la marque en est
déposée auprès de l’INPI.

Article 5 quelle responsabilité ?

Tout proflaborateur « visitant » un autre proflaborateur a pour devoir la non intervention, la confidentialité de ce qu’il voit et entend auprès des élèves, et collègues conformément à la charte des visites « Proflab ». En outre tout proflaborateur se doit de ne jamais contrevenir au respect dû à tout individu, de travailler à la défense de la déontologie du métier d’enseignant, à la réaffirmation que le but ultimement visé est toujours la densification des élèves.

Article 6 qui possede les inventions faites dans un proflab ?

Les dispositifs inventés dans le ProfLab peuvent être protégés par les inventeurs mais doivent rester à disposition des membres des Proflabs. Coopérer c’est aussi participer au développement de ressources éducatives libres...

Article 7 comment les établissements (et les membres de la direction de l’éducation nationale dans son ensemble) peuvent-ils utiliser un prof lab

La présence de représentants de l’éducation nationale (chefs d’établissements, inspecteurs, etc.) est vivement souhaitée dans le Proflab. La seule condition est qu’ils n’en menacent jamais l’indépendance et qu’ils se soumettent à cette charte. A aucun moment la coopération ne pourra être le fait d’une contrainte ni même d’une obligation. Toute visite « Proflab », par exemple, doit être toujours consentie par le visiteur et l’hôte.

Le Proflab croit profondément à la possibilité d’une coopération renouvelée et bienveillante entre ces différents niveaux de l’éducation. Tous les représentants de la direction de l’éducation nationale peuvent s’avérer d’une aide précieuse quant à la facilitation de la mise en place d’un Proflab (heures, lieux) mais également de son fonctionnement. A l’inverse tout proflaborateur, toute production d’un Proflab doivent respecter les valeurs et les missions de service public. La liberté, l’innovation ne vont pas à l’encontre des valeurs qui servent de référentiel à
l’éducation nationale. C’est même une autre façon de défendre l’éducation.

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom