Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Partir des Low-tech pour aller vers une nouvelle éthique de l’ingénierie ?

20 septembre 2021 par Victor L Ingénieurs sans frontières 191 visites 0 commentaire

Un article repris de https://isf-france.org/node/1577

Que ce soit à travers « Low-tech With Refugees », « Nomades des mers » et le « Low-tech Lab » ou « L’Atelier Paysan », le concept , les exemples et la démarche Low-tech rencontrent un certain succès auprès des ingénieur⋅es et étudiant⋅es ingénieur⋅es engagé⋅es pour le climat ou la solidarité. Celles-ci sont un exemple indéniable de technologie vertueuse, malheureusement leur généralisation semble difficile. Ce texte propose de rechercher la définition d’un "état d’esprit Low-tech", qui pourrait constituer la définition d’une certaine éthique de l’ingénierie...

Un article repris du site Ingénieurs sans frontières (ISF), une publication sous licence CC by sa

Ce texte d’opinion a été contruit suite à un atelier entre les membres du GTI ISF ReSET. Les positions prises dans ce texte sont mes conclusions de cet échange et pourraient être amenées à évoluer. Vous pouvez envoyer vos remarques via le formulaire de contact du site.

Que sont les Low-tech ?

Le Low-tech Lab utilise la définition suivante des Low-tech : Utile. Accessible. Durable. Cependant il ne souhaite pas limiter ces adjectifs à une technique : « Au Low-tech Lab, nous employons le terme Low-tech pour qualifier des objets, des systèmes, des techniques, des services, des savoir-faire, des pratiques, des modes de vie et même des courants de pensée, qui intègrent la technologie selon trois grands principes : Utile. Accessible. Durable. » [1]

Si on regarde maintenant quelque exemple (toujours sur le site internet du Low-tech Lab) : Chauffage solaire version ardoise, toilettes sèches familiales, culture de la spiruline, lombricomposteur simple, mur en paille, etc. Évidemment, toutes ces technologies peuvent être très utiles « en cas d’effondrement », mais pour un grand nombre d’ingénieur⋅e, elles ne sont pas d’une grande utilité dans la vie courante, soit parce qu’elles ne sont pas encore acceptées par le grand public, soit parce qu’elles s’appliquent à un marché de niche (où mettre le chauffage solaire version ardoise dans un appartement en location au 7e étage).

D’ailleurs si l’on considère le vélo, un des « symboles » des Low-tech (utile, accessible, durable), on se rend vite compte qu’il faut toute une industrie lourde pour le fabriquer. [2] Parallèlement de nombreuses initiatives d’ateliers Low-tech existent pour « déformer » des vélos afin de répondre à des besoins spécifiques. On constate simplement que les Low-tech ne remplacent pas l’industrie mais cohabitent avec elle.

Pour résumer : « Les Low-techs ne sont pas en elles-mêmes des solutions aux maux contemporains de notre civilisation. Chacune répond à des besoins spécifiques dans un contexte donné : un système utile et fonctionnel. Néanmoins l’état d’esprit sur lequel elles se fondent questionne ces maux, leurs fondements sociétaux et nos modes de vie. » [3]

Laissons de côté la définition d’une technique Low-tech pour essayer de définir « l’état d’esprit [des Low-tech] » ou « les courants de pensée [Low-tech] ». Les adeptes des Low-tech seraient finalement sensible à un ensemble de principes (politiques ?), qui eux sont généralisables à l’ensemble des contextes d’ingénierie et de mise en œuvre de la technique.

Difficile de les classer et les séparer, car il se répondent mutuellement, mais je vous propose le cadre suivant : militer pour une transition écologique radicale, travailler pour le bien commun et refuser l’élitisme pour une meilleure "démocratie technique".

Militer pour une transition écologique radicale

Les Low-tech portent une radicalité indispensable pour la nouvelle génération des ingénieur⋅es intéressé⋅es par la transition écologique. On pourrait définir une « première génération » d’ingénieur⋅es écologistes qui a trouvé un sens au travail dans la construction d’éoliennes, l’installation de panneaux photovoltaïques, le développement de l’éco-conception, la mise en place de normes RSE, la rénovation thermique des bâtiments, etc. Cette « première vague » est une sorte de compromis entre, d’une part, des entreprises et une société ne voulant pas renoncer à la croissance et, d’autre part, des ingénieur⋅es désireux⋅ses de mettre en place la transition avant de gagner la bataille politique.

Après 10 à 15 années de ce régime, les domaines précédemment évoqués ne sont plus vraiment « nouveaux » et ont montré toute leur limite pour engager une vrai transition écologique. Un certain nombre d’étudiant⋅es ingénieur⋅es actuel⋅les ne les considèrent plus comme une véritable option satisfaisante mais plutôt comme la moins mauvaise des options… Il recherchent donc une radicalité plus affirmée, qui s’attaque à la croissance (pour le dire simplement, et si ce n’est pas la croissance économique, c’est à minima la croissance de consommation d’énergie, de matière et de surface). Seulement, les étudiant⋅es ingénieur⋅es ne souhaitent pas nécessairement se transformer en militant⋅e politique, ils et elles ne sont pas formé⋅es/conditionné⋅es pour rentrer dans une entreprise et changer son fonctionnement et ses objectifs (dommage ?). L’attrait des Low-tech pourrait-il venir de la traduction d’une ambition politique en « langage technique » ?

Le mot Low-tech a l’avantage de ne pas pouvoir s’appliquer aux grands projets techniques et industriels actuels (voiture électrique et autonome, 5G, internet des objets, etc.), et de ce fait, il est idéal pour porter la transition écologique radicale, que de nombreux ingénieur⋅es appellent de leur vœux, souvent plus par rigueur scientifique que par envie de radicalité. Se revendiquer adepte des Low-tech, ce serait donc prendre une posture politique de rupture, sans forcément s’en rendre compte ?

Travailler pour le bien commun

Utile. Ça devrait être une évidence et pourtant combien d’ingénieur⋅es peuvent témoigner de questionnement sur l’utilité de leur travail… « Je dessine les trajets piéton pour maximiser le nombre de boutique qu’ils vont croiser », « Je développe un système pour démarrer une cafetière par Bluetooth », « Je modifie les paramètres de simulation pour rester dans le cadre de la réglementation »… Aujourd’hui travailler pour le bien commun est un luxe que tou⋅tes les ingénieur⋅es ne peuvent pas s’offrir.

Les Low-tech interrogent les besoins, pour ne pas tomber dans l’inutile. En interrogeant les besoins, on se tourne vers les utilisateur⋅rices, et l’ouverture de ce dialogue n’est pas forcément habituelle ni systématique. Dans une grande entreprise combien de couches de vendeurs⋅ses, stratégie commerciale, marketing, contrôle de gestion, faut-il avant de faire appel à un⋅e ingénieur⋅e/concepteur⋅rice ? Les cahiers des charges ont des objectifs de rentabilité qui ne tiennent pas toujours compte des besoins des consommateur⋅rices (qui ne sont plus appelés « utilisateur⋅trices » depuis bien longtemps…). L’injonction à vendre peut aller en contradiction totale avec le besoin (obsolescence programmée) ou parfois le détourner.

Pour remettre le bien commun au centre des préoccupations, il faut sortir et rencontrer les utilisateur⋅trices, échanger, se confronter, parfois même il faut voyager (car les produits voyagent), sortir des objectifs à court terme, trouver les secondes et troisièmes vies des produits, concevoir aussi pour ceux-là. Pour être solidaire de celleux pour qui le neuf n’est pas accessible,le « lien social » est régulièrement mis en avant dans le cadre d’application des Low-tech. Par ailleurs, il faut libérer les sciences et techniques, à travers l’open-source, partager les découvertes et les laisser libres d’être adaptées en fonction des situations locales, s’attaquer à la normalisation de nos modes de vie, sans renoncer aux normes protectrices.

Du refus de l’élitisme à la démocratie technique

Le mot Low-tech, en allant contre le High-tech, porte un refus de l’élitisme [technique]. En effet, aller contre le High-tech permet de prendre le contre pied de « l’excellence », de « l’innovation », c’est accepter que nous avons fait fausse route, que la recherche d’une performance et d’une miniaturisation dont nous n’avons plus besoin n’était finalement pas une bonne idée. C’est aussi la revanche du manuel et de l’artisanal sur l’abstraction et l’industrialisation.

Évidemment il ne s’agit pas de faire basculer d’un dogme vers un autre mais de ré-équilibrer nos valeurs. Ce ré-équilibrage tend aussi à poser une autre question : qui constitue l’élite et y a-t-il une élite ? Si ce n’est pas l’ingénieur⋅e concepteur⋅rice et innovant⋅e, et que ce n’est pas non plus l’artisan⋅e habil⋅e et expérimenté⋅e, il nous faudra peut-être finalement accepter de renoncer à un⋅e expert⋅e plus qualifié⋅e que les autres pour décider de l’avenir technique de notre société ?

Refuser l’élitisme, développer l’horizontalité, donner à tous les acteurs et à toutes les paroles une légitimité dans les choix techniques et politique. C’est finalement indispensable pour mettre en œuvre une certaine « démocratie technique ». L’idée n’est pas de demander à tous le monde de dimensionner l’épaisseur d’une poutre ou la puissance d’un moteur, mais plutôt de concevoir que l’ensemble de la société a droit à la parole lorsqu’il s’agit de définir ce qui est utile, ce qui est accessible et ce qui est durable… On ne peut plus accepter qu’un⋅e expert⋅e scientifique et technique définisse à notre place le bien commun. Dans la recherche, la conception, le développement, la production ou l’application, l’ingénieur⋅e doit trouver des institutions représentatives, capable de formuler une direction crédible, qui lui donne la légitimité suffisante pour agir, en accord avec les sciences et la société.

Licence : CC by-sa

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom