Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Quelles modalités pédagogiques pour la rentrée 2020 : hybride, multi ou comodalité ?

Un article repris de https://tipes.wordpress.com/2020/08...

Différents scénarios montrent que l’unité de temps, de lieu et d’action n’est souvent plus garantie en formation. La période que nous vivons nous permet d’en prendre conscience et nous oblige à évoluer pour pouvoir répondre à ces différents cas.

L’approche classique est de privilégier une modalité et de la proposer aux étudiants. Sur l’unité de lieu, on distingue en présence (ou présentiel) parce que c’est ce qui est connue, et que cela peut faciliter les interactions et renforcer la construction social, ou à distance pour toucher un public plus large, ou empêché de rejoindre un (notre) campus. Sur l’unité de temps, la formation classique propose des temps synchrones, pour apprendre ensemble, mais aussi des temps asynchrones (ou l’étudiant travaille seul ou en groupe, sans l’enseignant, en présence sur le campus à la bibliothèque ou à distance).

Pour répondre aux contraintes actuelles de risques de reconfinement, et de nécessité de distanciation, la première approche est de proposer un déroulement qui alterne présence et distance (synchrone ou asynchrone) pour limiter l’affluence sur les campus. Il s’agit d’une approche hybride (combiner successivement différents types d’activités en présence et à distance). Cela permet d’imaginer ce qui est possible ou souhaitable de maintenir en présence et ce qui peut être organisé à distance, et de laisser la main aux enseignants sans les outiller particulièrement. Mais clairement il s’agit encore de gérer l’urgence du confinement, sans avoir une approche intégrée pour répondre aux différents scénarios. Il faut plutôt voir cette proposition de modalités diversifiées comme une étape.

Une approche plus intégrée retient l’intérêt, proposant systématiquement à chaque étape de la formation, à la fois une modalité en présence (synchrone), une modalité à distance asynchrone et une modalité asynchrone, l’étudiant pouvant choisir à chaque étape la modalité qui lui convient le mieux. Brian Beatty semble l’initiateur de l’approche Hybride et Flexible (HyFlex), synthétisée récemment par Educause, et détaillé dans un livre publié en 2019 avec la licence libre CC-by (à traduire/ adapter en français ?). L’université de Laval utilise la dénomination co-modalité, ou formation comodale, et propose de nombreuses ressources intéressantes pour développer un tel modèle d’instruction, qui dénote la combinaison ou la coexistence des modalités. Citons les pour préciser les principes fondamentaux d’une telle approche :

1. Choix de l’étudiant : À chaque semaine, l’étudiant peut choisir le mode de diffusion qu’il préfère en fonction de ses besoins et préférences sans avoir à l’annoncer à l’avance ou à justifier son choix.

2. Équivalence des activités : Quel que soit le mode, les activités de formation et d’encadrement doivent être conçues pour permettre à l’étudiant d’atteindre les objectifs pédagogiques du cours.

3. Réutilisation du matériel : Tout matériel d’apprentissage développé pour le cours est accessible à tous les étudiants, à commencer par les enregistrements de la classe virtuelle ou autre système de communication synchrone. Inversement, des textes de cours rédigés pour les étudiants en ligne de façon asynchrone sont aussi accessibles aux autres étudiants.

4. Accessibilité : Les étudiants doivent avoir un accès optimal aux ressources et outils dans tous les modes, respecter les normes d’accessibilité et les bonnes pratiques de la pédagogique inclusive.

Plus riche, la formation comodale est également plus exigeante, nécessitant un appui logistique de l’institution, la refonte des ressources pédagogiques et la capacité pour l’enseignant de gérer un environnement présentiel et distant en même temps, ce qui est loin d’être facile. Il pose également la question de l’autonomie des étudiants.

Dans tous les cas (hybride ou comodal), ces dispositifs mettent l’accent sur la clarté des objectifs et des instructions, l’importance des activités et des interactions. L’université de Laval nous propose un guide de bonnes pratiques et l’université de Sherbrooke insiste sur l’utilisation de la pédagogie active.

Ce modèle d’instruction comodal présente néanmoins l’avantage de permettre de gérer nombre d’ imprévus dans une formation, de faciliter l’articulation de cette formation avec d’autres activités et de s’ouvrir à un public plus large. Il est popularisé aujourd’hui car il permet de donner un cadre plus large et de dépasser le contexte de formation en situation d’urgence dans lequel nous avons été plongés, tout en se démarquant des modèles de pur enseignement en ligne ou de MOOC. La question n’est alors plus de donner la primauté à une modalité ou à une autre, mais bien de chercher la complémentarité. La présence n’est plus une évidence, ou un luxe, elle prend sa place dans un dispositif plus large. Il s’inscrit également dans une démarche progressive, la plupart des enseignants sont passés de la présence à la distance, l’étape suivante pouvant être une combinaison plutôt qu’un retour à un mode unique.

Il me semble qu’une question à approfondir est de voir dans quels cas cette comodalité permet d’enrichir les différentes modalités en jouant sur la complémentarité, et dans quels cas elle génère des rigidités qui nuisent à la qualité de la formation. Dans le cadre de formations d’ingénieurs, la question se pose notamment pour les projets en groupes, et pour les travaux pratiques sur des équipements spécifiques, avec cette dimension de tutorat qui est proche, disponible, sans être contraignant.

Crédit Image Visioconférence.jpg par Stéphane Rioux licence CC-by

Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Portfolio

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom