Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Jeunes et enfants en grève pour le climat

Un article repris de https://isf-france.org/node/1373

Un articlerepris du site d’Ingénieurs sans Frontières

Des grèves de l’école pour le climat ont commencé dans différents pays du monde ces derniers mois et une action internationale est prévue ce vendredi 15 mars 2019. Ingénieurs sans frontières salue cette mobilisation des étudiant·e·s et des plus jeunes face à l’action insuffisante des gouvernements pour résoudre la crise climatique et les injustices qu’elle engendre.

Pancarte de manifestation pour le climat

Tout a débuté avec Greta Thunberg. Depuis août dernier, cette Suédoise de 16 ans, élève de 3e, sèche les cours tous les vendredis et passe ces journées de « grève de l’école » devant le Parlement. Elle réclame de son gouvernement qu’il prenne les mesures nécessaires pour réduire les émissions de gaz à effet de serre du pays et respecte ses engagements liés à l’Accord de Paris sur le climat. Depuis, elle a eu l’occasion de réclamer plus d’action en ce se sens aux dirigeants du monde entier, en décembre à la COP24 et en janvier au Forum Economique Mondial de Davos.

Poursuivant sans faiblir sa grève hebdomadaire et s’exprimant de manière très éloquente lors de ses discours et pour la presse, Greta Thunberg a rapidement gagné en notoriété et inspiré des enfants et jeunes du monde entier. En Australie, vendredi 30 novembre, 15 000 écolier·e·s de 5 à 18 ans ont manifesté dans 30 villes. En Suisse, en Allemagne, au Royaume-Uni, au Canada,… des dizaines de rassemblements se sont organisés sous les mots d’ordre « Climate School Strike » et « Fridays for Future » (« grève de l’école pour le climat » et « les vendredis pour l’avenir ») lancés par Greta. En Belgique, la mobilisation a atteint un niveau exceptionnel, avec plusieurs dizaines de milliers d’enfants et adolescent·e·s dans les rues, soutenu·e·s par des parents, des grand-parents et des enseignant·e·s, depuis plusieurs semaines et en synergie avec la mobilisation plus large de la société civile belge pour le climat.

Dans le même temps, la date du 15 mars a été choisie pour une mobilisation des écolier·e·s et étudiant·e·s à l’échelle l’internationale, laGrève Mondiale pour le Climat. L’objectif est d’une part de faire comprendre aux adultes ce que la jeune génération sait et ressent très fortement, craignant pour les conditions de vie sur Terre dans 50, 30 ou même 10 ans : « la crise climatique est une crise ». D’autre part, il s’agit de réclamer à leurs gouvernements respectifs des « preuves » d’action climatique forte et suffisante pour ne pas dépasser le seuil des 2°C de réchauffement global inscrit dans l’Accord de Paris. Ingénieurs sans frontières soutient cette vague de mobilisation des enfants et des jeunes pour le climat et leur futur, et encourage les élèves ingénieur·e·s à se renseigner sur les initiatives locales auxquelles ils et elles pourraient prendre part.

En France en effet, une première manifestation a réuni 150 jeunes à Nantes vendredi 8 février. La mobilisation démarre aussi en Ile-de-France ce vendredi 15 février, suite à un "ultimatum" posé au gouvernement par un collectif d’étudiant·e·s. En ce qui concerne la Grève Mondiale du 15 mars, plus de 40 actions locales sont déjà prévues et répertoriées sur le site deYouth for Climate France. D’autres mouvements et collectifs informels essaimeront peut-être dans les semaines qui viennent, à l’échelle nationale ou locale. Comme dans les autres pays, et à l’image de ce qui s’observe depuis quelques mois dans la mobilisation citoyenne pour le climat de manière plus large, ces initiatives s’annoncent spontanées, individuelles, sans structures associatives clairement organisatrices, et avec des revendications et modes d’actions variés. Ingénieurs sans frontières ne souhaite ainsi pas s’associer explicitement à tel ou tel collectif qui se créé ou action qui se prépare, mais rejoint la mobilisation citoyenne des jeunes dans son ensemble.

La crise climatique, les injustices qu’elle engendre, et l’urgence de la transition écologique et énergétique sont en effet des préoccupations majeures d’Ingénieurs sans frontières aujourd’hui. Après les Rencontres de la Solidarité Internationale et de la Citoyenneté sur le thème de la justice climatique en 2016, après la création du groupe thématique d’ingénieur·e·sISF ReSET (Résilience, Sobriété Energétique et Transitions) en 2017, après avoir participé aux marches pour le climat de la fin 2018 aux côtés de nos partenaires comme le CRID dans le cadre de la campagne "Prenons le contrôle", nous invitons donc nos membres à se saisir de cette nouvelle opportunité d’action collective et en particulier à se mobiliser lors de la Grève Mondiale du 15 mars.

Licence : CC by-sa

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom