Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Lecture et éducation artistique au Québec, vers de nouvelles médiations culturelles

Un article repris de http://theconversation.com/lecture-...

Sur le site « Tout à coup, la poésie ». Tout à coup, la poésie

Intégrée au réseau des bibliothèques de Québec, la Maison de la littérature constitue un lieu culturel novateur à Québec, une sorte de « bibliothèque publique bonifiée » proposant depuis 2015 divers espaces, in situ, dédiés à la création et à la diffusion des arts littéraires : salon de lecture, cabinets d’écriture, studio de création multimédia, atelier BD, scène littéraire et un appartement pour auteur en résidence. Pensée en collaboration avec la ville et l’Institut canadien de Québec, la Maison a d’emblée intégré divers organismes partenaires (La Shop à Bulles, Les Ami·e·s imaginaires, Rhizome, La Promenade des écrivains) avec comme objectif d’améliorer l’accès à la lecture et à la littérature contemporaine. Elle offre ainsi aux publics, écrivains et professionnels du milieu littéraire des collections, des services et de nombreuses manifestations, dans la lignée de l’Institut canadien de Québec fondé en 1848 et dont la mission demeure la démocratisation du savoir et de la culture.

Trousse poétique numérique et culture médiée

Crédits Renaud Philippe. http://www.toutacouplapoesie.ca

Après 3 années de travail et à l’initiative d’Isabelle Forest, coordonnatrice des activités littéraires à la Maison de la littérature, une trousse numérique (Tout à coup, la poésie) a vu le jour, destinée à favoriser l’accès à la littérature et plus particulièrement à la poésie québécoise à l’école, au secondaire. Croisant les disciplines artistiques, cet outil original est composé de textes, de capsules sonores, de vidéo, de portraits d’auteurs, de graffitis poétiques (#taville), autour de quatre sections principales (lire, regarder, écouter, découvrir). Une forme et un support hybrides visant les jeunes et un moyen « de désacraliser la poésie afin de la découvrir fraîche, vive et accessible, en dehors des livres ».

http://www.toutacouplapoesie.ca. http://www.toutacouplapoesie.ca

La section « regarder » par exemple, propose des courts-métrages poétiques réalisés à partir des textes d’auteurs dont celui d’Hélène Dorion qui mêle ici poésie, déambulation filmée en skate, son et musique. Dans la section « écouter » des capsules sonores explorent par le biais de la diction les intonations et le rythme propre à un poème et amènent le public à un plaisir de la lecture grâce à la mise en voix.

Site Trousse poétique.

Cette trousse numérique semble être un instrument efficace pour propager la culture au sens large, en sollicitant la « culture médiée » des jeunes qui implique un accès à des contenus artistiques « hors-ligne » et de plus en plus « en-ligne », via l’utilisation de plateformes et qui prouve selon Divina Frau Meigs que « la négociation des frontières des médias a des implications pour les frontières de la culture, car les médias interviennent de plus en plus dans la manière dont les individus ont du pouvoir d’agir sur leur créativité, leur sociabilité et leur participation culturelle ».

Incitation à la lecture

Site Trousse poétique.

En privilégiant une autre approche de la littérature, l’objectif est certes de lutter contre les clichés habituels sur la poésie considérée comme désuète, hermétique, mais aussi d’inciter à des découvertes en ligne qui puissent susciter d’autres lectures. Ainsi, la section « lire » qui propose la découverte de carnets de poètes à travers leur texte, leur vision de la poésie, leur parcours, leurs inspirations, contient également des renvois à d’autres poèmes recommandés par les auteurs eux-mêmes. Cette forme de prescription qui induit la notion d’intertextualité envisage la poésie comme un espace, un réseau, une bibliothèque dans laquelle on peut puiser, par le biais de « la perception, par le lecteur, de rapports entre une œuvre et d’autres qui l’ont précédée ou suivie ». Le propre de l’intertextualité est selon Laurent Jenny, « d’introduire à un nouveau mode de lecture qui fait éclater la linéarité du texte ».

La trousse propose donc non pas une lecture linéaire mais plutôt une lecture du braconnage, une expérience à vivre permettant aux lecteurs de voyager d’un texte à l’autre en fonction des itinéraires poétiques balisés. La lecture constitue alors un moyen d’accéder au monde et à soi-même. En complément, la section « découvrir » du site offre d’autres suggestions, autant de couvertures de livres qui renvoient directement l’utilisateur, grâce à un lien interactif, sur le catalogue de la Bibliothèque de Québec et prouve aussi que le réseau des bibliothèques est une ressource culturelle importante dans le cadre de l’éducation artistique.

S’approprier le patrimoine par la pratique artistique

Site Trousse poétique : Ta ville.

Enfin, on constate que ce dispositif qui a été construit en collaboration avec des artistes et des enseignants d’une école secondaire cherche à solliciter la participation et la créativité culturelle des élèves en combinant patrimoine et pratique artistique. Ainsi, la section #taville dévoile sous la forme d’une carte interactive de la ville de Québec un travail de création mené autour d’une sélection de bâtiments patrimoniaux. Il s’agit de courtes vidéos, sorte de « graffitis virtuels » qui associent poésie, arts visuels, patrimoine et architecture tout en diffusant une vision de l’espace urbain retravaillé, du palais de Montcalm au temple Wesley par exemple. Cette création emprunte à l’univers numérique la technique du « remix » qui reconditionne les éléments patrimoniaux, les transforme, les détourne, mais procure en même temps un moyen de s’approprier les données culturelles et artistiques.

Pour le géographe Guy Di Méo, le concept de patrimoine intègre « des objets de culture, des artefacts fabriqués ou puissamment transformés par la créativité par le travail humain, auxquels s’ajoutaient éventuellement des valeurs esthétiques et des fonctions symboliques ». Dans ce dispositif créatif et pédagogique, le patrimoine en tant qu’espace d’identification, d’appropriation s’avère donc être un moyen pertinent pour développer les pratiques artistiques.

Maison de la Littérature, Québec. R. Philippe

Outre de nombreuses distinctions architecturales, La Maison de la littérature constitue avant tout un incubateur culturel particulièrement original pour les auteurs et les institutions du Québec. À l’heure de la mondialisation numérique des industries culturelles et d’une jeunesse hyper connectée, la trousse poétique conçue en interaction avec le monde des bibliothèques et de l’école, apparaît comme un outil propice à la lecture, à la créativité et au développement des pratiques culturelles qui replace ici la littérature au sein de la Cité. Un projet et une structure qui s’inscrivent dans une dynamique rendue visible internationalement fin octobre par l’entrée de la ville de Québec dans le Réseau des villes créatives de l’Unesco, à titre de « Ville de littérature » (première ville francophone à obtenir ce titre).

The Conversation

Carole Bisenius-Penin ne travaille pas, ne conseille pas, ne possède pas de parts, ne reçoit pas de fonds d’une organisation qui pourrait tirer profit de cet article, et n’a déclaré aucune autre affiliation que son poste universitaire.

Licence : CC by-nd

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom