Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Des approches innovantes en enseignement supérieur

17 novembre 2021 par megpare GRIIP 185 visites 0 commentaire

Un article repris de https://pedagogie.uquebec.ca/veille...

Des approches innovantes en enseignement supérieur

par Céline Leblanc

Numéro

Article

Bégin-Caouette, O., Champagne-Poirier, O., Loiola, F. A., Beaupré-Lavallée, A. et Paradis, P. (2021). Faire face aux transformations dans l’enseignement supérieur : une conceptualisation des interactions entre différentes innovations pédagogiques. Enjeux et société, 8(2), 216-242. https://doi.org/10.7202/1078496ar

Résumé

L’article de Bégin-Caouette, Champagne-Poirier, Loiola, Beaupré-Lavallée et Paradis (2021) porte sur l’exploration de quatre approches pédagogiques innovantes retenues considérant l’hétérogénéité de la population étudiante et l’évolution de l’enseignement supérieur. 

Les chercheurs ont réalisé une étude de portée ayant pour thème les pédagogies innovantes et ont retenu 105 travaux dont le contenu a été synthétisé « à l’aide d’un modèle conceptuel qui met en lumière les points de convergence entre ces approches et circonscrit un cercle commun potentiellement porteur d’une vision différente de l’enseignement et de l’apprentissage » (p. 221). Bégin-Caouette et al. (2021) affirment que les approches pédagogiques répertoriées dans l’étude de portée mettent en exergue une conception de l’apprentissage actif, dans lequel l’étudiant·e joue un rôle prépondérant. Les chercheurs regroupent les propositions des documents étudiés en quatre catégories d’approches qui sont définies dans l’article :

  • inductives
  • expérientielles ;
  • abductives (design thinking) ;
  • par projets et transdisciplinaires.

Bien que de ces quatre catégories d’approches découlent des applications distinctes, la discussion de l’article met en relief l’hypothèse voulant que ces approches soient compatibles et se renforcent l’une l’autre. Les chercheurs soutiennent que « [l]es approches expérientielles opérationnalisent [...] les principes sous-jacents aux approches inductives, abductives et par projets » (Bégin-Caouette et al., 2021, p. 232). Ils proposent une conceptualisation des interactions entre les approches recensées à travers la réalisation d’un projet intégrateur en soulignant au passage l’intérêt de confronter cette conceptualisation à des situations d’apprentissage réelles. 

En conclusion, les chercheurs soulignent la nécessité de réfléchir à l’organisation universitaire au regard de la mise en place de ces approches pédagogiques qui s’éloignent du modèle dit traditionnel.

Appréciation et utilisation potentielle

L’article de Bégin-Caouette et al. (2021) est intéressant à notre avis puisqu’il positionne en théorie et en pratique des approches pédagogiques innovantes. Les chercheurs expliquent chacune des quatre approches en référant aux théories sous-jacentes et accompagnent leurs explications d’un exemple pratique qui se module selon l’approche décrite. Ainsi, l’exemple des campagnes de sensibilisation en santé publique dans un cours de communication est présent tout au long du texte et est exploré à la fois pour illustrer les approches inductives, expérientielles, abductives et par projets et pour représenter concrètement la conceptualisation des interactions entre ces approches.

Les approches présentées dans l’article sont innovantes, non en raison de leur nouveauté, mais plutôt parce qu’elles se distinguent d’une pédagogie traditionnelle largement établie dans nos universités. Cela dit, Bégin-Caouette et al. (2021) ont identifié plusieurs établissements universitaires qui intègrent officiellement, dans leurs pratiques, certaines de ces approches : un apport fort utile pour découvrir comment de telles approches peuvent concrètement faire partie des pratiques favorisées par les établissements d’enseignement supérieur. 

Notice biographique

Céline LeblancAprès plusieurs années d’enseignement, Céline Leblanc a entrepris une carrière de conseillère pédagogique en technologie éducative à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) où elle travaille depuis 2008. Dans le cadre de ses fonctions, elle s’intéresse particulièrement à la pédagogie en enseignement supérieur en présentiel. Entre autres, elle coordonne le programme de mentorat entre enseignants et les activités pédagogiques et technopédagogiques offertes à l’UQTR, elle collabore à la communauté de pratique en pédagogie universitaire ainsi qu’à la formation des nouveaux professeurs et des nouveaux chargés de cours de son établissement. Elle est membre du GRIIP depuis 2008 et elle participe aux Lectures choisies, au comité éditorial du Tableau, au comité des Webinaires du GRIIP et a contribué au développement des modules d’autoformation « Enseigner à l’université ».

Licence : CC by-nc-sa

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom