Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Gérer les compétences, c’est une question de données personnelles et de partage

11 septembre 2021 par Jean-Marie Gilliot Retours d’expériences 424 visites 0 commentaire

Un article repris de https://tipes.wordpress.com/2021/09...

Un article repris du blog "Techniques innovantes pour l’enseignement supérieur" (TIPES) de Jean Marie Gilliot, une publication sous licence CC by

Dans le monde de l’enseignement, mais aussi dans le monde professionnel, la compétence est devenue la notion centrale, que ce soit pour : (i) définir des objectifs de formation ou de cours, (ii) valider l’atteinte de ces objectifs des évaluations, (iii) se positionner, (iv) définir ses forces et ses intérêts, (iv) faire le point sur sa progression, (iv) s’orienter, (v) se présenter, (vi) définir un métier, un poste, (vii) gérer les ressources humaines d’une entreprise, (vii) construire un plan de formation…

Actuellement, la gestion des compétences se fait de manière très manuelle, locale, et isolée. La définition des objectifs se fait par formation. Les enseignants construisent leurs cours et leurs critères d’évaluation. Les personnes peuvent gérer leur portfolio et leurs bilans de compétences de manière manuelle et construire leurs CV. Elles peuvent remplir des questionnaires sur des sites d’orientation. Les recruteurs reçoivent et analysent des CV. Et tout cela de manière étanche. Cela amène à des définitions et à des déclarations qui ne sont pas toujours très compatibles.

Et pourtant, toutes ces étapes sont les multiples facettes de personnes, qui apprennent, se développent, s’engagent, travaillent. Des personnes à qui on demande de faire la saisie de telles informations à chaque étape. A contrario, des personnes dont de telles données sont parfois gérées et transmises sans qu’elles en aient pleine conscience.

La gestion des compétences est donc un cas emblématique de gestion de données personnelles, ou il y a de vrais intérêts à permettre un partage de données pour proposer des services intéressants, dans lequel il y a de vraies questions d’éthique puisque les compétences couvrent de nombreuses facettes des personnalités, et dans lequel des usages qui posent question existent déjà (qui pourrait faire une cartographie de tous les usages d’une entreprise comme LinkedIn ?)

Une particularité des compétences par rapport à d’autres données personnelles est que les personnes ont vocation à être actrice de l’évolution de ces données, à la fois parce qu’elles peuvent en déclarer, se donner des objectifs qui évolueront, parce qu’elles peuvent négocier ou prouver de manière diverse leur acquisition, mais aussi parce que ces données ont vocation à leur permettre de réfléchir sur leurs parcours futurs ou actuels (de formation, de vie), et que la personne a aujourd’hui le choix de ce qu’elle met en avant. Nous sommes plus dans une démarche de construction que de demande de correction ou d’oubli de données sur un site. La gestion de ces données de compétences doit donc pouvoir être contrôlée par les personnes elles-mêmes.

La question de la circulation des compétences entre différents sites a commencé. L’initiative européenne « Erasmus Without Papers » qui vise à faciliter les échanges d’étudiants entre universités européenne, doit permettre de transmettre entre universités ces compétences.

Des groupes de travail se mettent en place, pour construire un écosystème « éducation et compétences » dans le cadre de Gaia-X (projet européen pour la construction d’écosystème numériques ouverts, transparents et sûrs). Un premier groupe s’est ainsi constitué au niveau français sous la houlette du MENJS et du Cigref. SkillsData est quant l lui un groupe constitué dans le cadre de l’initiative myData (qui promeut la place de la personne dans l’utilisation de ses données) réfléchit au niveau européen.

Le développement de tels espaces de données permet d’imaginer des interconnexions de services existants (un service d’orientation récupérant un livret scolaire, un service de recrutement qui propose des emplois adaptés, …), de promouvoir des partenariats, de définir les questions de droits, de promouvoir les questions éthiques liées au niveau d’une filière, et donc potentiellement la confiance dans les services proposés. Bref, cela est structurant pour une filière, et l’éducation/le développement professionnel est donc identifié comme tel. Cela doit également permettre de mettre à disposition de tous des communs, comme des jeux de données utiles pour concevoir et tester des algorithmes innovants (par exemple un recueil de voix pour développer des assistants vocaux).

D’un point de vue de l’enseignement, il devient possible d’imaginer de faire circuler facilement les résultats d’apprentissages entre différentes activités (récupérer les résultats d’un MOOC dans une formation par exemple), ou de proposer des activités en fonction des besoins (exprimés, identifiés) des apprenants (étudiants, élèves, formation continue …).

D’un point de vue de la recherche, il y a des enjeux sur la définition de bons modèles de compétences, qui permettent l’articulation entre les différents besoins, et les différentes interprétations. l’accès à des données anonymisées qualifiées, l’analyse et le développement de nouvelles pratiques et de nouveaux environnements d’apprentissage, sans doute plus ouverts.

Licence : CC by

Portfolio

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom