Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

« Tout le monde descend » : pourquoi j’ai choisi de parler de science au théâtre

Un article repris de http://theconversation.com/tout-le-...

Après avoir réfléchi à des communications en vidéo, Marie-Charlotte Morin a opté pour les planches et le contact direct avec le public. "Tout le monde descend", Author provided

Cet article est publié dans le cadre de la Fête de la Science 2018 dont The Conversation France est partenaire. Retrouvez tous les débats et les événements de votre région sur le site Fetedelascience.fr.


Curieuse de nature, j’ai toujours été passionnée par les sciences. Au fil de mes études, il m’a donc semblé naturel de me tourner vers la recherche. Comme la majorité des doctorants, mon enthousiasme a été quelque peu ébranlé par la réalité du laboratoire, entre les expériences qui ne marchent pas, les hypothèses balayées au bout de plusieurs mois d’expérimentation, ainsi que les protocoles répétitifs. Bref, arrivée en troisième année de thèse, j’ai ressenti le besoin d’ouvrir mes horizons.

En parallèle de mon doctorat, je nourrissais un intérêt poussé pour la vulgarisation et j’aimais participer à des événements tels que La Fête de la science, une véritable bouffé d’air entre deux expériences de labo. C’est alors que j’ai eu vent du concours « Ma thèse en 180 secondes », qui met les doctorants au défi de présenter leur sujet de recherche de la manière accessible au grand public. Mon amour pour la transmission a visiblement convaincu, puisque j’ai remporté le prix du public, de la sélection régionale à la finale internationale. Une expérience qui m’a donné envie de poursuivre dans la voie de la médiation scientifique.

Le choix de l’humour

Affiche de la pièce de Marie-Charlotte Morin, représentée à Paris, Strasbourg et Bruxelles. Author provided

Après le concours, j’ai d’abord au format vidéo, la vulgarisation rencontrant un certain succès sur YouTube. Mais une rencontre avec le metteur en scène Alexandre Taesch m’a convaincue de rester sur les planches, où « l’on respire le même air que le public ». Nous avons peaufiné ensemble un scénario que j’avais écrit quelques semaines plus tôt sur la théorie de Darwin. Tout le monde descend ! était née. Le but de cette comédie scientifique est d’utiliser l’humour noir pour lutter contre l’obscurantisme.

Pourquoi Darwin ? Parce que la théorie de l’évolution est un formidable prétexte pour aborder des sujets bien plus profonds : développer les fondements de la méthode scientifique, expliquer pourquoi la science n’est pas une croyance, reparler de la place du hasard dans les mécanismes de transformation du vivant. Si les hommes ont cru par le passé que la terre était plate et que le soleil tournait autour de leur planète, ils ont tous autant de mal à admettre que les mutations à l’origine de l’évolution soient apparues par hasard, sans l’intervention d’une intelligence supérieure. Et les attaques qui touchent cette théorie restent légion.

Je voulais réaliser un spectacle drôle, accessible, pour attirer un public qui n’irait pas forcément voir une conférence scientifique. J’aurais pu écrire une pièce de 5h tant il y a a dire sur le sujet. Alexandre m’a aidée à éviter les monologues et à réécrire des passages entiers pour introduire de nouveaux personnages, des dialogues et des scènes plus dynamiques. Il était fondamental de garder le fil de l’humour pour que les néophytes se laissent ensuite séduire par le fond.

Pourtant reconnue par toute la communauté scientifique, la théorie de l’évolution reste contestée par les religieux les plus obscurantistes.

Un projet qui voyage« 

Quand on se lance dans un projet complètement inconnu (je n’étais ni auteure, ni comédienne, ni manager de tournée), la transition n’est pas toujours évidente. Il a fallu aller chercher des fonds, convaincre des salles de nous accueillir, réaliser tous les supports de communication, de l’affiche aux tracts, en passant par le site web et les mailings. Réaliser cette pièce m’a apporté une solide expérience en gestion de projets. Deux ans et quarante-cinq représentations plus tard, je dois avouer que nous sommes fiers du chemin parcouru. La pièce a été incroyablement bien reçue par le public et par la presse, et après nos représentations à Paris, Strasbourg et Bruxelles, c’est à Liège que nous nous apprêtons à jouer en 2019.

La pièce mise sur l’interactivité et l’humour pour faire passer des notions scientifiques complexes. Author provided

Mon virage vers la vulgarisation scientifique a été amorcé par ces trois petites minutes à parler de ma thèse en 2014, mais mes perspectives de carrière se sont consolidées avec le succès de cette comédie. Depuis cet été, j’ai définitivement arrêté la recherche pour me concentrer sur plusieurs projets de communication scientifique, notamment un projet de livre illustré en lien avec le sujet de la pièce. Je vais pouvoir ainsi assouvir ma passion secrète pour l’illustration tout en défendant la méthode scientifique. La mission de ce livre sera d’illustrer les conflits entre science et dogmes séculaires. Une opposition ô combien d’actualité, surtout aux États-Unis où seul un quart des Américains sont convaincus par la théorie de Darwin et où le réchauffement climatique est nié par un gouvernement manifestement anti-science.

Les obscurantistes vont convaincre les gens avec des mots très simples, il est urgent de les combattre sur le terrain avec une approche didactique, engagée et résolument drôle. Si, je vous assure, on peut parler de choses très sérieuses sans se prendre au sérieux, voilà où se situe ma valeur ajoutée et je compte bien continuer dans cette voie.

The Conversation

Marie-Charlotte Morin ne travaille pas, ne conseille pas, ne possède pas de parts, ne reçoit pas de fonds d’une organisation qui pourrait tirer profit de cet article, et n’a déclaré aucune autre affiliation que son poste universitaire.

Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom