Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Créer du lien et motiver par le jeu

19 juillet 2018 par LaurentAldon Retours d’expériences 111 visites 0 commentaire

En Génie Mécanique et Productique les étudiants sont préparer à apporter des solutions technologiquement acceptables et économiquement viables à des problèmes posés par l’Industrie et répondant à un cahier des charges.
Aujourd’hui les entreprises demandent des techniciens, non seulement préparés aux savoirs-faire du coeur de métier : concevoir, produire et fabriquer, mais elles attendent aussi des compétences transversales comme le travail en équipe, la gestion du temps et d’un budget et l’adaptabilité.
J’ai toujours anticipé les futures évolutions technologiques. Mon activité de Recherche dans le domaine des matériaux pour l’énergie et notamment batteries Li pour les véhicules électriques au sein de l’Institut Charles Gerhardt (équipe A.I.M.E.) et du réseau Européen RS2E m’a permis de développer des compétences en terme de communication, de curiosité et de veille technologique visant à résoudre en équipe des projets ambitieux (NéGéLiA, PhosphaLion) en collaboration avec les sociétés SAFT, UMICORE et le CNES de Toulouse qui a financé les thèse d’Alexis PEREA et d’Alix LADAM dont j’ai été le Directeur.
C’est cette expérience de gestion de projet en équipe que je souhaite transmettre à mes étudiants afin qu’ils puissent être mieux armés pour le rayonnement du Génie Mécanique et Productique en Europe. En effet, certains de nos étudiants poursuivent leur formation en Mécanique des Structures Industrielles (Polytech Montpellier). Cette formation leur permet de d’obtenir l’IWE (International Welding Engeneer, Ingénieur international en soudage). Elle s’effectue en partenariat avec le SNCT, le Syndicat national de la chaudronnerie, tuyauterie & maintenance industrielle. Ce type de formation d’ingénieurs est unique en France et bénéficie du soutien fort de la Région Occitanie, à travers le CFA-LR.

J’ai toujours participé à divers événements comme la Fête de la Science au travers d’animation d’atelier de chimie des matériaux ou de conférences scientifiques (Université du Tiers Temps, Lattes Université pour Tous, Café du Globe à Génolhac, Lycée Mermoz, Ecole Emile Barrès au Crès...) couvrant des thèmes aussi variés que :
- "Les métaux d’hier, d’aujourd’hui et de demain",
- "la Fascinante Histoire des Nombres",
- "Faut-il aller sur Mars ?",
- "L’impression 3D, la troisième révolution industrielle"
- "Serious Games, vous êtes sérieux ?"

Serious Game en TD et Escape Game en TP
Je partage ma curiosité scientifique avec mes étudiants en leur donnant les outils pour parfaire leur propre culture scientifique. J’ai déjà développé pour et avec eux des Serious Games (jeux de cartes et des jeux de plateaux) que je déploie en début de séance en mettant l’accent sur certaines notions de Science des Matériaux.

Ainsi lorsqu’il s’agit de balayer les propriétés des diverses classes de matériaux, j’ai fabriqué un jeu des 7 familles. Ou lorsque j’aborde en cours l’élaboration, la transformation et le recyclage des métaux, le jeu de plateau "Global Metal Prospect" que j’ai conçu pour eux leur permet d’entrevoir la finitude de la ressource minière, l’impact environnemental de l’exploitation minière et sidérurgique, les aspects de spéculations boursières sur les métaux ou les conflits liés à la géostratégie.

Innovation et hacking pédagogique

Depuis 1997, j’ai encadré des projets étudiants à l’IUT de Nîmes. Que ces projets soient menés sur une année complète (projets de 2ème) ou en quelques semaines (mini-projets), j’ai toujours incité mes étudiants à aller jusqu’au bout. En établissant avec eux une relation de confiance, en côte à côte, plutôt que face à face, nous établissons systématiquement le cahier des charges ensembles, que je sois porteur de projet ou non.
Le ou les instruments de mesure que nous développons peuvent également servir à d’autres enseignements (Science et Génie des Matériaux, Génie Electrique et Informatique Industrielle, Mesures Physiques, Département de Chimie de l’IUT de Sète...)

Le projet "7Lab" ou "Cévennes Lab" propose aux étudiants des mini-projets où chaque groupe de TD sera divisé en 7 équipes de 3 ou 4 étudiants. Chaque équipe a connaissance une partie du problème à résoudre, se documente, restitue à la communauté leurs avancées et le groupe entier a finalement l’opportunité de fabriquer, tester et utiliser un instrument de mesure qui est ensuite utilisé en Science des Matériaux.

Ce projet est un nouveau format pour moi puis qu’il s’agit de 3 ou 4 séances de Travaux Dirigés (6 à 8h) étalées sur une période d’un mois ou 1 jour (Hackathon Pédagogique) selon les contraintes de plannification, en concertation avec l’équipe pédagogique, le responsable des emplois du temps et les conseils avisés de notre ingénieur pédagogique.

Nous fonctionnons en 6 ou 7 îlots où chaque équipe de 3 ou 4 étudiants où en séance le travail à faire est :
- recherche d’information (Capsules Vidéo YouTube, Datasheet de composants électroniques, Câblage à la carte Arduino)
- réalisation de montage (maker) , codage informatique (hacker) et benchmark (beta-tester)
- restitution des acquis à l’ensemble du groupe au format "ma thèse en 180s" (distribution de badges ou de points d’expérience XP)
- échange d’information en mode "shaker" : on mélange les étudiants de façon à compléter et complexifier le problème.
- mutualisation des savoirs dans un "blog de groupe"
- fabrication de l’instrument et utilisation en TP

Mini-projet et compétences transversales

Le format "mini-projet" n’a jamais été testé en 8h de présentiel. Si le temps imparti s’avère insuffisant pour la production des attendus, il est tout à fait envisageable mettre les binômes en "concurrence", les initiant ainsi à la gestion du stress, le premier groupe qui a une solution viable, aide le second favorisant ainsi l’entraide et la bienveillance.
Les étudiants qui connaissent la technologie Arduino jouent le rôle de "tuteur" en séance, obtenant des points de bonus pour leur implication et facilitant la recherche de solution.
Pour augmenter l’implication de tous les étudiants, l’évaluation par les pairs est une solution que je pratique en TP lorsque j’ai un doute sur la réelle participation d’un étudiant.

Enfin, pour mettre un peu de challenge, sur l’ensemble de la promo (120 étudiants environ) un défi entre les groupe de TD est envisagé avec un système de récompense (Trophée du meilleur design, de la solution technique la plus séduisante, du code informatique le moins gourmand en mémoire...)

En IUT, le Diplôme initial est professionnalisant et nos étudiants qui entrent dans l’industrie auront besoin pour être plus efficaces au quotidien d’avoir été initiés très tôt à des techniques innovantes afin qu’ils puissent avoir le temps de les mettre en oeuvre et être pleinement opérationnel. Je pense que la pédagogie active de nos étudiants qui continuerons en Licence Professionnelle ou en Apprentissage (Polytech MSI) seront plus actifs sur le terrain.
La nouveauté de la méthode pédagogique suscite chez eux une motivation qui les valorisent et les mettent sur le devant de la scène. L’enseignant est là pour l’accompagner et le guider dans ses choix.
Le projet "7Lab" permet le décloisonnement des disciplines et met en jeu des notions d’électronique, d’électricité, d’expression, d’anglais, de science des matériaux, de dimensionnement tout en mobilisant des compétences comme le travail en équipe, la gestion du temps et la persévérance.

Licence : CC by-nc-sa

Portfolio

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom