Innovation Pédagogique et transition
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Parcours de formation multimodal intégrant de l’AFEST : quelles hypothèses ont prévalu à sa construction à l’ADMR 85 ?

2 février 2024 par Living Lab Sofa Cnam living lab sofa 286 visites 0 commentaire

Un article repris de https://living-lab.cnam.fr/parcours...

Un article repris du Living lab Sofa du Cnam, un laboratoire des usages socio-éducatifs du numérique ; une publication sous licence CC by nc nd

L’ADMR Vendée est engagée depuis 75 ans dans l’accompagnement des personnes en situation de dépendance ou d’isolement.
Avec plus de 1400 aides à domicile (AD) salariées par 84 associations, elle propose une gamme de services visant à maintenir le bien-être et l’autonomie des bénéficiaires au sein de leur environnement familial et social.
Dans le cadre d’un projet d’innovation France 2030 porté par le Cnam Pays de la Loire, l’ADMR Vendée a choisi de faire évoluer son ingénierie de formation pour accompagner différemment les nouvelles salariées dans leur montée en compétences. Le cadrage des parcours de formation des AD se fait par une analyse du travail et particulièrement de l’activité. Cette approche a pour objectif de concevoir un dispositif de formation intégrant des modules d’e-learning pour les fondamentaux, un nouveau format de séquences en présence favorisant la mise en raisonnement, et enfin la mise en œuvre de séquences d’actions de formation en situation de travail (AFEST).
Face à cet enjeu de professionnalisation des AD, l’équipe projet Cnam-ADMR s’est posé de nombreuses questions. Comment l’analyse de l’activité participe-t-elle à la conception d’un parcours multimodal plus apprenant pour les nouveaux salariés  ? L’alternance de modalités de formation différentes au sein d’un parcours d’intégration d’une nouvelle salariée favorise-t-elle sa motivation à se former et sa montée en compétences ? Les frontières entre situation de travail et formation deviennent-elles plus poreuses avec la mise en place de l’AFEST  ? Comment cette multimodalité impacte l’organisation du travail et nécessite une forte implication managériale  ? 
Autant d’interrogations qui nous ont permis de formuler des hypothèses à vérifier lors des expérimentations à venir et de définir les conditions de réussite d’un parcours de formation multimodal et de la mise en place de l’AFEST au sein des associations qui constituent le réseau ADMR Vendée. 

Hypothèse 1  : L’analyse de l’activité permet d’ancrer davantage la formation dans le réel du travail.
L’analyse de l’activité vise à comprendre comment les personnes raisonnent pour ajuster leur comportement en situation de travail, de manière à réaliser effectivement le travail (en plus des savoirs professionnels nécessaires de type gestes, connaissances, etc.). La conception de parcours de formation à partir de l’analyse des situations professionnelles modifie profondément la démarche d’ingénierie de formation et constitue un facteur d’engagement pour les nouvelles salariées.  

 L’analyse de l’activité constitue une ressource pédagogique en soi.
Elle permet de concevoir un parcours de formation basé sur les noyaux durs du savoir agir en situation pour une AD (gestes, raisonnements, paroles à mobiliser en situation). Nous allons vérifier que les situations de travail deviennent bien partie intégrante des ressources pédagogiques de référence tout comme les supports plus classiques de formation peuvent l’être.

L’analyse de l’activité participe favorablement à l’élaboration d’un parcours multimodal 
Les données recueillies et analysées servent de base à la définition d’activités pédagogiques de mise en raisonnement variées  : jeux de rôle, étude de cas, mise en situation, temps réflexifs. 

L’analyse de l’activité est la composante indispensable à la mise en œuvre d’Actions de Formation en Situation de Travail.
Les séquences d’AFEST permettent de tester le caractère opérationnel des apprentissages portés par des modalités de formation classiques. Elles découlent directement des situations de travail apprenantes identifiées lors de l’analyse de l’activité. La modalité AFEST permet de développer l’agir-compétent et les ressources associées.   

Hypothèse 2 : La multimodalité transforme positivement l’expérience d’apprentissage des nouvelles recrues 

La multimodalité favorise l’individualisation, elle permet aux apprenants d’apprendre quel que soit leur style d’apprentissage.
Il existe différentes manières d’apprendre et les leviers de motivation varient d’un individu à l’autre. La mise en place de parcours alternant diverses modalités de formation permet de s’adresser à des aides à domicile qui apprennent de manière différente.
En modalité classique (présentiel ou distanciel), les stagiaires apprennent ce qu’il faut maitriser et savoir-faire pour répondre aux attendus de leur métier en restant toujours en connexion avec la situation dans laquelle se réalise chaque tâche.
Nous étudierons comment les séquences d’AFEST peuvent permettre de bénéficier d’un temps de formation individualisé basé sur l’observation et la prise de recul sur sa manière de faire. 

La multimodalité favorise l’implication des apprenants dans leur montée en compétence.
Nous irons observer si cette pluralité de techniques favorise leur implication dans la phase d’apprentissage et crée les conditions de leur montée en compétence sur la durée. 

La multimodalité favorise le sentiment d’appartenance. 
Nous déterminerons si la multimodalité vient renforcer le sentiment d’appartenance à un groupe, à un métier, à des savoir-faire, à des valeurs. Il conviendra également de déterminer si le format proposé favorise l’apprentissage entre pairs, s’il permet de créer un effet «  promotion  » par le partage d’expériences dans le temps.  

Les outils mis en place favorisent la continuité des apprentissages dans le temps.
Nous faisons l’hypothèse que la mise en place d’un parcours multimodal nécessite la mise en œuvre d’outils de suivi individualisés et de support de formation spécifiques : livret de l’apprenant, grilles d’évaluation et fiches de situation. Nous étudierons comment les apprenants s’en sont emparés tout au long du parcours et comment ils se sont approprié les espaces de formation en ligne dans les comités de secteur.  

La multimodalité favorise la professionnalisation des AD.
Elle prépare à être en capacité de réaliser ses prestations chez le client et donc améliore la qualité de service proposée. Elle met davantage le travail et l’activité au cœur de la formation. Elle favorise également l’intégration de l’apprenant au sein de l’ADMR. 

Hypothèse 3  : la mise en place d’un parcours multimodal nécessite un changement de paradigme pour les acteurs du dispositif de formation. 

Avec le parcours multimodal les formateurs forment autrement.
Le rôle et la posture du formateur évoluent avec la prise en compte de l’analyse des situations de travail apprenantes. Il doit alors comprendre comment les personnes raisonnent pour mieux les accompagner dans leur montée en compétences. Avec la mise en œuvre de séquences AFEST, le formateur doit accepter de déléguer en confiance une partie du parcours de formation à des acteurs terrains identifiés et formés à la réflexivité.  

La mise en place d’un parcours multimodal intégrant de l’AFEST renforce le rôle des tuteurs dans l’accompagnement des nouvelles recrues.
Il convient donc d’observer comment la mise en place d’un parcours multimodal modifie les relations entre formateurs, tuteurs AFEST et apprenants. Il s’agit d’identifier qui est le détenteur du savoir, du savoir-faire, des conditions et ressources nécessaires à l’adaptation à différents contextes de travail.
Nous étudierons comment l’évolution des modalités de tutorat classique vers une approche réflexive des séquences AFEST modifie-t-elle la relation entre les tutrices et les AD. Et enfin, nous nous intéresserons au rôle des tutrices comme vecteur d’intégration des nouvelles salariées. 

Le rapport à la formation des apprenants évolue avec la multimodalité.
Il sera intéressant de questionner les salariées formées sur leur vécu de formation en situation de travail au regard de leurs expériences antérieures de formation et de leur rapport au numérique.
Plus globalement, si elles identifient des modalités plus propices à l’acquisition de telle ou telle compétence et en quoi le dispositif de formation facilite leur pratique professionnelle. 

Hypothèse 4 : la mise en place d’un parcours multimodal modifie l’organisation du travail
L’activité des associations locales de l’ADMR85 peut connaitre des variations voir des tensions d’un point de vue ressources et gestion des plannings des AD qui peuvent être modifiés en urgence le matin pour le matin même au regard des besoins sur le territoire. 
Nous analyserons comment l’intégration de séquences AFEST peut se faire dans ce contexte mouvant.  

Une organisation des temps de travail impactée par la mise en œuvre de séquences AFEST
Il est important de déterminer comment les temps de prestation et de déplacement chez les clients doivent être aménagés pour intégrer les conditions de réalisation des séquences AFEST : comment faire coïncider la mise en œuvre et le déploiement du parcours multimodal avec l’organisation du travail des différents acteurs.   

Des acteurs à sensibiliser pour changer leur vision de la formation
Il conviendra d’observer comment le dispositif mis en place permet d’accompagner les acteurs impliqués dans l’organisation du travail des AD. Plus particulièrement, nous irons interroger comment la mise en place de ces parcours multimodaux est prise en compte dans la gestion managériale d’une équipe.  

Un impact sur la relation avec les bénéficiaires
Nous observerons dans quelle mesure les clients seront impactés par l’introduction de séquences AFEST durant les prestations. Y voient-ils une prestation dégradée ou se sentent-ils valorisés par leur participation dans la formation et la fidélisation des nouvelles AD ? 

 Un modèle économique modifié
En dernière hypothèse, nous pourrons nous demander quel est l’impact financier de la mise en place de temps d’AFEST dans l’équilibre économique des prestations d’un secteur. Nous pourrons rechercher comment cet impact financier peut être pris en compte ou compensé par les dispositifs de financement des actions de formation.
La mise en œuvre de parcours de formation multimodaux va ainsi mettre à l’épreuve ces hypothèses et nous permettre d’observer comment cette approche par l’analyse de situations de travail fait évoluer les représentations de chacun et chacune sur le métier d’aide à domicile et sur la formation d’une manière générale. 

The post Parcours de formation multimodal intégrant de l’AFEST  : quelles hypothèses ont prévalu à sa construction à l’ADMR 85 ?  first appeared on Le Cnam - Living Lab Sofa.

Licence : CC by-nc-nd

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom