Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Appel à communication Biennale de l’éducation 2023

6 octobre 2022 par Michel Briand Colloques 189 visites 0 commentaire

Dans la dynamique des précédentes éditions de la Biennale, La Biennale Internationale de l’Éducation, de la Formation et des Pratiques professionnelles 2023 lance un appel à communications individuelles sur la thématique : Se construire avec et dans le monde : part d’autrui, part de soi

Elles seront regroupées en ateliers de communication croisant délibérément communications d’expériences et communications de recherche, en vue de favoriser les échanges entre partenaires professionnels et partenaires académiques.

Un texterepris du site de la biennale

- Tlécharger l’appel à communication
- la fiche communication
- la fiche auteur
- voir aussi la page des symposiums

SE CONSTRUIRE AVEC ET DANS LE MONDE : PART D’AUTRUI, PART DE SOI

Objectif principal

L’important n’est pas ce qu’on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-mêmes de ce qu’on a fait de nous.

(Jean-Paul Sartre, ‘Saint Genet, comédien et martyr, 1952)

Pour la culture occidentale et depuis les Grecs l’identité personnelle serait un déjà-là à découvrir : ‘Connais-toi toi-même’ (Temple de Delphes) et aujourd’hui une prescription à être : être soi, être la cause de ses propres actes. Plutôt que des entités préexistantes, les identités sont des constructions progressives des sujets, par et dans leurs actions et interactions : le ‘soi’ n’est peut-être que la perception de lui-même par le sujet agissant ; le ‘moi’ que la résultante des représentations de soi, par soi, pour soi ; et le ‘je’ qu’une construction discursive adressée à autrui et à soi-même.

Les constructions identitaires ne sont pas des processus essentiellement individuels ou collectifs comme pourraient le laisser penser certains découpages disciplinaires. Les interactions permettent de penser ensemble les différentes facettes de cette construction, notamment dans des contextes sociaux et culturels privilégiant dans la construction de soi à la fois l’engagement des sujets et la réification des normes et appartenances.

Par ailleurs, il convient de penser en même temps construction des activités et constructions des sujets, qu’ils soient individuels et collectifs. Si la précédente Biennale 2021 s’est intéressée à la construction simultanée des activités et des sujets par et dans l’activité (‘faire et se faire’), il est probablement souhaitable aussi de penser de façon précise et documentée la place des interactivités/interactions dans ces constructions croisées et simultanées. L’analyse de l’expérience humaine y joue peut-être un rôle important.

La tradition des sciences sociales a déjà permis la construction d’outils de pensée, tant théoriques que méthodologiques, susceptibles de rendre compte de ces constructions, à mettre en débat entre milieux de recherche, milieux de formation et milieux de travail. Des perspectives ont été ouvertes notamment par la psychologie sociale, l’anthropologie, les approches cliniques, les analyses de l’activité, et des expériences professionnelles. La piste tracée par JP Sartre est à explorer dans toutes ses implications possibles, dans les différents espaces de l’activité humaine, à travers différentes disciplines et champs de pratiques, dans des perspectives holistes.

Cette façon d’aborder les constructions identitaires à la fois comme des constructions personnelles et sociales, comme produits et producteurs de société, s’inscrit dans les préoccupations de la chaire Unesco « Formation professionnelle, Construction des personnes et Transformations sociales et de l’Institut Catholique de Paris-ICP qui coorganisent la Biennale 2023, centrée sur le thème de la part d’autrui et de la part de soi dans la construction de soi.

Contributeurs

Les recherches et expériences présentées pourront sur le plan professionnel relever de tous les ‘métiers de l’humain’, et sur le plan disciplinaire des sciences de l’éducation, des sciences de l’information et de la communication, de la psychosociologie, de la psychologie et de la sociologie clinique, de l’ethnologie, des sciences des activités physiques et sportives, des sciences de gestion, des travaux philosophiques ordonnés autour de champs de pratiques.

Les contributions pourront donc porter sur toutes les constructions/transformations de soi en cours et en lien avec l’activité des personnes, des groupes et des organisations. La Biennale interrogera leurs caractéristiques communes et leurs singularités.

La question principale :

Part d’autrui et part de soi dans la construction de soi

Deux formats de communication

Cet appel sollicite deux sortes de contributions :

- Communications de recherches : elles analysent à partir d’un matériau identifié et avec des outils conceptuels des faits ou des phénomènes relevant de la thématique proposée par la Biennale. Elles seront appréciées et diffusées à partir de la qualité de la construction de la recherche et de l’originalité des savoirs produits.
- Communications d’expériences : elles sont relatives à la présentation d’expériences, de dispositifs, de politiques en lien avec le thème et ses déclinaisons possibles (voir ci-dessous) et ayant donné lieu à explicitation et formalisation précises par les auteurs/acteurs. Elles peuvent comporter par exemple un travail sur des récits d’expériences, des témoignages, des bilans et sur des éléments subjectifs présents dans l’action. Elles seront également appréciées et diffusées en fonction de ces critères.

Dans tous les cas un intérêt particulier sera porté aux communications permettant de favoriser auprès du plus grand nombre l’analyse et l’amélioration des pratiques professionnelles.

exemples d’entrées dans la thématique

Advenir au monde

Dès notre naissance et jusqu’à la vieillesse, nous sommes jetés dans des mondes qui nous demandent à la fois de nous adapter et d’y affirmer notre singularité. Mondes humains, mondes sociaux, mondes culturels, mondes professionnels, mondes familiaux, nous en héritons, ils nous construisent, et nous contribuons à les construire et à les transmettre.

Ces mondes nous demandent à la fois inclusion et affirmation de notre singularité et subjectivité.

Analyses et récits de ces inventions, de ces constructions continues et renouvelées, soumises au regard d’autrui, éprouvées dans les actions et dans les interactions avec autrui…

S’émouvoir du monde

Nos parcours de vie sont souvent ouverts par des ‘émotions fondatrices’ qui fondent consciemment ou inconsciemment nos choix, nos stratégies, notre dialogue avec nous-même et nos interactions avec autrui. Des moments privilégiés révèlent les facettes individuelles et collectives de nos émotions. Celles-ci participent de façon essentielle aux constructions de sens, à la fois permanentes et mobiles, que nous effectuons autour de nos histoires de vie.

Analyser de la part de soi et de la part d’autrui dans ces émotions et constructions de sens est essentiel.

Produire et se produire dans le monde

La création est à la fois une transformation d’activité, une transformation de produit et la reconnaissance par soi d’une transformation de soi dans et par l’activité.

Considérer l’action comme une reconfiguration, comme une création, comme une production d’œuvre et comme une production de soi.

Engagement dans le monde et transformation de sens

Agir c’est à la fois transformer le monde, agir sur soi et agir sur l’activité d’autrui. S’engager, ce n’est pas seulement engager l’action, c’est engager également une représentation du monde, une représentation de soi-même, qui rencontrent représentations et préoccupations de l’autre. S’engager suppose d’entrer dans la subjectivité d’autrui.

Analyse de besoins et conduite des actions de construction des sujets

En formation, ce qui est appelé besoin est souvent confondu avec l’offre de formation, qui est une construction sociale. Quelles transactions s’opèrent entre tous les acteurs concernés dans la détermination des objectifs et la conduite des actions dans le monde de l’apprentissage et de l’éducation.

Interaction et transaction

La transaction peut être un analyseur puissant des rapports entre sujets aussi bien dans la vie quotidienne, dans la vie professionnelle que sociale. Ces rapports structurent les rapports avec autrui, avec soi-même et avec les organisations. Analyser ces rapports permet de les comprendre et de contribuer à les transformer.

Licence : CC by-sa

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom