Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Les communautés virtuelles

14 septembre 2016 par Miss COM Veille 338 visites 0 commentaire

Un article repris de https://missmoocparis.wordpress.com...

Émergence de nouveaux modèles d’apprentissages collaboratifs

On assiste depuis quelques années à une véritable transition numérique qui a bouleversé l’écosystème de la formation et les méthodes pédagogiques pour laisser place digital-learning. Ce passage à l’ère numérique a transformé notre manière de consommer l’information.

En effet, on assiste au déploiement de nombreux outils plus performants, complets, rapides répondant à une nouvelle demande et exigence de la part du consommateur et de l’entreprise.

L’écosystème de la formation classique prenant en compte un certain nombre d’ingrédients comme un environnement fixe en autre la classe et/ou salle , un formateur, et des apprenants animés par des interactions relationnelles se modifie pour tendre vers des formations digitalisées.

office-1209640_1280

Un nouveau cadre se dessine constitué par un large choix de formations dites ‘virtuelles” qui viennent envahir ce marché.

MOOC,COOC, Spoc, e-learning, classes virtuelles, blended learning s’imposent et viennent bouleverser les codes de l’apprentissage classiques pour faire émerger de nouvelles pratiques. Chaque partie prenante va devoir alors s’adapter et intégrer ces nouveaux changements dans sa manière de faire.

Quels changements ce virage va t’il impliquer ?

Digitaliser une formation implique donc de repenser la relation entre le formateur, les apprenants.

Comment rendre une formation virtuelle attractive ? Comment susciter l’implication et l’engagement des apprenants dans un contexte virtuel ?

Dans une formation traditionnelle, le processus d’acquisition de connaissances est facilité par les interactions physiques crées entre le formateur et les apprenants qui créent un cadre de confiance au sein du groupe.

window-770535_1280

Cette dynamique de groupe est rendue possible par un environnement réel où la présence physique de chaque acteur joue un rôle primordial.

Chacun peut intervenir en posant une question, et la réponse apportée par le formateur profite à tous. Cette dimension est cruciale dans le processus d’acquisition des connaissances.

L’enjeu pour une formation numérique est différente. En effet, il s’agit de recréer cette dynamique de groupe, d’instaurer une relation de confiance en favorisant la conversation, l’échange au maximum avec et entre la communauté d’apprenants.

Concevoir ce type de formation doit être capable de générer de l’engagement en offrant une véritable expérience !

Une formation qui raconte une histoire

La formation doit être construite et structurée comme une histoire découpée en différents scénarios pour capter l’attention de l’apprenant et donner un rythme à la formation. La fonction première de l’histoire est de créer une émotion chez l’individu par ces péripéties développées tout au long du récit. Et bien la formation c’est la même chose ! Cette mécanique va interpeller l’apprenant et susciter de l’engouement et donc davantage d’implication de la part du groupe .

histoire

Cette granularisation du cours en petites séquences courtes se constitue généralement d’une introduction, d’un contenu, d’une évaluation de connaissances ponctuée par des mécanismes d’interactions, des défis à relever, des activités ‘d’apprentissages, des tâches à accomplir tout au long du parcours.

Créer une expérience apprenant

La construction en scénarios pédagogiques est utilisée pour :

  • Appuyer des moments forts de la formation pour créer une émulation : devoirs à rendre, projet à réaliser
  • Créer du lien social par l’organisation de rencontres hebdomadaires comme les webinars
  • Diffuser du contenu exclusif et original par le biais de ressources complémentaires et originales par exemple

Concevoir un module efficace

Proposer une véritable expérience positive qui soit interactive, ludique, ergonomique devient un enjeu de taille pour inciter l’individu à suivre sa formation jusqu’à la fin. Et cette expérience passe aussi bien par le design graphique de l’outil utilisé, par un meilleur confort et une navigation simplifiée, que par les activités d’apprentissages et la typologie de contenus et formats mis en avant.

Varier les contenus

L’apprenant doit être actif. Le multimédia permet de multiplier et varier les méthodes d’apprentissages en proposant des formats différents ( visuel, sonore, par l’action…) afin d’accentuer l’appropriation des connaissances. Cette stratégie multi-formats permet à l’apprenant de jongler avec différents contenus ce qui accroît l’efficacité pédagogique tout en répondant aux différents styles d’apprentissages de chaque individu. C’est un gage de succès. Alors, excitez votre curiosité !

Le rôle de la communauté

La communauté a un véritable rôle à jouer. Elle doit se sentir engagée, impliquée dans le processus d’apprentissage et y trouver un véritable rôle.

Quelles attitudes privilégier pour intéresser la communauté d’apprenants et susciter sa participation ? Deux types mécaniques d’interactions vont être à privilégier .

communauté

Les mécaniques participatives 

Pour rendre une formation attractive et capter l’attention de la communauté, celle ci doit se sentir valoriser, sollicitée, gratifiée, mise en avant tout au long du processus de formation. En effet, sans la communauté, la formation ne peut exister. Il est donc important de s’intéresser à elle et d’instaurer un lien de proximité. Quels outils vont être facteur de la création de ce climat de confiance et de rapport personnalisé avec les apprenants ?

forum

  • Participation aux forums, fils de discussion, chats pour instaurer un dialogue, l’impliquer dans la création d’un exercice, projet de groupe pour récolter son avis.
  • Invitation à partager son expérience, ses bonnes pratiques sur d’autres points de contacts comme les réseaux sociaux ce qui va permettre de renforcer le lien entre la communauté.

Les mécaniques collaboratives

Ce qui fait le succès des médias sociaux sont les outils de collaboration et de partage mis à disposition pour l’utilisateur comme les j’aime, les retweets qui invite l’utilisateur à interagir et à avoir une action directe avec la marque. Ce succès n’a pas échappé aux organismes de formation qui tentent de reproduire ces mécanismes sociales. En effet, cela valorise l’apprenant, personnalise, humanise et fait vivre le contenu. L’apprenant est considéré comme une chaîne du maillon important, un acteur important du processus d’apprentissage !

L’apprenant, un moteur pour la formation

La digitalisation de la formation a bouleversé les codes et méthodes d’apprentissages pédagogiques. Pour s’adapter à ce nouvel environnement virtuel, de nouvelles pratiques, mécanismes voient le jour mais surtout le rôle de chaque acteur est redéfini dans ce nouvel écosystème. L’apprenant devient moteur essentiel de la formation. Créer du lien, instaurer un dialogue, le valoriser, récolter son avis, varier les contenus, proposer des activités, créer de la surprise deviennent des facteurs clés de succès pour capter la communauté d’apprenants.beautiful-15704_1280

Et alors communautés virtuelles vs communautés réelles ?

Finalement, les communautés virtuelles ne sont pas si différentes des communautés réelles. Elles se fondent sur les mêmes principes : un processus sur le long terme, une relation de confiance, un dialogue et surtout par des actions réfléchies et créatrices de lien tout au long de la relation.

sac Miss COM

Miss COM


Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Portfolio

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom