Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

LMS : un outil qui remet l’homme au centre de l’entreprise ?

15 mars 2016 par Miss MOOC Veille 431 visites 0 commentaire

Un article repris de https://missmoocparis.wordpress.com...

reseau social d'entreprise 1Le Learning Management Système … plus qu’un outil ?

La formation est en pleine évolution. Elle est un vecteur de transmission des connaissances.
Aujourd’hui toutes les entreprises doivent faire plus avec moins.
Le learning management system est un élément essentiel dans l’écosystème de la formation.
Il permet d’accélérer cet échange de connaissances ou de compétences.
Il permet de connecter le collaborateur avec les différents contenus. 

A la différence des plateformes MOOC, des différents réseaux sociaux gratuits ou d’autres sources de diffusion de contenus, c’est un portail qui permet à l’entreprise d’ORGANISER la formation à destination des collaborateurs.

Et l’entreprise a l’habitude d’organiser l’apprentissage pour ses collaborateurs.

Nous vivons aujourd’hui une période contradictoire :

  • big motherun environnement qui se veut contrôlant pour notre bien (j’ai entendu plusieurs fois la notion de « BIG MOTHER » !). Les objets connectés sont là pour améliorer notre vie, assurer notre santé… tout en donnant une multitude d’informations personnelles sur notre compte à un large public.
  • Un besoin de libérer l’apprentissage, de l’individualiser, de l’affiner. Il s’agit de le distribuer plus vite, plus facilement, plus précisément.

Comment contrôler un apprentissage disponible anytime, anywhere ?

Le LMS, 1ère étape rassurante

Le LMS est une première étape rassurante pour les organisations mais aussi pour le collaborateur.
L’entreprise peut offrir aux collaborateurs l’accès à un grand nombre de contenus facilement tout en suivant leur réalisation. Il permet aussi de capitaliser du savoir et de le transmettre facilement et rapidement. Il grave dans le marbre des connaissances qui étaient jusqu’à maintenant informelles et dispersées dans l’entreprise.

resesau social d'entreprise 2Le collaborateur, lui, dispose d’un espace qui lui permet de se développer à sa guise selon son besoin quand il veut et où il veut . Il peut acquérir les premiers reflexes pour organiser son propre apprentissage et créer son EPA , environnement personnel d’apprentissage dont j’ai parlé dans mon précédent article.
Il apprend à vivre, à se développer avec le digital. Il doit prendre conscience que ses compétences peuvent devenir obsolètes très vite. L’article de Miss Réso « veille sur le net » soutient cette notion de responsabilité du collaborateur.

Le LMS permet de connecter les apprenants entre eux et l’apprenant d’un jour devient le formateur de demain. La responsabilité de l’apprentissage devient partagée entre tous les acteurs : entreprise, salariés , formateurs, apprenants….Tout s’entremêle et se connecte. Le LMS accompagne la course contre la montre pour le savoir. 

Selon cornerstone, « on ne séparera plus l’apprenant du salarié au travail ; l’articulation entre formation et travail se resserre, dans une logique où la personne est au centre, qu’elle se forme, mette en application ses savoirs ou s’exprime et échange dans une communauté d’apprentissage ou de pratique… »

Alors comment construire un réseau social d’apprentissage pour le service formation ?

communautéLe service formation joue un rôle important. Il identifie les sachants dans l’entreprise et participe à la capture de leur savoir, savoir-faire, sur des situations quotidiennes pour les mettre à disposition des salariés apprenants. Il construit les formations et va devoir ensuite constituer des communautés

Comment standardiser cette capture de savoir ? Que proposer à ces experts qui ne demandent qu’à être mis en valeur dans l’entreprise ?

Il faut cimenter ces communautés de pratique, et donc les animer : un challenge, un projet commun, des valeurs partagées…

Le LMS va nous aider à stimuler la formation collaborative : social learning.

Il met enfin en lumière les éléments qui participe à 80% des apprentissages et que peut suivre avec difficultés les services formation : les situations de travail quotidiennes, de pair à pair , d’homme à homme !

On est bien loin des premiers LMS qui ne faisaient que proposer la diffusion de rapide learning !

L’équilibre entre ce que l’entreprise sait, transmet en le contrôlant et ce qu’elle laisse filer sans cadre est au centre de nos préoccupations. Il est possible d’intégrer cet apprentissage social dans des parcours plus globaux ; la question qui se pose est alors : comment laisser de la liberté à l’intérieur d’un cadre défini. Comment construire son propre plan de développement à l’aide de toutes les possibilités qui s’ouvrent à nous ? Si nous arrivons à trouver cet équilibre, le collaborateur pourra alors trouver les clés d’une performance toujours accrue. Cet apprentissage plutôt collaboratif permet aux apprenants d’apprendre ce qui est utile dans des justes mesures : la bonne formation, au bon moment à un coût acceptable pour l’entreprise.

Le LMS est un facilitateur puissant mais n’est pas une fin en soi. Il reste un outil dans cet univers de l’apprentissage collaboratif.

L’animation de cet esprit collaboratif est aussi un élément de la réussite de la mise en place de ce type d’apprentissage.

bartoldi collaboratifOn est dans une optique gagnant-gagnant : transmission du savoir au juste grain pédagogique, valorisation des experts de l’entreprise, gestion des budgets de formation au plus juste, gain de temps pour les apprenants, maintien et développement des compétences des collaborateurs, développement d’une culture collaborative , et même possibilité d’utiliser l’intelligence collaborative pour permettre de laisser émerger la créativité ou des solutions innovantes.

On standardise tout en individualisant la formation. Pierre Berthou* parle de trouver le juste milieu entre haute couture et massification.

Pour l’entreprise, Le LMS est encore plus optimal en le liant à l’évaluation des compétences. Il permet également de proposer des formations en fonction des écarts de compétences par rapport à des objectifs fixés d’évolution.

Le collaborateur va donc pouvoir construire son propre développement, son projet professionnel en misant sur l’apprentissage de savoir par différents moyens : ses propres recherches, les propositions de l’entreprise et les différentes communautés auxquelles il appartient.

Ainsi Le LMS permet de construire un EPA dans le cadre d’un véritable projet professionnel.
Dans une société où la performance doit toujours être la meilleure, Le LMS est un outil essentiel à la fois pour l’entreprise et le collaborateur.
Si l’humain prend toute sa place dans cet espace, c’est sûr, on est sur le chemin de la réussite !

Aussi réussir la mise en place d’un LMS est un vrai enjeu pour tous !

sac Miss L&D

Miss L&D

Pierre Berthou : DG de FuturSkill

Licence : CC by-nc-nd

Portfolio

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom