Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Eduquer et Former au monde de demain, colloque 6-7 avril, appel à communication, 27 janvier (prolongation 10 jours)

18 janvier 2016 par Michel Briand Veille 1074 visites 0 commentaire

De la créativité à l’innovation dans les dispositifs et les pratiques pédagogiques et professionnelles.

Colloque international francophone
ESPE de Clermont-Ferrand
6 et 7 AVRIL 2016

Repris d’un mél diffusé par Gerald Majou

Organisé par l’ESPE /Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, en lien avec la Conférence desPrésidents d’Université (CPU) et la Conférence des Grandes Ecoles (CGE), le CGDD (Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable), les laboratoires ACTé (ESPE/UBP) de l’Université Blaise Pascal de Clermont Ferrand), ADEF d’Université d’Aix-Marseille, CIVIIC de l’université de Rouen, Laboratoire GEODE de l’Université de Toulouse ainsi que le CNAM et en partenariat avec l’OR2D [1], le RéUniFEDD [2], CIRSES [3], l’UNIRéS [4] et la CIFEODD [5]

APPEL A COMMUNICATION

L’éducation est notre arme la plus puissante pour changer le monde » Nelson Mandela. La question sous tendue par ce colloque est celle du modèle de société attendue ou souhaitée pour demain.

Ce colloque fait suite au colloque Former au monde de demain de 2015 « Quelles compétences, communes ou spécifiques, entre l’éducation et la formation au développement durable et les autres éducations et formations à : la solidarité, la santé, les médias et la gouvernance ». Ce colloque 2016 a pour objectifs d’interroger la place de la créativité en lien avec des visions systémiques et prospectives, mais aussi d’appréhender les relations avec les changements individuels ou collectifs, sans oublier les dimensions éthiques et de responsabilité qui donnent tout leur sens à l’innovation. Face aux enjeux du monde de demain, il devient nécessaire de mobiliser différentes formes de créativité qui conduisent à de réelles innovations dans le cadre des formations tant dans le supérieur (Universités et Ecoles) que dans les milieux professionnels, des entreprises, des collectivités, des associations et du monde scolaire. L’enjeu est d’accompagner la transformation de tous les métiers.

Nous constatons actuellement une émergence de nouvelles pratiques dans les pays industrialisés qu’il s’agisse des quatre internet (Rifkin 2012 [6] et 2014 [7]) ou de la transition numérique (Kaplan, 2010), des révolutions énergétiques (Giorgini 2014) [8], de l’importance grandissante de l’intelligence artificielle, des « créatifs culturels » (Ray et Anderson, 2001) [9] ou de la classe créative (Florida). A l’inverse, des pratiques nouvelles d’un tout autre ordre se font jour dans les Sud en liaison avec des différences anthropologiques (Descola, 2005) [10] (Delbard,2014), ou en lien avec les conditions socioculturelles régionales comme le bien vivre (Aries, 2013) [11] (Acosta, 2014) [12], l’innovation Jugaad (Radjou, Prabhu et Ahuja, 2013) [13] ou le low tech (en opposition au high tech). Au souci de l’efficience et du court terme de la transition, il devient aussi nécessaire d’imaginer demain, à plus long terme et d’oser un autre monde [14] [15]. De nouvelles formes de gouvernance permettent l’expression d’une créativité renouvelée sur le plan social, technique, artistique mais aussi politique et relationnel. La créativité est donc à la fois un moyen (comment le formateur peut il être créatif et innovant ?) et un objectif (comment apprendre à être créatif et innovant, selon quelles postures et attitudes, dans quels types de dispositifs, avec quels types de partenariats ?).

Les mutations des pratiques et des innovations au Sud comme au Nord, des changements liés au numérique ou à l’énergie, aux relations à la nature ou aux médias, aux modes de production et de consommation, ou aux liens entre santé, environnement et cultures, toutes les thématiques s’en trouvent renouvelées. Ceci nous amène à changer nos représentations du monde, nos modèles d’action et nous conduit à la nécessité d’une éducation et d’une formation renouvelées [16], tant dans leurs objectifs que dans leurs méthodes.

Se pose alors la question des enjeux (Diemer, 2014) et des postures éducatives (Lange, 2014) dans les différents courants de pensée (Legardez et Simonneaux, 2011 sur les questions socialement vives, Bader et Sauvé, 2011 sur l’éducation relative à l’environnement), en relation ou non avec les nouvelles pratiques éducatives liées au numérique (FOAD et formations mixtes, MOOC et SPOC…) ou liées à de nouvelles pratiques (pédagogie inversée…). Il s’agit de s’interroger sur ce qui est réellement créatif, ce qui conduit effectivement à de l’innovation pédagogique dans les différents contextes professionnels, et peut constituer une réponse aux enjeux des changements sociétaux actuels, aux transitions en cours et aux évolutions souhaitées à plus long terme.

Pas d’innovation sans créativité ! Mais il n’y a innovation [17] que si l’environnement et les infrastructures le permettent, d’où l’importance du contexte de formation. La créativité mobilise des modes de pensée spécifiques (pensée latérale de De Bono, pensée divergente…) qui vont au-delà de la mobilisation de techniques managériales et nécessitent de comprendre les tenants et les aboutissants sur le plan cognitif et psycho social. Ceci rejoint les préoccupations de la conduite et de l’accompagnement du changement (Bedin, 2013) et souligne l’importance de réexaminer les cadres de lecture de l’analyse de pratiques professionnelles (Cros, 2014).

La réforme de la formation professionnelle offre la possibilité de nouvelles modalités de formation, plus souples, réactives et diversifiées||Open innovation, design thinking, mindfulness (pleine conscience)…]] en réponse aux besoins émergents du monde du travail. De nouvelles formes de coopération unissant le monde de la recherche et les acteurs sociaux (territoires apprenants, ville apprenantes..) sont source d’innovations majeures. L’employabilité des personnes formées est accrue par les innovations sociales en mesure de promouvoir de nouvelles activités, d’exploiter les ressources locales et d’articuler projets de recherche et projet d’actions socialement responsables à visée humaniste (projet d’entreprise, de coopératives solidaires..).

Dans le contexte international de cette fin de décennie UNESCO (2005-2015), et le lancement du prochain GAP (Global Action Plan) pour la prochaine période de 10 ans, la priorité de la mise en place d’actions éducatives concrètes converge avec l’entrée compétence pour former au monde de demain de ce colloque. La pédagogie des métiers de la solidarité et de l’environnement privilégie dans ce cadre, de nouvelles formes d’implication et l’usage d’outils de formation nouveaux.

La plateforme collaborative Compétences DD (pilotée par la CPU/CGE et animée par le RéUniFEDD), destinée à recueillir des propositions de formation innovantes en relation avec le guide compétence, sera mise en place en amont du colloque. Conscients de la nécessité de communiquer autrement et en direction du plus grand nombre, en marge du colloque, un WEB TV sera proposé aux communicants
qui le souhaiteront voire aux participants (coordination B. Mastellone, ESPE).

Outre les conférences introductives, le colloque comprendra une table ronde, des ateliers BarCamp mis en place autour de sujets novateurs et des ateliers de communication scientifiques et pratiques. L’appel à communication porte sur les communications scientifiques et pratiques organisées autour
de 4 axes :
- Place et rôle de la créativité et de l’innovation dans une perspective anthropologique élargie ;
- Savoirs et compétences nécessaires dans un monde qui change ;
- Outils et méthodes de la transmission des savoirs et compétences ;
- Dispositifs et pratiques de formation et d’éducation.

Les deux premiers axes, visent à faire émerger les objectifs et les enjeux face à la diversité des approches, alors que les deux derniers visent à rendre compte et réfléchir sur la variété des expériences et pratiques professionnelles (outils, méthodes, programmes…).

Tout au long de ce colloque, les rapports entre complexité, prospective, changement, compétences individuelles et collectives, responsabilité et éthique d’une part, la créativité, l’innovation et les changements d’autre part feront l’objet d’un questionnement.

AXE 1 : Place et rôle de la créativité et de l’innovation dans une perspective
anthropologique élargie.

L’anthropologie est ici prise au sens large : domaines du changement social, politique, religieux et symbolique, de l’économie, de la nature, des milieux urbains et industriels, du travail. Ceci permettra de questionner la notion d’employabilité, la place des nouveaux métiers et leur utilité sociale en regard des attentes variables entre les sociétés et les générations. Les approches [18] se situeront dans une optique d’étude du changement sociétal dans les cultures contemporaines. Les communications pourront porter sur des études anthropologiques ou partir d’approches
ethnographiques de terrain en lien avec la créativité, l’innovation et les changements sur le champ élargi des thématiques liées au développement durable, aux médias, à la santé et à la solidarité. Les processus de co construction peuvent éclairer les réflexions dans une perspective d’intelligence territoriale pour une écocitoyenneté : territoires éducatifs, territoires innovants, coopérations entre acteurs…La créativité pourra donc être abordée à différentes échelles : de l’individu au groupe, de la salle de classe aux territoires….

AXE 2 : Savoirs et compétences nécessaires dans un monde qui change.

Toujours en lien avec la créativité et l’innovation, les communications questionneront notamment le statut des sciences mobilisées pour aborder le monde de demain (sciences modernes, post modernes et trans modernes [19]), la nature des savoirs (académiques, empiriques ou professionnels, populaires et locaux, hybrides..), la place de l’imaginaire, de l’inconscient et de l’esthétique... L’articulation entre l’enseignement, le partage et la co construction des savoirs pose la question de l’élaboration des programmes de formation et d’éducation ainsi que des curriculums de compétences.

La place de l’art et de la culture (exemple des villes créatives, de certaines approches de la nature..)permettront d’articuler la question de la relation entre les leviers de changement et l’innovation, aux individuelles et collectives.

Il s’agit d’interroger les opinions et les savoirs, les représentations et leurs origines, les idéologies implicites ou explicites, les systèmes de pensée, les épistémologies qui peuvent faciliter ou bloquer les changements et/ou leur donner du sens...

AXE 3 : Outils et méthodes de la transmission des savoirs et compétences

Les transitions professionnelles nécessitent d’une part, des processus de remaniement identitaires, et d’autre part des modalités d’accompagnement permettant de développer la créativité et l’innovation. Ces mutations sont nécessaires pour que tous les métiers puissent évoluer et qu’il y ait mise en place de nouveaux métiers.
Qu’il s’agisse des didactiques disciplinaires, adisciplinaire, comparatistesou professionnelles [20], le développement de la créativité et le passage à l’innovation [21] mobilise des outils et des scénarios de
formation et d’enseignement renouvelés.

Les communications pourront donc porter sur les outils et les scénarios de formation, sur les recherches en éducation (recherche intervention, recherche impliquées…) ou sur les recherches portant sur les formations en général dès lors qu’elles sont porteuses d’innovation et de changements. Les communications peuvent aussi s’orienter sur les finalités, les situations et les contenus de formation.

AXE 4 : Dispositifs et pratiques de formation et d’éducation :

Les communications dans cet axe porteront sur les dispositifs et les pratiques de formation [22] et d’éducation permettant de favoriser la créativité et l’innovation dans les domaines du développement durable, du numérique et des médias, de la santé, des risques et de la solidarité…

Cet axe permet de proposer des pratiques originales en lien avec des thématiques socioéconomiques ou environnementales, larges ou au contraire très spécifiques telles que les risques majeurs, les crises, les changements climatiques, la transition énergétique ou la biodiversité, les innovations financières et monétaires, les liens entre créativité, innovation et normes... L’objectif sera ici de comparer des dispositifs créatifs et innovants à partir de situations de formation les plus concrètes possibles pour permettre une présentation précise des pratiques.

Les communications pourront aussi prendre l’angle des analyses de pratiques et des approches ergonomiques, favorisant les innovations dans les pratiques pédagogiques, du primaire jusqu’au supérieur, des entreprises, collectivités et associations. Ces communications peuvent donc porter sur les différents moments de la formation tout au long de la vie, articuler formation scolaire et professionnelle ou autres, dans l’optique d’un monde en changement.

Il convient aussi d’interroger la place de la créativité dans les pratiques managériales et d’encadrement, les formations techniques et technologiques, les pratiques de formation en entreprise (RSE, intégration de la durabilité dans les fonctions de l’entreprise, transformation des modèles d’organisation, nouvelles formes de gouvernance) et dans les organisations.

Les communications qui porteront sur la place du numérique (MOOC, universités virtuelles, FOAD ou mixtes, SPOC…) interrogeront le coté réellement innovant du numérique sur le plan pédagogique pour aller au-delà des aspects technologiques. Il est important que les dispositifs présentés intègrent des objectifs conformes avec les orientations de ce colloque (Former au monde demain). Outres des pratiques novatrices liées au numérique, l’enjeu est aussi d’envisager l’évolution de nouvelles offres de formation.

Enfin les communications pourront porter sur la conception et l’évaluation des outils et dispositifs de formation dans des contextes variés, en pointant toujours la place de la créativité et de l’innovation.


- ENVOI DES PROPOSITIONS : au plus tard au 27 Janvier 2016 (fermeture du site)
- ACCEPTATION : 15 février 2016
- DATES DU COLLOQUE : 6-7 avril 2016

- PUBLICATION : un choix de contributions est prévu pour parution ultérieure dans divers recueils thématiques.

-  SOUMISSIONS

  • Envoi des propositions pour expertise en double aveugle en français (350-400 mots, hors références bibliographiques) comme indiqué :
    - préciser le ou les axes choisis (Arial 12, aligné à gauche) ;
    - titre de la proposition, (Arial 12, aligné à gauche) ;
    - nom prénom auteur(s), fonction(s), laboratoire(s), adresse mail (Arial 10, aligné à gauche) ;
    - résumé 400 mots maximum et 5 mots-clefs (Times 12, justifié).
    - format .doc ou .docx
  • Les intentions de communications et/ou les renseignements devront parvenir à :
Fabienne.Baudot@univ-bpclermont.fr et Didier.Mulnet@univ-bpclermont.fr


Le dépôt des textes se fera sur le site : http://edd.sciencesconf.org/ et sera possible dès le 05/12/2016).
Les compléments d’information seront disponibles sur ce même site

- COMMUNICATIONS

  • Interventions orales (15 minutes plus 10 minutes de discussion) en français ; avec un support de présentation (modèle de type powerpoint fourni).
  • Des propositions de panel sont aussi attendues, en relation avec les axes thématiques retenus.

NB : Par rapport à certains autres colloques, le temps de communication orale est volontairement réduit pour laisser plus de place aux échanges.

- INSCRIPTIONS

  • Ouvertes en ligne sur la plateforme : http://edd.sciencesconf.org/à partir du 05 Décembre 2015 et jusqu’au 01 mars 2016. Apres le 1er mars toutes les inscriptions seront majorées à 150 euros.
  • Frais d’inscription (incluant les documents, la participation aux communications, conférences et table-ronde, pauses café et animation culturelle des trois journées). Hors repas.

- Pour les personnes des collectivités, entreprises et de l’enseignement supérieur : 100 €
- Pour les associatifs, étudiants et particuliers : 40 €
- Pour les collègues internationaux : 40 €
- Le dîner de gala n’est pas inclus dans le tarif 30 €

- COMITE SCIENTIFIQUE : Responsable du comité scientifique : Didier MULNET Didier.Mulnet@univ-bpclermont.fr

Najet Aroua (Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme d’Alger), David Authier (Univ. d’Orléans-ESPEUNIRéS), Angela Barthe (ADEF, Univ Aix Marseille, RéUniFedd), Abdelbaki Benziane (ENP d’Oran, LAREEM, CIFEODD), Dominique Berger (ESPE-Université Claude Bernard, Lyon 1, UNIRéS), Christelle Bertrand (CRPF et MEDEF Auvergne), Jacques Bregeon (Ecole métiers de Rennes, Compétences 21), Dominique Broussal (UMR EFTS, Toulouse2), Jaclyn Rosebrook-Collignon (Ecole de Management et Institut de Formation Carbone, Grenoble),
Anne Cordier (Univ.Rouen, ESPE, ANR Translittératies), Jean-Claude Coulet (CRPCC - Université Rennes 2), Eric Dacheux (Univ. Blaise Pascal Clermont Ferrand), Sylvie Dallet (CHCSC, Univ. Versailles-Saint Quenti,), Eric Delamotte (Univ. Rouen, ESPE), Denis Dessagne (ESPE Aquitaine, RéUniFedd), Abdel-Madjid Djenane (Université
Ferhat ABBAS Sétif1 , El Bez , Algérie), Arnaud Diemer (Univ Blaise Pascal /Acté/Triangle/OR2D/CIFEODD), Beatrice Drot Delange (Acté, UBP), Ana Dubeux (Univ.Fédérale Rurale de Pernambouc, Brésil), Esther Dubois, (Comité Mondial des apprentissages tout au long de la vie), Philippe Durance (Cheire Prospective, CNAM), Auguste Eyene-Essono (Ecole Normale Supérieure de Libreville GABON), Emeric Fortin (École des Ponts ParisTech), Isabelle Gaborieau (RNEDD, Bergerie Nationale, Rambouillet), Raymond Philippe Garry (RIFEFF), Roland Gérard, (Réseau école et nature, membre de l’ENC), Mohamed Ghamizi (Univ. Cadi Ayad, Marrakech, Maroc), Hélène Hagège (LIRDEF, Montpellier2), Yassine Jelmam (Ecole Nationale d’Ingénieurs de Tunis, Univ. Tunis El Manar), Agnieszka Jeziorski (Univ Aix Marseille, RéUniFedd), Fatiha Kazi Aoual,(LABMAT, ENP d’Oran), Jacques Kerneis (ESPE de Bretagne, CREAD et PREFics), Jean Marc Lange (CIVIIC, Univ.Rouen, RéUniFedd), Océane Lantez (IRFEDD), Lionel LARQUE (AlliSS), Mona Laroussi (IFIC, AUF), Philippe Lebarbenchon (IRFEDD), Yannick Lebtahi (Université de Lille3), Alain Legardez (ADEF, Univ Aix Marseille, RéUniFedd), Jean-Yves Lena (ESPE, Université
Toulouse2), Celine Leroy (CPU), Jean-marc Lusson, (Membre AFEST, ATD, CFTD, DEDDRE-FEDD, Comité 21), Gérald Majou (CGE), Olivier Morin (ESPE, Univ Lyon1), Jean Louis Martinand (STEFF Cachan, Compétences 21), Philippe Mondet (SDIS O3, IFFORME), Clément Morlat (Doctorant REEDS , St Quentin en Yvelines), Didier Mulnet
(Univ. Blaise Pascal-ESPE, Acté/OR2D, CIFEODD, RéUniFedd), Abdelghani Nait-Brahim, (ENP d’Oran), Christian Peltier (RNEDD , AgroSupDijon - Université Bourgogne Franche Comté), Aline Polipowski (Institut Audencia pour la RSE), Christian Reynaud (LIRDEF, Montpellier 2), Michel Ricard (UVED, Chaire UNESCO Bordeaux), Laurent Rieutord (CERAMAC ; UBP), Vincent Robien (IMS Bordeaux), Lionel Roucan (Plateforme 21, Conseil Régional), Bertrand Sajaloli (CEDETE, Université d’Orléans), Hrairi Sameh (Institut supérieur de l’Education, Univ. Virtuelle
Tunisienne), Angèle Stalder (Univ. Rouen), Clara Tacconi (Univ. Paris Seine, CIRSES), Francis Thube, (Ifrée, membre de l’ENC), Georges Sawadogo (Univ. Koudougou, Burkina Faso), Ariane Tichit (CERDI, UDA), Nathalie Younes (Acté, ESPE Clermont-Fd, UBP)

- COMITE D’ORGANISATION :
Responsable du comité d’organisation : Fabienne BAUDOT Fabienne.Baudot@univbpclermont.fr

Baudot Fabienne (Univ. Blaise Pascal-ESPE, Espace francophone, CIFEODD), Mulnet Didier (Univ. Blaise Pascal-ESPE, Acté/OR2D, RéUniFedd, CIFEODD ), Perbet Joëlle (Univ. Blaise Pascal-ESPE, OR2D), Edna Doré (OR2D), Roucan Lionel (Plateforme 21, Conseil Régional d’Auvergne), Missonnier Mathieu (OR2D, Parc
naturel Régional Livradois Forez, Education nationale).

Ce comité d’organisation sera appuyé par un groupe de personnes ressources qui aideront à la mise en oeuvreet au déroulement du colloque (Stagiaires du master2 Formation de formateur en Education au DéveloppementDurable + membres de l’OR2D…).

Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Notes

[1Observatoire des Représentations du Développement Durable

[2Réseau Universitaire pour la formation et l’éducation au développement durable

[3Collectif pour l’Intégration de la Responsabilité Sociétale et du développement durable dans l’Enseignement Supérieur

[4Réseau des Universités pour l’éducation à la santé

[5Conférence Internationale Francophone des établissements d’enseignement supérieurs et Organismes sur le développement durable.

[6Rifkin J., 2012, La troisième révolution industrielle. Comment le pouvoir latéral va transformer l’énergie, l’économie et le monde, Les liens
qui libèrent.

[7Rifkin J., 2014, La nouvelle société du cout marginal zéro, Les liens qui libèrent.

[8Giorgini P., 2014, La transition fulgurante. Vers un bouleversement systémique du monde ? Bayard.

[9Ray P.H. et S.R.Anderson, 2001, L’émergence des créatifs culturels. Enquête sur les acteurs d’un changement de société. Yves Michel.

[10Descola, P. (2011). L’écologie des autres. L’anthropologie et la question de la nature. Editions Quae. Sciences en questions.

[11Aries P., 2013, Amoureux du bien vivre, que nous apprend l’écologie des pauvres ? Golias

[12Acosta A., 2014, Le buen vivir, pour imaginer d’autres mondes. Utopia.

[13Radjou N., Prabhu J. et S. Ahuja, 2013, L’innovation JUGAAD, redevenons ingénieux ! Diateino

[14Bourg D. et A. Papaux, 2010, Vers une société sobre et désirable. PUF

[15Hopkins R., 2014, Ils changent le monde. Anthropocène Seuil.

[16Printemps de l’éducation, Ecole Sutbury, expérience de Saillans…

[17La créativité permet l’invention, mais il n’y a innovation que si son utilisation est largement diffusée dans la société.

[18Qu’elles soient culturalistes, fonctionnalistes ou structuralistes

[19Jean Staune, 2015, Les clés du futur, Réinventer ensemble la société, l’économie et la science, Plon

[20Didactiques pluri ou multidisciplinaires qui posent la question de la signification des contenus et des pratiques sociales.

[21Qu’il s’agisse de scénarios d’innovation instrumentale ou de scénarios de rupture

[22En formation initiale, continue ou tout au long de la vie.

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom