Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Il n’y a pas que les MOOC qui soient massifs en formation

Un article repris de https://tipes.wordpress.com/2015/06...

Si les MOOC ont fait le buzz ces trois dernières années, mettant l’accent sur l’ouverture et le développement numérique autant de l’enseignement supérieur que de la formation continue, il est important de réaliser que d’autres types de dispositifs se développent avec ce coté « massif » du numérique.

L’adjectif massif rend compte de deux dimensions. D’une part, il y a la dimension liée à un grand nombre de participants. Ces grands nombres permettent de mettre en place des analyse de données d’apprentissage, des learning analytics comme disent nos amis anglophones. On est dans le domaine du big Data. D’autre part, la dimension sociale, l’exploitation de l’effet web qui augmente l’expérience collective partagée en même temps que les utilisateurs en développent les usages, créé une dynamique nouvelle dans les apprentissages en ligne. Nos amis anglais appellent cela Massive open social learning. Cette seconde dimension est clairement un axe de recherche à encourager dans le cadre de l’analyse des données d’apprentissage.

Dans le cadre du projet d’observatoire pour la construction et le partage de processus d’analyse de données massives d’apprentissage Hubble, nous avons cherché à identifier des cas d’usages variés autour de ces questions. On y trouve une variété importante de dispositifs qui combinent potentiellement nombre et apprentissage social :

  • les MOOC bien sûr avec une dimension transmissive (issue des fameux xMOOC, transcription numérique de cours traditionnels) et une dimension plus sociale (voire de construction de connaissance collective et émergente issue de l’analyse des ressources du Web pour les cMOOC, dits connectivistes) ;
  • Les cours et les évaluations en médecine, sur lesquels on est plus sur de l’individuel en grand nombre ;
  • Les concours comme le concours Castor sont des sources de données intéressantes à analyser et qui avec 228 324 candidats en 2014 rentrent sans discussion dans cette catégorie de massif ;
  • Les jeux sérieux qui peuvent combiner individuel, groupes, et des questions de motivation ;
  • Les démarches d’investigation géolocalisées sont vues comme un axe potentiel intéressant par de nombreux acteurs, que ce soit comme investigation citoyenne (voir nQuire-it) ou dans une perspective de valorisation de patrimoine, avec des extensions de transmedia ou de jeu (sérieux) en réalité alternée (voir travaux de Edwige Lelièvre).

Il y a aussi ces sites qui ne sont pas vraiment des MOOC qui permettent d’apprendre des notions variées et de réaliser des exercices d’application qui permettent de s’entraîner, et d’échanger au travers de forums. Parmi les plus connus citons ces deux exemples traduits en français par Bibliothèques Sans Frontières sont :

  • Khan Academy qui a d’ailleurs développé des tableaux de bord intéressants pour les apprenants ;
  • Codecademy, qui est une alternative aux MOOC trop linéaires d’apprentissage de langages.

Merci de m’aider à compléter cette liste. Quels sont les dispositifs massifs d’aujourd’hui ou de demain pour apprendre (ensemble) ?

 

Autre question en passant : êtes vous plutôt pour « analyse des données d’apprentissage » ou « analyse de données d’apprentissage » comme traduction de « learning analytics » ? la proposition de Wikipédia « analyse de l’apprentissage » me paraît clairement erronée.

Education For The Masses

Crédit photo : Education For The Masses par Pete Birkinshaw – licence CC-by

Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Portfolio

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom