Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Motiver ses élèves par des tests d’auto-évaluation en ligne

6 février 2014 par André Guyomar Fiches pédagogiques 8686 visites 1 commentaire

L’auto-évaluation est un facteur de motivation des élèves. Les TIC offrent des possibilités de créer et de mettre en ligne ce type d’activité.

La perception de l’élève de sa progression dans son apprentissage est un facteur qui augmente sa motivation à s’engager et à persévérer dans les enseignements qui lui sont dispensés. Lui permettre d’auto-évaluer son niveau de connaissances et de compétences sur les modules qu’il a déjà suivis dans une UV lui offre des repères de niveau pour les modules suivants.

La série de modules présente une progression pyramidale. Les modules suivis s’appuient sur les savoirs et les compétences acquises dans les modules précédents. Ces derniers constituent les pré-requis indispensables pour une bonne progression de l’apprentissage. Dans le cadre de cet enseignement, certaines activités (Petites Classes) débutent par un contrôle de connaissances afin de vérifier le niveau d’acquisition des concepts présentés dans le cours.

Afin de mieux préparer ses élèves à ces contrôles continus de début de PC, l’enseignant s’est tourné vers les Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement (TICE).

La réponse apportée

La solution mise en œuvre consiste à proposer, aux élèves, des tests formatifs en ligne accessibles à tout moment, en tout lieux et offrant une variété de questions. Pour cela, l’enseignant a utilisé l’activité test de la plateforme Moodle afin de créer des questionnaires, accessibles en ligne, générés à partir de bases de questions qu’il a préalablement saisies.

Les options de tirages aléatoires des questions dans les différentes bases permettent une grande variété de questionnaires. Les bases peuvent être classées par thèmes, ou par niveau de difficulté, ou suivant tout autre classement décidé par l’enseignant. C’est lors du paramétrage du test que l’enseignant décidera des questions à insérer dans son formulaire. Il peut insérer des questions communes à tous les élèves ou demander un tirage aléatoire dans les différentes bases, ou, encore, panacher les questions fixes et les questions tirées aléatoirement.

Ces tests ont une finalité formative, chaque question, souvent de format « choix multiple » mais d’autres formats existent, comporte des propositions de réponses qui affichent, lors de la correction par le système, des retours (feedbacks) pédagogiques rappelant ou indiquant des références aux contenus de cours ou affichant des informations complémentaires.

Le scénario pédagogique

Le scénario mis en œuvre est très classique. Les éléments de cours, les transparents ou les polycopiés sont mis en ligne dans un espace sur la plateforme.

Ces supports sont utilisés lors de cours magistraux et les connaissances sont approfondies, ou appliquées, dans les Petites Classes ou dans les sessions de type Bureau d’Etudes. Les élèves retrouvent tous ces contenus sur la plateforme ainsi qu’un forum qui permet de prolonger le cours en le transformant de présentiel pur en présentiel amélioré.

Les tests formatifs sont disponibles en ligne. Les élèves peuvent effectuer autant de tentatives qu’ils le désirent et, suivant les feedbacks affichés à la correction, se reporter aux éléments de cours concernés. Les notes obtenues ne servent que de repères aux élèves.

La valeur ajoutée

Si nous reprenons les indicateurs de la plateforme pour la session d’automne 2011, le 1er QCM mis en place présente 700 tentatives et le 2nd 1180 tentatives effectuées par les 150 élèves de la promotion.

Pour les élèves, la principale valeur ajoutée réside dans la possibilité de s’auto-évaluer avant l’examen et d’obtenir des feedbacks formatifs sur les réponses données.

Dans les échanges, sur les forums du cours ou sur les formulaires d’évaluation pédagogique de fin de semestre, nous retrouvent des réflexions et des demandes montrant l’intérêt que portent les élèves à ces activités. En voici quelques extraits :

« Les QCM en ligne s’avèrent très utiles pour la compréhension et la vérification des connaissances. »

« Je trouve la préparation aux QCM de TC111C très efficace et utile : elle m’a permis de comprendre toutes les manipulations, concepts et calculs de base sans quoi j’aurai été perdue. Je souhaiterais si cela était possible retrouver ce type de préparation dans les autres modules. »

« Pour la préparation des évaluations, la méthode des QCM aléatoires sur l’intranet du TC111B est excellente. Il serait bon de la généraliser aux autres matières. »

« Le principe de la préparation des QCM de TC111C est très utile et enrichissant. Il m’a permis de revoir globalement des points du cours auxquels je n’avais pas prêté attention et de bien chercher à comprendre les principes et calculs de base ».

Pour l’enseignant, la valeur ajoutée se retrouve, lorsqu’il a alimenté ses bases de questions, dans la génération rapide de formulaires variés en sujets et en niveaux de difficultés.
L’activité « test » de la plateforme génère également, outre les scores individuels aux différentes tentatives, un certain nombre de traces élèves utiles pour le suivi, la remédiation et l’adaptation, ou l’évolution, des contenus du cours.

Les conditions de mise en oeuvre

La plateforme possède de nombreuses options sur cette activité « test » et une des premières conditions, avant la mise en œuvre, est d’avoir une bonne vue d’ensemble de ces possibilités.

La mise en œuvre d’un test formatif de ce type nécessite la création de nombreuses questions qui doivent être réparties dans différentes bases, appelées catégories sur la plateforme. Une réflexion préalable doit être menée sur le rôle tenu par ces catégories. Elles pourront être définies par domaines, par compétences, par concepts, par niveaux de difficulté ou, encore, dans un schéma mixant ces différentes entrées.

Une fois cette structure établie, il faut consacrer du temps au choix des formats de questions, rédiger les énoncés, les propositions de réponses et les retours qui seront affichés aux élèves.

Ce travail de préparation, de génération des bases de questions et de leurs contenus, représente un investissement en temps mais qui est très vite récupéré à l’utilisation.

Les améliorations possibles

L’enseignant concepteur et utilisateur du cours a identifié trois améliorations à apporter à son dispositif :

  • Ajouter des questions dans les bases pour que l’aspect aléatoire prenne tous son sens et éviter le bachotage.
  • Mieux hiérarchiser les questions pour une meilleure réutilisation dans plusieurs QCMs.
  • Ajouter des éléments de retour (feedback) réponses proposées (Forte valeur ajoutée pour les élèves).

La réutilisation dans d’autres cours

Les différentes questions, telles qu’elles ont été formulées sont adaptables et modifiables. Elles peuvent aussi être réutilisées directement dans d’autres modules traitant des systèmes de transmission, soit pour vérifier les prérequis, soit en contrôle des acquis en fin de séquences pédagogiques.

Le principe est également réutilisable dans d’autres domaines, suivant les conditions de mises en œuvre décrites ci-dessus.

Enseignant : Patrice PAJUSCO


Lien vers l’article en Pdf

Vos commentaires

  • Le 24 juin 2014 à 16:39, par Nolhan En réponse à : Nolhan

    Quelle démonstration !

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom