Critique de l'innovation technopédagogique dans l'enseignement supérieur - commentaires Critique de l'innovation technopédagogique dans l'enseignement supérieur 2015-11-20T14:28:43Z https://www.innovation-pedagogique.fr/article257.html#comment1355 2015-11-20T14:28:43Z <p>Hum, pour avoir suivi un DESS à distance avec l'Université de Strasbourg, de Mons en Belgique, l'U de Sherbrooke et le Tecfa de Genève, ceci au tout début des années 2000, nous avions tous les éléments qu'Alcino indique dans sa définition du SPOC... Ces Universités et ces enseignants, non des moindres dans le domaine des Sciences de l'Educ, SPOCaient donc sans le savoir.... Il aura fallu attendre 2015 , et le buzz autour des Mooc, pour qu'ils le sachent :-(((((</p> <p>André GUYOMAR</p> Critique de l'innovation technopédagogique dans l'enseignement supérieur 2015-11-18T10:13:53Z https://www.innovation-pedagogique.fr/article257.html#comment1354 2015-11-18T10:13:53Z <p>"l'impression ressentie est que chaque nouvelle technologie efface les connaissances acquises avec la précédente. L'exemple le plus parlant est probablement celui des « SPOC », les Small Private Online Courses, des cours en ligne pour un petit groupe privé qui se définissent comme une adaptation locale et fermée d'un MOOC ou, autrement, comme un cours e-learning tel qu'il en existe depuis plus d'une vingtaine d'années."</p> <p>Pas tout à fait : il y a dans un SPOC un dimension evenementielle, comme dans un MOOC, qui n'existe pas dans un cours en e-learning classique où le matériel pédagogique est disponible en ligne pour etre traité au rythme de l'apprenant. Dans un SPOC, c'est à un rythme collectif, déterminé par le prof que se font les choses, permettant ainsi des activités synchrones en présentiel, complémentaires aux taches asynchrones en ligne (les fameuses taches complexes nécessaires à la phase présentielle de la classe inversée). Non, les SPOC ne sont pas du e-learning classique.</p> <p>A. FERREIRA</p>