Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Les MOOC seraient-ils dans un entre-deux nuisible à leur avenir ?

12 octobre 2016 par lucasgrimont MOOC 258 visites 0 commentaire

Un article repris de http://www.matthieucisel.fr/les-moo...

Un article de Lucas Grimont publié sur le blog de Mathieu Cisel

Les MOOC sont actuellement dans un entre-deux, pris entre la logique de l’éducation non formelle et celle de l’éducation formelle. Ils appartiennent en champ de l’éducation non formelle car ils ne s’inscrivent que rarement dans le cadre de cursus de formation, et leurs certificats ne sont en général pas reconnus au sein du système universitaire. Ils ne s’inscrivent pas vraiment dans le champ de l’éducation informelle dans la mesure où l’objectif de formation est clairement défini par une équipe pédagogique, et une structure guide les apprentissages. Ils s’apparentent largement à l’éducation formelle de par la parenté qu’ils entretiennent avec elle sur le fond comme sur la forme.

Par ce positionnement hybride, il est probable qu’ils ne répondent ni totalement aux besoins de l’éducation non formelle, ni vraiment à ceux de l’éducation formelle. Le modèle économique actuel, lorsqu’il existe, n’est donc probablement pas viable. Il suffit pour s’en convaincre de suivre l’évolution des ventes de certificats authentifiés – à ce jour le principal modèle économique – et l’incapacité de la plupart des MOOC à suivre une dynamique ascendante en termes d’audience touchée. Sur les dizaines de formations ayant été relancées à plusieurs reprises, rares sont celles dont les audiences croissent d’une itération sur l’autre. Il est difficile d’imaginer dans ces conditions que le modèle actuel se pérennise.

Il est probable dès lors que les MOOC se repositionnent plus clairement dans le champ de l’éducation formelle, ou que nous nous dirigions vers une bipolarisation de l’offre, entre d’une part les MOOC qui s’inscriront clairement dans le champ de l’éducation non formelle et d’autre part ceux qui choisiront celui de l’éducation formelle. Dans le premier cas, cela impliquera de s’orienter vers des thématiques et des modes d’apprentissage clairement plébiscités au sein de l’éducation non formelle. Certains acteurs de l’enseignement supérieur voient en effet dans les MOOC l’opportunité de s’attaquer à un marché de la formation d’adultes traditionnellement dominé par des organismes privés, que ce soit via la vente de formations à la suite du cours ou directement pour l’intégration d’un MOOC au sein d’une structure.

Dans cette configuration, il est probable que les disciplines ayant eu le plus de succès dans l’écosystème MOOC se développent au dépens des autres : langues étrangères, développement professionnel, etc. Ou alors que le tout périclite faute de modèle économique, car même un nombre important d’inscrits ne suffit pas indéfiniment à légitimer l’investissement dans la conception de telles formations si on ne peut guère en tirer quelque profit.

Licence : CC by-sa

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom