Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

3 axes de développements VAE

1er octobre 2016 par Miss VAE Veille 145 visites 1 commentaire

Un article repris de https://missmoocparis.wordpress.com...

Miss VAE rencontre VAE Les 2 Rives et vous dit tout

Chers lecteurs, j’espère que vous avez passé un bel été ! Peut-être studieux ? Ou peut-être de réflexion ? Ou encore de mise en place de projets ?
Quoi qu’il en soit, la rentrée s’annonce toujours aussi prometteuse en matière de projets et ce n’est pas David Rivoire et Renaud Seligmann qui me contrediront ! Après avoir échangé avec eux sur les réseaux sociaux via mes billets Miss VAE, je rencontre aujourd’hui David et Renaud, qui sont respectivement le fondateur et le responsable com de VAE les 2 Rives.
Peut-être ne connaissez-vous pas encore cette sympathique et dynamique équipe. Alors pour en savoir Logo (1)plus et vous donner envie encore et toujours d’avancer sur vos projets VAE, j’ai interviewé David et Renaud qui nous en disent plus !

David, racontez-nous l’histoire de VAE les 2 Rives…

Pour la petite histoire de l’entreprise, elle a démarré lors d’un dîner de famille en 2002 pendant lequel ma mère, qui était prof de fac et à la retraite depuis 2001, m’a dit “T’as vu on peut passer des diplômes sans aller à l’école ». Elle venait de voir passer la loi de 2002 qui était passée totalement inaperçue. Ça m’a interpellé, je me suis dit “Tiens il se passe quelque chose en France”. On a commencé bénévolement à faire des accompagnements en se disant que les gens allaient avoir besoin d’aide, et on a accompagné notre première VAE en 2002. En 2004 on s’est dit que c’était un potentiel marché, mais à ce moment-là on nous traitait de fou, ce n’était pas connu. Les DRH me disaient que la VAE ne serait jamais un marché ! On a créé cette structure VAE les 2 Rives en 2005.

Depuis la structure a beaucoup grandi ?
people-304353_640 C’est monté crescendo. Quand on a commencé on a dû faire 17 accompagnements la première année et le double l’année suivante etc… Aujourd’hui on est entre 500 et 600 accompagnements VAE.

Vous suivez aussi les tendances actuelles du web…
C’est marrant ce que vous dites parce que l’idée de base ce n’était pas de suivre une tendance mais d’optimiser la VAE, d’améliorer l’accompagnement.

Et vous optimisez grâce à un mode de fonctionnement très spécifique et très intéressant puisque vous faîtes du web coaching. Pouvez-vous nous en dire davantage ?
On est venu au web coaching car la VAE ce n’est pas de la formation au sens “j’apprends quelque chose à quelqu’un”. Ce qu’il y a de commun avec la formation c’est la transmission de méthodologie de travail. La difficulté de l’accompagnement c’est d’aider le candidat et de lui donner les moyens de se mettre en marche. L’important est d’avoir des échéances réguliers, où la personne sait systématiquement sur quoi elle va travailler (généralement une fois par semaine mais nous nous adaptons aux candidats et à leurs besoins).

Expliquez-nous plus en détail comment cela fonctionne :
laptop-1606678_640

Le principe est le même que Skype ou Hangout, avec le partage d’un écran commun. Le dossier VAE est visible et modifiafle en direct par le candidat et le consultant.
Le coaching consiste à faire des allers / retours entre la consigne, la mise en œuvre de cette consigne et ensuite l’optimisation du travail. Et cela ne marche que lors de rencontres très récurrentes inscrites sur un planning.
On s’est aperçu que cela marchait mieux quand il y avait une récurrence forte. Plus on se voyait, plus on arrivait à inscrire la VAE dans un projet. Ce qui a immédiatement posé la double contraintes de “comment fait-on pour se rencontrer souvent ?” (1h de rdv et 2h de déplacement ça n’a plus aucun sens) et “quand on se voit, quel est le vrai temps qu’on a pour parler du dossier”. Très rapidement on a acquis la conviction qu’on gagnait en qualité à faire ce coaching à distance puisqu’on était focus sur un travail, sur un écran commun.

De ce fait l’accompagnement est totalement personnalisé…
C’est adaptable à l’emploi du temps de chacun, ce qui est le propre de la VAE. C’est comme ça qu’on en est venu là. Il faut juste maîtriser un minimum l’ordinateur. Ce n’est pas un outil technologique, c’est “j’ouvre une fenêtre internet je me connecte”. 

Le changement de mode de travail a-t-il été difficile ?
Oui ! 
Avant on avait des entretiens et de la relecture. Les candidats envoyaient leurs écrits, on lisait, on renvoyait, avec beaucoup de déperdition de message.
Quand il a fallu passer de “je relis, je renvois”, à “je relis en direct et je commente” ça a été une conduite du changement énorme chez nous. Deux ans avec les craintes de perte de qualité, d’être moins bon en conseils spontanés qu’en conseils réfléchis etc… mais une fois qu’on a passé ce cap là on n’est plus jamais ressorti de ça !

Quels sont vos projets VAE ?
On a 3 grands axes.

billiard-1426868_640
Le premier axe est de développer des parcours métiers diplômants adossant de la formation à la VAE. Ces parcours sont destinés à accompagner les personnes évoluant dans des métiers menacés (qui sont des métiers qui, de par les facteurs de logique organisationnelle, juridique ou technologique, vont disparaître dans leur forme actuelle dans environ 5/10 ans). Cette combinaison VAE / formation est doublement gagnante : la formation est conçue pour apporter les compétences et le savoir-faire manquant et viser un diplôme couvrant un champ plus large que l’expérience acquise. La VAE permet, elle, de valoriser l’expérience acquise et donc de limiter le temps de formation pour obtenir le diplôme. Surtout elle valorise l’expérience et la compétence des collaborateurs qui exercent un métier parfois déconsidéré.
Ces types de parcours répondent d’abord à des enjeux de formation et de professionnalisation et offrent une meilleure efficacité pédagogique et managériale. Efficacité pédagogique parce que les collaborateurs, en s’engageant volontairement dans ce parcours, deviennent les acteurs de leur projet. Et puis efficacité managériale car l’entreprise leur offre ainsi par le diplôme une reconnaissance tangible et symboliquement forte.
Ces parcours répondent aussi à un enjeu de financement. Grâce à la VAE le parcours est en effet financé par le compte personnel de formation (CPF) et la période de professionnalisation dans le cadre de la loi de mars 2014. On en est maintenant à une dizaine de programme développé sur pas mal de métiers c’est quelque chose qui est en très fort développement chez nous.

billiard-1430084_640

Le 2ème axe que l’on veut développer c’est la prise en charge des décrochages scolaire. Là ce n’est pas un projet de VAE pur, en revanche on veut démontrer que ce n’est pas parce qu’on n’a pas de diplôme qu’on ne peut pas travailler, et l’idée est d’aller chercher un diplôme a posteriori par la VAE. C’est probablement le futur. Donc nous travaillons à lancer début 2017 un programme qui offre à de jeunes décrocheurs scolaire une expérience professionnelle qui aboutisse au bout d’un an à une VAE et donc à un diplôme. Affaire à suivre !

billiard-1430085_640Et notre 3ème axe, est qu’on veut développer une offre d’accompagnement adaptée pour les demandeurs d’emploi. On travaille actuellement essentiellement avec des salariés d’entreprise mais la VAE peut avoir un impact encore plus important pour un demandeur d’emploi dans la mesure où : 1/ ils obtiennent un diplôme qui facilitera leurs recherches d’emploi. Et 2/ par la méthode de la VAE ils vont apprendre à tirer la substance essentielle de chacune de leur expérience. Ils vont savoir en parler et vont pouvoir reprendre confiance aussi dans leur expérience professionnelle passée. Sauf que actuellement vu les financements possible on ne peut pas faire une VAE à des demandeurs d’emploi comme on fait une VAE à des salariés. On a donc décidé de lancer Comptoir VAE emploi qui va ouvrir en novembre. Le principe est très simple : on va accueillir des demandeurs d’emploi et ils vont pouvoir faire et leur VAE et leur recherche d’emploi avec des consultants à disposition, des salles informatique en libre accès où ils pourront travailler tous les jours, sur leur dossier en faisant une VAE accélérée. Au lieu de la faire sur 8 mois on va essayer de la faire sur 2 / 3 mois, avec une méthodologie adaptée.

Avez-vous des messages à faire passer, ou avez-vous envie dire quelque chose en particulier ?
Oui un message très important à faire passer : on a une réforme de la formation professionnelle depuis mars 2014 qui a créé le CPF et qui a clairement affirmé la mise en avant de la VAE puisque la VAE est éligible au CPF.
On a un immense regret, c‘est que la VAE n’est finançable qu’à partir du moment où le candidat a obtenu lui-même sa recevabilité (identification du diplôme et obtention de la recevabilité). Or on sait que c’est là où les candidats ont le plus de difficulté avec près de la moitié des abandons !

arrow-304729_1280 (2)Donc nous appelons à l’élargissement de cette mesure-là. Car c’est un obstacle majeur au développement de la VAE.

Autre regret  : la loi de mars 2015 qui permet normalement aux demandeurs d’emploi, à l’égal des salariés, de mobiliser leur CPF, pour faire une VAE n’est pas encore appliquée… Le ministère du travail et Pôle Emploi doivent s’emparer de ce problème !

Et toute dernière info que nous livre Renaud :
LE scoop de la rentrée, c’est que nous pourrons très bientôt suivre VAE les 2 Rives sur Periscope lors d’un rendez-vous mensuel pour des conseils pratiques et plein d’autres choses !! Prochain rendez-vous à 12h le 12 octobre pour parler des parcours diplômants !

Merci David et Renaud pour toutes ces informations aussi intéressantes qu’encourageantes. Vous pouvez aussi retrouver VAE les 2 Rives sur Twitter @VAELes2Rives alors n’hésitez pas à les suivre par quelques réseaux que se soit.

Voici donc une structure, et des personnes, à découvrir ainsi que quelques messages à faire passer. Ce que je peux vous dire après les avoir rencontré c’est que j’ai particulièrement apprécié leur esprit positif et leur envie de faire bouger et évoluer la VAE. D’une façon ou d’une autre, il est toujours possibllike ite d’avoir un diplôme et faire valoir ses compétences. Les projets fourmillent et donnent envies d’aller de l’avant, alors bravo pour toutes ces initiatives et on vous encourage à continuer !

Je vous souhaite bonne rentrée à toutes et tous et que vos projets soient des plus prospères !

PS : Je ne sais pas vous, mais personnellement j’ai hâte de retrouver David et Renaud le 12 octobrehttps://s0.wp.com/wp-content/mu-plugins/wpcom-smileys/twemoji/2/72x72/1f609.png" alt="

Licence : CC by-nc-sa

Portfolio

Vos commentaires

  • Le 1er novembre à 02:35, par Narcisse Tony En réponse à : 3 axes de développements VAE

    Beaucoup de sens à votre article, en tant que praticien réflexif expérimenté le singulier de la VAE se marque d’approche contextuelle d’insolites situations d’exposition du vécu de l’agir d’expérience. J’ose toutefois tenter collaboration réflexive avec vous, si vous le souhaitez pour vous apporter un éclairage profond sur cette voie certifiante qui marque le curieux de l’identité de l’agir pratique du vécu professionnel.

    Qui est Tony Narcisse ?

    Tony Narcisse ancien sportif de haut niveau de formation technique en automobile, Cadre territorial, Président d’association. Ingénieur en sciences humaines et sociales option recherche Formation-VAE. Il à participé à de nombreuses séances de travail et reçus en Ministères : Travail et emploi de la Formation professionnelle, la DGEFP, La santé.

    Chercheur à Aix-Marseille, il développe une thèse sur le concept de modélisation de la formation des tuteurs ne VAE

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom