Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Les mots de l’école du futur

Un article repris de http://theconversation.com/les-mots...

Le tableau noir et la carte statique laisse aujourd’hui la place à l’intéractif et au numérique. Albert BETTANIER (1851-1932)

Témoin privilégié (et un peu acteur) du monde des business-schools, j’ai pu voir leur évolution au cours des ans et l’évolution de l’enseignement. Je me souviens avec émotion de mes premières expériences d’enseignant. A l’époque, je ne pouvais compter que sur le tableau noir, des craies de couleur et un rétroprojecteur. Les transparents étaient faits à la main et si nous utilisions la photocopie, les tirages importants étaient compliqués à organiser.

Le cours se résumait au face à face dans la salle de classe et les étudiants allaient peu en bibliothèque. De toute façon, peu d’écoles en avaient une et le plus généralement, cela se résumait à un centre de documentation avec quelques livres et quelques abonnements à des revues, journaux et magazines .

L’arrivée des PC a ensuite permis des améliorations sensibles : amélioration des transparents (qui se souvient encore d’Harvard Graphics ?), formalisation des documents, stockage des informations. L’histoire s’est ensuite accélérée et le cours est maintenant devenu un projet complexe dans lequel le face-à-face et la salle de classe ne constituent qu’un aspect de l’apprentissage.

Un cours aujourd’hui comprend des objectifs précis, des compétences associées, un système d’assurance qualité, des supports pédagogiques divers et variés, un séquençage, du travail « avant » et « après », tout un système d’aide et accompagnement, des évaluations.

Prenons un exemple bien concret de mes expériences passées notamment dans l’enseignement de matières en relation avec l’international. L’un des premiers cours que j’ai dispensé était intitulé “histoire économique contemporaine” et je devais, à l’époque, traiter de l’éclatement de la Yougoslavie.

Voyons comment l’enseignement de ce module aurait évolué. Au départ, j’aurais manié des cartes statiques (grandes masses dessinées au tableau) ou photocopiées (mais pas en couleur). Ensuite avec l’arrivée d’Internet, j’aurais pu demander aux étudiants de faire des recherches et d’analyser les causes et conséquences de ce conflit, par exemple en parcourant la presse étrangère pour confronter et comprendre différents points de vue. J’aurais également pu suggérer aux étudiants de voir des vidéos.

Aujourd’hui, je proposerai aux étudiants d’interviewer des spécialistes par Skype, de travailler avec des étudiants d’autres formations (par exemple IEP ou militaires) sur ce sujet. Je pourrai également travailler sur des cartes évolutives (je suis un fan de l’enseignement par les cartes) pour mieux comprendre.
Le système d’information pédagogique me permettra de voir si les étudiants ont effectivement passé du temps sur le cours et s’ils l’ont bien compris. Demain, avec le développement des technologies, les étudiants pourront éventuellement grâce à la réalité virtuelle « participer » à une session du tableau pédagogique intéractif (TPI) ou publier collectivement un ouvrage numérique sur ce cours.

C’est toute cette évolution que je trouve fantastique, fascinante et qui est en train de révolutionner l’enseignement.
Je l’ai souvent écrit et proclamé haut et fort, l’école du futur marquera le retour en force de la pédagogie.
Toutes les technologies (au sens large du terme) ne sont que des moyens et non des fins. Elles permettent d’optimiser l’apprentissage mais si l’enseignant n’est pas pédagogue, elles ne servent à rien.

La définition de cette école du futur est passionnante et va transformer nos établissements d’enseignement supérieur.
C’est tout cela que je partagerai avec vous deux fois par mois, en identifiant tous les mots de cette école du futur.
Blockchain, active learning, classe inversée, réalité augmentée, e-portfolio, edtech… vont devenir des termes courants dans l’enseignement des mots courant. Et il en existe plein d’autres.

The Conversation

Licence : CC by-nc-nd

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom