Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Grande réflexion sur l’avenir de l’éducation aux Mardis de l’Innovation

26 août 2016 par Gilles Veille 1424 visites 0 commentaire

Organisé par le master Innovation et Management des Technologies, le dernier rendez-vous de la saison des Mardis de l’Innovation a abordé sous différents angles l’éducation et ses possibles évolutions.


Cet article est paru sur le site Le Sorbonnaute et son URL est : http://www.univ-paris1.fr/lesorbonnaute/article/article/grande-reflexion-sur-lavenir-de-leducation/?no_cache=1&cHash=5297867fff893433adb84fcd81a2f507


PNG - 457.9 ko

Depuis leur création, il y a près de 15 ans désormais, les Mardis de l’Innovation ont permis l’intervention de plus de 500 personnes parmi les plus innovantes en France et à l’international. Le secret de ce succès : en quête de sens et d’acceptation, les jeunes d’aujourd’hui souhaitent se faire leur place au sein de la société, et apprécient avoir les témoignages et les avis de personnes ayant réussi ou relevé des défis. Cette année, les étudiants du master 2 professionnel Innovation et Management des Technologies (IMT) ont ainsi organisé six conférences, dont la toute dernière portait sur l’avenir de l’éducation, le 7 juin 2016, au sein de l’amphithéâtre Oury.

Des intervenants très différents mais pertinents

Pour faire partager leurs réflexions et répondre à diverses questions relatives à l’avenir de l’éducation, plusieurs intervenants intéressants et parfois de renom ont été conviés durant cette conférence : Svenia Busson qui est, avec Audrey Jarre, à l’origine du projet ‘#EdtechWorldTour’, un voyage de recherche autour du monde au sujet des technologies de l’éducation ; Christine Vaufrey, fondatrice de MOOC & Cie, plateforme d’accompagnement des organismes publics ou privés dans la digitalisation de leur formation ; Serge Versille, créateur d’une application d’aide à l’apprentissage des conjugaisons ; Théo Rougier, étudiant à Paris 1 Panthéon-Sorbonne ayant lancé une plateforme de partage de cours dans l’université baptisée ‘Amphinote’ ; ou encore Simon Voyer, aujourd’hui Prêvot de Pantin, et Laélien, un étudiant de l’école dynamique, inspiré du modèle de l’école Subdury Valley.

Explosion de l’accès à la connaissance

Premier constat : l’accès à la connaissance, quelle qu’elle soit, a complètement explosé ces dernières années. On en arrive à la création d’une intelligence collective nourrie en continue par des amateurs ou des professionnels, par l’intermédiaire de blogs, de forums, d’encyclopédies en ligne, ou même de vrais cours en ligne disponibles gratuitement, comme le propose notamment la plateforme Amphinote. "Il s’agit d’une plateforme interactive pour simplifier la vie et les relations de travail entre étudiants. Elle donne aussi envie d’apprendre davantage !", souligne son fondateur, Théo Rougier. Amphinote est ainsi une plateforme gratuite où les étudiants et les professeurs peuvent partager leurs fiches de cours. "En un an, il y a eu 10 000 téléchargements de fiches de cours, 200 cours postés, et 1200 utilisateurs !", ajoute l’étudiant de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

L’innovation de la pédagogie passe par les nouvelles technologies

De leur côté, Svenia Busson et Audrey Jarre ont effectué un voyage de recherche autour du monde et autour des technologies de l’éducation, ‘l’EdtechWorldTour’, ayant pour objectif de trouver de nouvelles pratiques d’éducation, et de rencontrer les acteurs de ces nouvelles pratiques dans une dizaine de pays différents. "Le projet EdtechWorldTour est une façon de repenser l’éducation ! On y trouve toutes les technologies qui vont aider les personnes à apprendre : il nous permet de repenser l’enseignement supérieur et son rôle !", expose Svenia. Ainsi, aujourd’hui, de nombreuses applications aident les professeurs dans leur enseignement comme ‘The Mind Lab’, ‘Teach for all’, ‘Ed Surge’… Mais Svenia rappelle et insiste sur le fait "qu’aucune application peut remplacer un professeur !" De son côté, Serge Versille, créateur d’une application d’aide à l’apprentissage des conjugaisons, ‘ConjugoSpeed’, explique que son "but est d’en finir avec l’échec scolaire et d’apprendre 20 fois plus vite des notions a des élèves. 93 % des élèves qui jouent pendant 1h30 arrivent à apprendre et à résoudre le problème demandé juste en s’amusant !"

Le rôle de l’éducation aujourd’hui

"Nous n’apprenons plus comme avant : si nous ne changeons pas, nous allons mourir ! Il faut évoluer, le changement d’aujourd’hui correspond à la réponse de la menace de l’éducation", milite pour sa part Christine Vauffrey. Elle expose aussi les 5 postulats à garder en tête pour changer les formations et améliorer l’éducation : ‘Nous sommes tous indispensables’ ; ‘il faut apprendre en faisant’ ; ‘Aucun individu n’est plus intelligent que nous tous rassemblés’ ; ‘Le plaisir d’apprendre’ ; ‘Essaye, rate, essaye encore et rate mieux’. La fondatrice de MOOC & Cie rappelle aussi que "c’est le rôle de l’école et de l’université d’éduquer et de garder une éducation fiable !"

Enfin, compagnon du devoir, Simon Voyer voit l’éducation future comme une transmission d’expériences. "On ne peut pas avoir d’innovation sans tradition et cette tradition, nous la transmettons." L’éducation commence ainsi doucement à évoluer dans le bon sens, comme Laélien, étudiant d’une toute nouvelle école basée sur le modèle de l’école de Subdury Valley, l’école dynamique, le démontre. « Dans l’école, on est 100 % libre, 100 % autonome, 100 % responsable et surtout 100 % multipare !"

Carla Martin pour #LeSorbonnaute
© Photo / DR

Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom