Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Prospective stratégique Les Universités face aux défis de la Société du Numérique

24 juin 2016 par Michel Briand Veille 494 visites 0 commentaire
Un article résumé d’un rapport, (pdf 60 p), d’Alain Derycke, professeur émérite, Université de Lille,Sciences et Technologies, France, publié par l’IFIC/AUF (Agence Universitaire de la Francophonie) en mars 2013

Les Technologies de l’Information et de la Communication, le numérique, ont déjà transformé de nombreux domaines de l’activité humaine que ceux-ci soient économiques, sociaux ou culturels. Bien évidemment le domaine de la formation n’échappe pas à ces transformations. Y compris les universités, qui doivent non seulement maîtriser ces TIC pour remplir leurs missions, mais aussi pour évoluer, se réinventer dans un contexte où la globalisation, l’internatisation de la société de la connaissance transforment les multiples attentes et les conditions d’exercice de ses missions.

L’Agence Universitaire de la Francophonie a largement pris en compte celle nouvelle donne du numérique qui est l’un des piliers de son action. Un document récent publié par L’AUF (2013) donne les orientations en matière de TIC :

Le « numérique éducatif », un concept qui dépasse la technique qui le supporte, ouvre de nouvelles avenues aux universités. Il leur permet de structurer autrement leur action et de faire évoluer la pratique des acteurs du système d’enseignement supérieur. Les TIC « permettent aujourd’hui à chaque université de transformer les métiers qui la font vivre, mais aussi de s’ouvrir au monde entier tout en participant de manière plus active à l’enrichissement intellectuel mondial ».

L’accent est également mis dans ce document sur le rôle de l’innovation : « Les réflexions ont alors porté sur l’innovation pédagogique, l’insertion institutionnelle et l’impact de ce nouveau champ sur les systèmes éducatifs et la pédagogie » (p. 6). Et plus particulièrement sur l’innovation pédagogique : « C’est le rôle de l’innovation pédagogique de contextualiser les connaissances et de les rendre attractives tant du point de vue de la méthodologie d’acquisition que de leur renouvellement » (p.13) ;

Il faut donc rappeler que :

  • Les universités doivent innover pour elles-mêmes, par exemple dans la pédagogie ou pour l’efficacité de leur organisation avec les TIC,
  • Mais elles doivent aussi innover pour les autres : la contribution au développement avec la création de valeurs et d’entreprises, le soutien à la création d’entreprise, la contribution à l’innovation sociale...

Innover, c’est aussi la capacité à anticiper, à développer un regard prospectif, notamment sur le potentiel des évolutions prévisibles des TIC. Il est nécessaire que chaque université puisse avoir une vision stratégique de ses possibles transformations, en accord avec ses valeurs, ses missions, ses moyens, et les attentes externes tant des futurs étudiants et du monde économique, que des territoires dans lesquels elle inscrit son action.

Le présent document est une grille de lecture potentielle qui doit permettre à chaque université de définir sa propre vision stratégique face au numérique, et aussi de mettre en évidence les compétences qui devraient être mobilisées, tant au sein des universités que chez des partenaires de celles-ci, pour avancer dans la voie du numérique.

Il existe déjà de très nombreux documents qui tentent, notamment au début de chaque nouvelle année, de prévoir le futur des TIC en dégageant de grandes tendances technologiques, comme l’Internet mobile ou l’informatique dans les nuages, mais ces prédictions sont trop centrées sur l’offre technologique et pas assez sur les usages réels qui pourraient s’installer. Ces prédictions Mission AUF/IFIC, Alain Derycke, document N°2, v1,31, le 14/03/2015, p3/60 sont donc de peu d’intérêt pour la définition d’une stratégie du numérique au sein d’universités.

Une autre voie a donc prévalu dans la rédaction de ce document de prospective stratégique. Pour cela, il faut partir des grandes missions confiées aux universités : les missions classiques de formation et de préparation à l’emploi, et la recherche scientifique, mais aussi des missions plus récentes comme la participation à la diffusion de la culture scientifique et technologique dans un plus large public que celui des leurs étudiants, et enfin la mission de contribuer au développement économique et social dans leurs environnements et territoires, notamment en étant un acteur de
l’innovation.

La grille de lecture des grandes tendances face au numérique repose sur une première liste de 13 défis qui ont été dégagés. Ces défis sont ceux qu’une université pourrait avoir à affronter dans un temps plus ou moins lointain pour réussir son développement. Ces treize défis sont :

- 1. Prendre en compte les mobilités numériques dans les processus d’apprentissage

- 2. Mettre en place des tiers lieux pour l’apprentissage

- 3. Développer une culture du design et des Usages

- 4. Maîtriser les nouvelles approches pédagogiques pour un enseignement de masse plus efficace

- 5. Développer la formation tout au long de la vie (FTLV )

- 6. Faciliter l’acquisition des e-compétences

- 7. Maîtriser les infrastructures et les organisations de la Web -science

- 8. Maîtriser toutes les dimensions de l’édition, et de l’accès ouvert, aux documents
scientifiques et pédagogiques

- 9. Devenir un acteur important dans l’ouverture de la culture scientifique au plus grand nombre

- 10. Développer les potentiels de l’innovation, d’entrepreneuriat et de l’employabilité
- 11. Développer son écosystème via les relations numériques : réseaux sociaux,
personnalisation de l’information et des interactions, e-réputation…

- 12. Maîtriser la participation à la logique des grandes plates-formes Internet

- 13. Améliorer sa gouvernance au travers de l’informatique décisionnelle, du Big-data et de l’intelligence collective

Chaque défi est présenté dans ce document d’une manière détaillée selon l’approche suivante :

  • une description courte ;
  • la liste des nouvelles technologies en lien avec ce défi (en tant que solutions ou problèmes) ;
  • un ou deux exemples de résolution actuelle du défi dans des universités dans le monde, si cela existe déjà ;
  • Une analyse critique de type SWOT avec les facteurs endogènes, forces et faiblesses pouvant être observées dans les universités, et les facteurs exogènes ou contextuels, opportunités et menaces.
  • Quelques compétences nouvelles qui devraient être mobilisées, soit sur le plan technique, soit sur le plan méthodologique et comportemental.

Ces défis sont aussi croisés avec une liste, non exhaustive, d’activités professionnelles qui pourraient être développées dans les universités afin de répondre à ces défis. Ces activités iront enrichir la liste des activités professionnelles servant à structurer les champs de compétences au sein du référentiel TIC de l’AUF. Enfin, nous concluons de document avec deux super-défis transversaux :

1) le développement de TIC frugales, un challenge notamment pour les pays du Sud ;

2) développer un regard critique sur les TIC dans une approche de type humanité numérique.

Licence : CC by-sa

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom