Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Vers une université contributive ? 5 polarités de transformation proposées par le Conseil National du Numérique

25 mai 2016 par Michel Briand Veille 475 visites 0 commentaire
Une introduction et une présentation des 5 axes de transformation reprise du rapport du Conseil National du Numérique

Le Conseil entend par transformation numérique les effets sociaux et techniques de l’informatique sur les relations et les organisations humaines. En ce sens, cette transformation est aussi profondément politique et induit un nouveau rapport au monde, aux savoirs, aux communautés et aux organisations.

Aussi, l’interrogation du Conseil sur la transformation numérique de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) n’est pas tant “Comment le numérique peut-il pénétrer l’ESR ?” que “Quelle est la place de l’ESR dans la transformation numérique de la société ?”, avec en corollaire un questionnement sur le rôle clé de l’Etat. La transformation de l’ESR ne se limite ni à une informatisation des processus administratifs, ni aux innovations pédagogiques du cours qui relèvent de la liberté académique. C’est une reconfiguration de l’écosystème d’apprentissage dans son ensemble, en synergie avec l’émergence d’une société apprenante s’appuyant sur les communs du savoir, l’économie du partage, l’apprentissage tout au long de la vie. L’ESR doit assumer son rôle d’opérateur de la transformation de la société et réinvestir sa place centrale dans les rapports que la société entretient avec le savoir.

C’est en cela qu’il pourra dépasser la désintermédiation de certaines de ses activités actuelles. Désintermédiation signifie ici qu’il pourrait ne plus être nécessaire de passer par les établissements de l’ESR pour se former, se qualifier, se diplômer et s’orienter à un haut niveau. Ou du moins que la valeur créée et les services offerts par l’ESR ne suffiront plus à attirer les usagers qui pourraient lui préférer des voies alternatives multiples.

....

CINQ POLARITÉS DE TRANSFORMATION

Le Conseil a identifié des thèmes récurrents qu’il a articulés en cinq polarités de transformation. Ces polarités constituent de grands répertoires d’actions sur lesquels chaque établissement peut prendre appui pour élaborer ou enrichir son propre scénario de transformation selon son contexte, sa stratégie, les attentes et la disponibilité des acteurs.

LES LIEUX D’APPRENTISSAGE

Les étudiants investissent les espaces universitaires avec leurs propres expériences contributives acquises sur les réseaux sociaux, lors de travaux de pair-à-pair, d’échanges sur un contenu ou de consultation croisée de documents. Ces expériences peuvent se traduire dans la configuration d’espaces publics d’apprentissage à l’intérieur de l’établissement (cafétérias, learning center), et à l’extérieur en lien avec les tiers lieux (espaces de co-working, incubateurs, connecteurs étudiants, entreprises, etc.), dans une logique de “territoire apprenant”.

LES CONTENUS PÉDAGOGIQUES ET LES DONNÉES

L’activité pédagogique fonde la valeur de l’Université par la diffusion des savoirs, méthodes et courants de pensées issus de la recherche. Pourtant la plupart des établissements n’ont pas encore de stratégie éditoriale de visibilité, partage et construction collaborative de cours numérisés. La science ouverte, les ressources pédagogiques réutilisables par tous représentent des “communs du savoirs” que l’ESR doit avoir à coeur de mettre en valeur. L’ouverture des bases de ressources et de données est une condition de développement de l’éducation ouverte en lien avec l’open science, et plus généralement de l’attractivité de l’ESR.

LES RECHERCHES EN ÉDUCATION

L’ESR peut mobiliser les expertises et la créativité des enseignant-chercheurs pour accélérer sa propre transformation. L’Université recèle de compétences scientifiques essentielles en histoire, économie, philosophie, anthropologie des sciences et des savoirs, sciences de l’éducation, sciences cognitives, psychologie de l’apprentissage et du développement, didactique, sciences de l’informatique. Cette convergence des disciplines doit permettre à l’Université de mener une recherche sur elle-même et de réinterroger ses manières de transmettre les savoirs dans une société numérique.

Dès lors, il est nécessaire de donner de la visibilité à ces recherches pour faire en sorte qu’elles aident à actualiser la forme sociale de l’Université, c’est-à-dire la manière dont elle incarne le partage de connaissances, et à développer une ‘formation tout au long de la vie’.

LES SERVICES NUMÉRIQUES

L’amélioration du design des services de l’Université peut augmenter la qualité et l’attractivité des services, ainsi que le bien-être des usagers : personnels administratifs, enseignants et étudiants.

De nouvelles méthodes de design des services numériques peuvent être utilisées pour intégrer de manière évolutive les expériences des utilisateurs.

Les vice présidents numériques d’université et des Chief digital officers (responsables de la transformation numérique) pourront coordonner et cadencer le périmètre de la conduite du changement. Ce changement ne pourra se faire qu’à condition de transformer la gouvernance des systèmes informatiques universitaires ainsi que d’encourager les DSI à davantage soutenir les pratiques pédagogiques (adaptive learning) au delà de la gestion administrative.

LES MODELES ECONOMIQUES

L’ESR joue un rôle central dans l’économie numérique, étant donné les activités et les externalités positives qu’il génère en diffusant les savoirs. Cette source de valeur pour l’Université demande à être mieux reconnue, analysée et chiffrée. La recherche de pointe, la formation tout au long de la vie et l’entrepreneuriat universitaire peuvent changer notre perception de ce qui fait réellement la valeur économique de l’Université.

Alors que la société intègre à grande vitesse les modèles issus de l’économie du partage et de la contribution, l’ESR a d’autre part une capacité particulière à expérimenter et promouvoir ces nouveaux modèles économiques.

- Le rapport :

PDF - 2.6 Mo


- Le référentiel d’actions proposé par le Conseil National du Numérique :

PDF - 1.2 Mo


- Le diaporama présentant le référentiel :

PDF - 1.2 Mo

Licence : CC by-sa

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom