Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Quelle évolution de la formation à distance sur ces 25 ans ?

7 juin 2015 par Miss MOOC MOOC 7 visites 1 commentaire

Un article repris de https://missmoocparis.wordpress.com...

system-71228_1280Balade entre FOAD et MOOC

Acteur de la première heure en FOAD (Formation Ouverte et A Distance) Jean Vanderspelden est consultant Apprenance, Foad , Numérique & Territoires. Pour lui l’innovation se trouve d’abord dans la pédagogie. Numérique et technologie, sont des moyens au service des apprentissages. Il œuvre ainsi sur différents territoires : université, OPCA, CFA, GRETA, APP et Organismes de Formation mettant en oeuvre les actions liées aux compétences clés, dont les actions de lutte contre l’illettrisme.

Pour Jean Vanderspelden, depuis 1990 ; divers buzz forts peuvent apparaîtrent successivement : e-learning, rapid-learning ; serious game, et aujourd’hui… les MOOC…. mais c’est le concept de « Formation ouverte et à distance » qui persiste…

Déjà resituons les choses…
Née en 1990, la FOAD (appellation Française utilisée par les pédagogues, et dénommée très souvent « e-formation » dans les autres pays francophones) ou récemment formation multimodale, est de la formation à distance, géographique certes, mais également, de la formation permettant la distanciation de l’apprenant. C’est à dire de la construction de dispositifs de formation qui renforcent l’autonomie d’apprentissage de la personne formée, avec une relation pédagogique de désengagement.
Pour Jean Vanderspelden* (membre du FFFOD – Forum Français pour la Formation Ouverte à distance) se réjouit que la nouvelle législation, liée à la réforme de la formation professionnelle de mars 2014, conforte le cadre de la FOAD. La publication du décret d’août 2014 marque une avancée majeure.

Le MOOC apporte le quantitatif à la FOAD

Aujourd’hui cette approche qualitative et pédagogique de la FOAD, bénéficie au travers des MOOC de l’aspect quantitatif, , c’est-à-dire de l’ouverture à un nombre beaucoup plus important d’apprenants. La FOAD peut ainsi faire un bond en avant. Pour Jean Vanderspelden c’est donc une ouverture positive, que cette capacité à franchir le quantitatif. Pour exemple 18 000 participants sur le MOOC Les impressionistes porté par Solerni, et bien c’est impressionant !

Jean VanderspeldenEt Jean Vanderspelden parle de ce qu’il connaît puisque toujours en veille, il participe ainsi au 1er MOOC français, à savoir ITyPA (Internet Tout y est Pour Apprendre), un MOOC passionnant tant sur le fond que sur la forme (cf article de Jean-Marie Gilliot). Il y trouve une réelle résonance entre le pédagogique et le numérique.
Il continue son exploration de MOOC, de plateformes, via le MOOC belge ReSOP (Les Réseaux Sociaux comme Outils Pédagogiques). C’est ensuite la découverte du MOOC Gestion de Projet piloté par Rémi. Bachelet de l’Ecole Centrale de Lille.. Aujourd’hui dans la préparation de sa 6 ème édition, ce MOOC est tout simplement une, si ce n’est LA référence en matière de MOOC francophone. Jean Vanderspelden a ensuite suivi le MOOC ELearn2 avec Marcel Lebrun et Christophe Batier. Ce fût une nouvelle expérience un peu particulière : côté contenu, qualité remarquable mais la longueur de ce MOOC (9 mois) et la nouvelle plateforme « Claroline connect » à l’époque en phase d’installation, ont perturbé son parcours. Et enfin pour son plaisir, il participe au MOOC Impressionnisme avec Christine Vaufrey et réalisé par le Grand Palais/ Orange pour le grand public. Et là, c’est « Whaow » ! Il découvre une foule de choses sur les artistes, leurs pratiques et leurs environnements qu’il pensait pourtant bien connaître… habitant à quelques kilomètres de Giverny. Voilà quelques uns de ses retours d’expérience de MOOCer.

Elargir les MOOC vers d’autres publics

Jean Vanderspelden a une autre attente concernant les publics qu’il connait bien. Aujourd’hui les participants des MOOC sont essentiellement des personnes de Niveaux I et II (sorties avec un diplôme de niveau supérieur à bac+2). A sa connaissance, il n’existe pas encore de MOOC adapté aux publics de niveaux V et VI (fin CAP-BEP/ou public faiblement qualifié). Il échange donc avec plusieurs partenaires dont les APP (Ateliers de Pédagogie Personnalisée) et le CRI d’Auvergne (Centre Ressource Illettrisme) pour explorer des pistes. Les MOOC, avec un premier accès au savoir par la vidéo pédagogique, sont une entrée intéressante et appropriée. Il faudrait toutefois le compléter, selon Jean Vanderspelden, d’un accompagnement territorial.

En ce sens, Pôle emploi envoie un message extrêmement fort avec 4 MOOC conçus pour les Demandeurs d’Emploi depuis avril 2015. Il est encore trop tôt pour avoir des retours sur l’impact de ces MOOC mais, la démarche est vraiment innovante. Dans la continuité, il estime l’offre d’Openclassroom remarquable dans leur diversité des parcours et leur progression. De plus, leur offre premium sera accessible pour tous les demandeurs d’emploi à partir de septembre 2015.

Modalité parmi d’autres, le MOOC ne « remplace » la formation continue…

La force des MOOC réside plutôt dans le fait de donner de la liberté à l’apprenant dans son apprentissage (autoformation plus ou moins accompagnée) et donc de la responsabilité. C’est d’ailleurs dans cet esprit de responsabilition que va la réforme de la formation. En passant d’une logique de présence à une logique d’assiduité, il y a de vraies opportunités. Sous certaines conditions, les OPCA pourraient financer des parcours intégrant les MOOC. Pour les entreprises, en fonction de l’organisation, en fonction de la gestion des ressources humaines, les MOOC peuvent donc être une modalité fertile. Pour que l’impact du MOOC soit optimum en entreprise, Jean Vanderspelden invite donc celles-ci à mettre en place des conditions favorisantes (de l’information sur l’offre, des temps impartis, du tutorat, et des espaces numériques confortables). Elles devraient aussi veiller à l’accompagnement renforcée qu’elles mettront en place pour leurs salariés les moins autonomes dans leurs apprentissages, mais aussi, souvent les plus nombreux parmi leur personnel !

Miss MOOC - Taille ajustéeLes MOOC sont une diversification bienvenue dans le paysage de la formation continue. En trois ans, ils ont changé en cherchant leur modèle pédagogique et économique ; ils évoluent ; des MOOC au COOC en passant par le SPOC ou les SOOC ! En tant que professionnels de la formation, nous nous devons d’être lucides et d’observer avec justesse leur impact, sans excessivité…  ;-) !!!

Un grand merci à Jean Vanderspelden pour cet échange éclairé de son expérience, qui nous permet de faire le lien entre FOAD et MOOC…

Retrouvez Jean Vanderspelden (@jeanvds) sur son site http://www.iapprendre.fr/ et au travers des fiches descriptives iBOM rédigées sur les MOOC par l’association MIP+ via www.mipplus.org

Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Portfolio

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom