Innovation Pédagogique
Institut Mines-Telecom

Une initiative de l'Institut Mines-Télécom avec un réseau de partenaires

Organiser un cours autour de glossaires

7 janvier 2014 par Robert Rannou Fiches pédagogiques 923 visites 0 commentaire

Des pages web et des liens automatiques vers des entrées de glossaires afin d’organiser et de structurer les connaissances.

Généralement, les cours déposés sur la plateforme d’enseignement sont articulés autour de documents insérés ou liés à l’espace dédié. Ces ressources sont issues des polycopiés classiques ou des diapositives projetées pendant les sessions présentielles. En réaction à cette priorité trop forte donnée au simple dépôt de documents dans les modules, l’auteur voulait donner une nouvelle dimension à ses cours en ligne en utilisant les activités disponibles sur la plateforme. Cet enseignant intervient, depuis plus de 10 ans, auprès d’élèves étrangers non-francophones. Cette expérience l’a amené à comprendre l’importance du travail à effectuer avec les élèves sur le vocabulaire employé dans les cours dispensés en français.

La réponse apportée

En 2009, cet enseignant a découvert les possibilités des « Glossaires » de la plateforme Moodle. Cette activité, intégrée à la plateforme, permet de constituer un dictionnaire de termes et de leurs définitions. Le paramétrage de l’activité autorise différents formats et des classements par catégories. En indiquant que les entrées du glossaire doivent être liées aux textes saisis sur la plateforme, toutes les entrées du ou des glossaires, seront transformées en liens hypertextes ouvrant des fenêtres affichant les définitions associées. En utilisant cette option, et en redécoupant ses polycopiés d’origine en différentes pages web sur la plateforme, l’auteur autorise plusieurs entrées sur son cours : soit par le(s) glossaire(s), soit par les pages web, soit par les exercices. En offrant ces accès différenciés à ses élèves, il leur permet d’aborder et de comprendre les concepts exposés suivant différents cheminements. D’une manière linéaire en suivant les pages web, ou les énoncés des exercices, et d’une manière distribuée en abordant les connaissances par les entrées des glossaires. Découlant du constat fait par cet enseignant et des difficultés rencontrées par ses élèves étrangers avec la langue française, un travail de soutien linguistique est proposé aux élèves étrangers depuis 2011-2012. Dispensé par des enseignants du département des langues, ces actions portent sur la compréhension et la maîtrise du vocabulaire spécifique aux domaines scientifiques suivis par ces élèves.

Présentation du 7 février 2013 aux enseignants de Télécom Bretagne par Robert Rannou

Le scénario pédagogique

Plusieurs cours ont été développés sur ce concept des glossaires. Un cours sur le langage Java, un cours sur le langage C et un autre sur le parallélisme et la concurrence dans les langages de programmation.

Les scénarios de ces cours s’articulent autour de trois éléments :

  • les glossaires
  • les pages web
  • les exercices et leurs corrigés
    Suivant ses prérequis ou son niveau d’avancement dans la maîtrise de la matière étudié, l’élève peut aborder le cours à partir de ces trois entrées et modifier, quand il le désire, son mode de consultation.

L’option « Activer les liens automatiques » dans le paramétrage des glossaires permet de transformer les mots, les instructions du/des langages de programmation ou les expressions rencontrés dans les pages web ou dans d’autres définitions contenues dans les glossaires du cours en liens hypertextes. Cette méthode permet d’alléger les textes ou les définitions tout en gardant un maximum d’informations accessibles pour le lecteur. Lorsqu’il rencontre un mot, une expression inconnue ou mal maîtrisée, il peut, sur une simple action souris, accéder aux définitions et aux explications qui s’y réfèrent.

Les exercices constituent également une des entrées possibles, là aussi les mots et les expressions des énoncés sont documentés, développés et expliqués via les entrées des glossaires.

Les corrigés d’exercices sont disponibles, en format « page web », dans l’espace de cours. Leurs contenus sont également liés aux glossaires, ainsi, les informations nécessaires à la compréhension des solutions proposées sont directement accessibles.

La valeur ajoutée

Pour les élèves, la valeur ajoutée se traduit par les différentes possibilités d’aborder les éléments et les concepts des cours générés sur ce modèle d’association de contenus de pages web avec les glossaires. Cette méthode permet d’apporter toutes les précisions et les explications nécessaires à la compréhension, ceci dans différents formats : texte, audio, infographie, vidéo, équations codées en Latex, liens vers des sites externes…

Suivant leurs niveaux d’entrée, les élèves peuvent suivre le cours à des rythmes différents. Si certains concepts ou définitions sont déjà acquis, ils peuvent être ignorés dans la consultation, d’autres peuvent être approfondis.

Une autre valeur ajoutée se traduit par la possibilité de réutiliser ces glossaires dans d’autres cours ou de les transformer en glossaires généraux, accessibles à partir de tous les cours de la plateforme. Les contenus peuvent être imprimés ou enregistrés en format pdf, les élèves peuvent conserver ces documents de références à la fin du cours.

Enfin, le paramétrage des « glossaires » autorise une alimentation par les élèves, ce qui a pour objectif de transformer ces bases de définitions en réelles activités pédagogiques, chaque élève, ou groupe d’élèves, pouvant créer, commenter ou modifier des entrées et des définitions.

Les conditions de mise en œuvre

Le développement et l’alimentation du scénario sur la plateforme nécessitent la création des instances des glossaires. Il est important, lors de la conception de ce scénario, de déterminer les fonctions et les rôles de ces glossaires. Leur paramétrage et leurs modes d’alimentation dépendront de cette réflexion préalable.

Lorsque ces glossaires seront instanciés, les entrées peuvent être créées. Elles pourront être générées et complétées soit directement en ligne sur l’espace de cours, soit par importation de données à partir d’un fichier texte. Ces entrées, et les définitions qui les accompagnent, peuvent être modifiées et complétées à tout moment. Suivant le paramétrage donné, les élèves pourront intervenir sur les contenus, les commenter et/ou et compléter les entrées du glossaire. Dans ce dernier cas, l’enseignant peut décider de modérer les productions des élèves et de les publier à tous uniquement lorsqu’il les estime complètes.

Les améliorations possibles

D’un point de vue pédagogique, les améliorations peuvent porter sur les productions, individuelles ou collaboratives, demandées aux élèves. Ce mode de participation vient alors enrichir les contenus des cours et être réutilisés d’une promotion à une autre.

Actuellement, les glossaires peuvent être liés à un cours (glossaire secondaire) ou commun à l’ensemble de la plateforme (glossaire primaire). Il serait intéressant d’avoir des glossaires intermédiaires accessibles pour une catégorie de cours se raccrochant à un domaine d’enseignement précis (exemple : un glossaire commun à toute la catégorie du domaine informatique).


L’article en Pdf

Pour en savoir plus
Cours ouverts, basés sur les glossaires, sur le site Télécom Bretagne et sur Institut Savoirs Partagés :

Portfolio

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom